jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran-PE : Un eurodéputé appelle à envoyer le dossier nucléaire iranien au...

Iran-PE : Un eurodéputé appelle à envoyer le dossier nucléaire iranien au Conseil de Sécurité

Tunne KelamCNRI, 19 novembre – Tunne Kelam, europarlementaire d’Estonie, du groupe PPe des démocrates chrétiens, a pris la parole lors d’un rassemblement de 35.000 Iraniens à Bruxelles le 7 novembre dernier en soutien à la résistance iranienne :  

Nous nous sommes réunis ici aujourd’hui pour appeler l’Union Européenne à envoyer le dossier de l’Iran devant le Conseil de Sécurité et dénoncer le fait que l’opposition iranienne soit injustement qualifiée de terroriste, et aussi pour soutenir le peuple iranien dans son combat légitime pour la liberté et la démocratie.

L’UE repose sur des valeurs communes : la démocratie, le respect des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales, la liberté et la dignité de chaque individu. Ces valeurs sont indivisibles. Si nous les appliquons avec sérieux dans les pays membres de l’UE, nous devons les soutenir avec le même sérieux et la même transparence partout dans le monde, y compris en Iran. Le régime en Iran défit ces valeurs. De plus, il se dirige clairement vers son objectif : doter l’Iran  de l’arme nucléaire. Le nouveau président de l’Iran a menacé de rayer Israël de la carte.

Malheureusement, la réponse de l’UE à ce défi a été ambiguë et incohérente. L’expérience personnelle que j’ai acquise en ayant vécu pendant 50 ans sous la dictature terroriste soviétique m’a appris que la politique de complaisance n’apportera jamais la victoire aux forces démocratiques. Elle permettra seulement de conforter le pouvoir des dictatures et de gagner du temps pour atteindre leurs buts – répandre le terrorisme et obtenir l’arme nucléaire.  

En réalité, l’EU utilise aujourd’hui un double standard dans ses relations internationales. D’une part, elle continue à maintenir la  principale force politique d’opposition, l’organisation des Moudjahidine du peuple, sur une liste d’organisations terroristes tout en croyant dans sa capacité à parvenir à des accords avec un régime ouvertement terroriste à Téhéran.

Comment peut on parvenir à écarter du pouvoir un régime oppressif et anti-démocratique si la principale  force politique d’opposition est tenue à l’écart du débat à la satisfaction des mollahs en Iran ? L’UE se soucie-t-elle sérieusement de la démocratie et des droits de l’homme dans les pays proches de nos frontières? La poursuite de cette politique de complaisance ne pourra qu’entamer davantage la crédibilité de la Politique Etrangère et de Sécurité Commune de l’UE.

La solution que proposent les ministres des affaires étrangères de l’UE, qui se réunissent aujourd’hui, ne peut être que de porter le dossier de l’Iran devant le Conseil de Sécurité sans délai, et de donner sa chance à l’opposition iranienne, au lieu de restreindre ses activités. Sinon, la seule option sera la responsabilité commune dans le déclenchement d’une intervention militaire énormément coûteuse sur le plan humain et politique.  
Je dis: « Donnez une chance aux Moudjahidine ! » Si l’UE songe sérieusement à apporter un changement démocratique en Iran, la seule solution est de soutenir l’appel lancé par Mme Maryam Radjavi, qui a déclaré en décembre dernier au  Parlement Européen que le changement ne peut se faire que par les Iraniens et leur résistance.

Quand vous taxez la seule opposition légitime au régime des mollahs en Iran d’organisation terroriste, vous niez le droit d’une nation à résister à la dictature. Vous niez également les droits des réfugiés politiques qui ont échappé aux griffes du régime. En Iran ils ne peuvent pas exprimer leur soutien à la résistance, et aujourd’hui en Europe, ils ne peuvent toujours  pas critiquer ce régime. Ils ne peuvent plus déclarer leur soutien à la résistance, parce que s’ils le faisaient, ils seraient considérés comme des terroristes.

Les propos récemment tenus par Ahmadinejad, prouvent clairement que nous ne sommes pas en face d’un régime ou d’un homme politique normal. C’est un Etat théocratique qui doit disparaître.

Le fait que les Moudjahidine du peuple (OMPI) figurent sur cette liste interrompt tout processus démocratique en Iran. Personne ne peut parler de démocratie en Iran quand l’Occident inscrit le principal groupe d’opposition sur une liste noire et impose beaucoup de restrictions à ses sympathisants.

Aussi j’aimerais appeler nos dirigeants européens à repenser la politique menée jusqu’ici vis-à-vis de l’Iran et tout particulièrement leur attitude injuste et répressive à l’encontre de l’OMPI. La déclaration signée par 260 députés et eurodéputés de 22 pays membres, disait que «le retrait de l’OMPI de la liste des organisations terroristes peut être le facteur le plus déterminant pour obliger le régime iranien à se plier au droit international».

Je suis tout à fait d’accord avec ce que je viens de lire. Je souhaiterais conclure en exprimant mes vœux à nos frères et sœurs dans la base Achraf en Irak. Leur résistance à toutes les pressions et conspirations des mollahs est une source d’inspiration pour nous tous.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe