dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran-opposition : Un cas de realpolitik préoccupant (France Info)

Iran-opposition : Un cas de realpolitik préoccupant (France Info)

France info, 18 juin, 18h45 – La situation en Iran fait indirectement resurgir une vieille affaire, celle d'Auvers-sur-Oise en 2003. A l'époque de la police avait interpellé de nombreux représentants de l'opposition iranienne réfugiée en France. Tous étaient soupçonnés de projets terroristes contre le régime de Téhéran. Six ans après, le dossier est au point mort. Les défenseurs de ces opposants réclament un non-lieu et dénoncent un cas de realpolitik assez préoccupant. Un reportage de Laurent Dulsan :

17 juin 2003, Auvers-sur-Oise près de Paris. La police française déclenche une vaste opération dite antiterroriste dans les milieux de l'opposition iranienne. Plusieurs dizaines de personnes principalement des Moudjahidines du Peuple sont interpellées. Six ans après 24 d'entre eux sont toujours mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. On les soupçonne d'avoir voulu agir contre le pouvoir iranien depuis la France. Or selon l'un de leurs avocats, William Bourdon, le dossier est vide et la justice ne sait plus comment s'en dépêtrer :

William Bourdon : la justice a toujours du mal à trouver une porte de sortie par le haut, tant elle a peur à chaque fois de perdre la face. Mais il faut bien que le courage devienne la vertu cardinale du juge dans un état de droit. C'est-à-dire constater face à l'inanité des charges, une seul décision s'impose, c'est le non-lieu pour l'ensemble des mis en examen dans ce dossier.

La ligue des droits de l'homme se mobilise également pour ces opposants iraniens. Elle voit dans ce dossier une nouvelle illustration des dérives d'une justice antiterroriste qui s'apparente à une véritable justice d'exception. Jean-Pierre Dubois, le président de la LDH:

Jean-Pierre Dubois : La justice dite antiterroriste, qui comme sur d'autres sujets, comme sur l'affaire de Tarnac, arrive à contaminer toutes les logiques judiciaires normales. Cette affaire-là n'a pas été menée sérieusement et il y a des gens qui depuis six ans n'ont pas été entendus plus d'une fois. Enfin ce sont des pratiques qui n'ont rien à voir avec la justice normale.

Toujours sur cette affaire, un journaliste dit avoir été témoin d'un accord politique franco-iranien conclu à Téhéran en mars 2003, quelques semaines avant l'opération d'Auvers-sur-Oise. Selon Jean-Claude Maurice, ex patron de la rédaction du Journal du Dimanche, le premier ministre de l'époque Dominique de Villepin se serait montré très conciliant avec ses interlocuteurs iraniens en leur annonçant l'opération d'Auvers-sur-Oise, moyennant quelques efforts de Téhéran sur les dossiers sensibles du moment. La conversation devait être discrète, mais Jean-Claude Maurice y avait assisté un peu par hasard :

Jean-Claude Maurice: Après que les photographes aient officié, ils ont fait sortir tout le monde. J'avais oublié ma sacoche, je rentre chercher ma sacoche, les portes se sont refermées et je me suis assis et j'ai pu ouvrir mon carnet de notes et noter tout ce qui s'est dit pendant une heure et quart.

De son côté Dominique de Villepin ne souhaite pas commenter ces révélations.

Laurent Dulsan, France Info.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe