mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Pour brider les hostilités internes après l’accord de Genève, Khamenei...

Iran : Pour brider les hostilités internes après l’accord de Genève, Khamenei donne dans l’exportation de l’intégrisme et du terrorisme

Un ancien commandant en chef des pasdaran parle de l’envoi d’un million d’enfants sur les fronts de la guerre Iran-Irak, un terrible crime de guerre

Pour brider les luttes intestines de son régime qui se sont enflammées après l’accord de Genève, Khamenei, le guide suprême des mollahs, attise le brasier de l’exportation de l’intégrisme et du terrorisme et la stratégie de « Jérusalem via Karbala ». Yahya Rahim Safavi, ancien commandant en chef des pasdaran et désormais conseiller militaire de Khamenei, a déclaré à ce propos : « Si Dieu le veut, la stratégie de « la route de Jérusalem passe par Karbala » va se réaliser. On ne se contente pas de slogans, nous allons passer à l’action. »

Il a qualifié l’enfer de la guerre Iran-Irak dans les années 1980, qui a fait un million de morts et un milliard de dollars de dégâts du seul côté iranien de « source d’inspiration et de plaisir », et a continué en reconnaissant un crime de guerre en disant qu’un million d’enfants ont été envoyés sur le front de guerre. « [Khomeiny] a été en mesure d’envoyer autour de deux millions d’hommes sur les champs de bataille durant la guerre. Ces chiffres viennent en plus des forces qui avaient le devoir d’aller au front (…) Un million d’enfants des écoles ont été envoyés sur les fronts de guerre », a-t-il dit.

Dans une vaine mesure de propagande, pour menace ses factions rivales, il a déclaré : « Malheureusement, divers éléments internes ne comprennent pas que l’Iran, ces 34 dernières années, est devenu un pouvoir régional. Les ennemis, qu’on le veuille ou pas, doivent savoir que le système en Iran est un système puissant et tenace. Des régimes instables comme le régime sioniste et arrogant doivent désormais penser à eux parce qu’ils se dirigent vers leur chute. »

Le fascisme religieux au pouvoir en Iran, aux prises avec ses crises internes et au bord d’une banqueroute économique complète, n’a eu d’autres choix que d’accepter un recul forcé dans son programme nucléaire. Ainsi, pour faire face aux conséquences destructrices  de ce recul dans ses rangs et pour empêcher des soulèvements populaires, le régime a d’une part étendue l’ampleur de la répression en Iran et contre sa résistance organisée, et d’autre part intensifié son ingérence en Syrie,  au Liban, en Irak, au Yémen et d’autres pays de la région.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1 décembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe