samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran-opposition : Grande manifestation à Vienne, L’UE met en garde l’Iran

Iran-opposition : Grande manifestation à Vienne, L’UE met en garde l’Iran

ImageCNRI, Vienne, 24 novembre : L’Union Européenne a déconseillé à l’Iran toute « initiative unilatérale» d’intensification de ses activités nucléaires. L’ambassadeur britannique Peter Jenkins a déclaré aux journalistes que l’Union Européenne avait « agréé aux requêtes de plusieurs membres du conseil » de l’organe de surveillance des Nations Unies, l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, « qui avaient demandé plus de temps pour mettre en place un dialogue diplomatique sur l’avenir du programme nucléaire des mollahs ».

Le conseil des gouverneurs de l’AIEA s’est réuni jeudi à Vienne espérant pouvoir reporter le renvoi du dossier de l’Iran devant le Conseil de Sécurité en vue d’éventuelles sanctions pour avoir dissimulé ses activités nucléaires et n’avoir pas respecté le Traité de Non-Prolifération (TNP).
Pendant ce temps, des milliers de partisans de l’opposition principale iranienne, le Conseil national de le Résistance (CNRI) et l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), ont organisé un grand rassemblement devant le siège de l’AIEA à Vienne, demandant le renvoi du dossier nucléaire iranien devant le Conseil de Sécurité de l’ONU.
Les manifestants brandissaient des bannières où l’on pouvait lire « mollahs, terroristes », « le dossier nucléaire des mollahs à l’ONU ».
En septembre, le conseil avait reconnu l’infraction du TNP par le régime des mollahs et s’est réuni depuis pour faire le point sur l’évolution du dossier.
Jenkins, qui a pris la parole au nom de la présidence de l’UE à la réunion de l’AIEA, a déclaré que Téhéran devait « sérieusement » réfléchir au compromis proposé par la Russie selon lequel le pays serait autorisé à enrichir de l’uranium sur le sol russe.
Cependant, Jenkins a conseillé au régime intégriste de « mettre en place des mesures de construction de confiance » exigées par l’AIEA, soit de faire cesser les travaux de conversion de l’uranium en tant que première étape d’un processus qui abouti à du combustible pour réacteur nucléaire ou aux ingrédients d’une bombe atomique.
Il a affirmé que le régime iranien devrait « s’abstenir de toute démarche unilatérale supplémentaire qui pourrait aggraver la situation », en référence à ses activités d’enrichissement d’uranium.
Jenkins a déclaré dans un discours devant le conseil « que toute reprise des activités d’enrichissement à Natanz aggraverait sérieusement la situation provoquée par la reprise des activités à Isfahan », l’usine de conversion.
La coopération partielle du régime iranien avec les enquêteurs de l’AIEA à propos de ses activités nucléaires passées et présentes, a déclaré Jenkins à la presse, « met en doute la revendication de l’Iran selon laquelle son programme nucléaire est pacifique ».
Jenkins a assuré que le fait que Téhéran « ait admis être en possession d’un document qui lui a été délivré » sur le marché noir international, et qu’il s’agissait d’un mode d’emploi pour fabriquer le noyau explosif d’une bombe atomique, « soulevait de profondes inquiétudes » pour l’UE.
Il a affirmé que l’ouverture des négociations et le délai décidé par l’AIEA pour la saisine, ne devaient pas être mal interprétés par les religieux en Iran.
« L’Iran ne doit pas en déduire que cette opportunité restera valable dans n’importe quelles circonstances », a-t-il ajouté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe