dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesIran : Nous sommes debout au côté de Mme Radjavi et refusons...

Iran : Nous sommes debout au côté de Mme Radjavi et refusons de nous incliner devant des forces de serrage (Ranjana Kumari)

Iran : Nous sommes debout au côté de Mme Radjavi et refusons de nous incliner devant des forces de serrage (Ranjana Kumari)

CNRI – Ranjana Kumari, directrice du Centre de recherche sociale et 5e lauréate du Prix de leadership Lotus de l’Inde, intervenait lors d’une conférence le 27 février à la Défense, en présence de Maryam Radjavi, présidente élue de la résistance iranienne à Paris devant une assistance composée de personnalités venant de 26 pays du monde. Cette conférence était organisée par la commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

Mme Kumari souligné que « des problèmes tels que le viol des femmes prisonnières politiques en Iran, l’exécution des femmes en première accusation, devraient être considérés comme une honte pour l’humanité et la planète.»

Voici un extrait de son intervention :

Nous sommes venus ici pour élever nos voix, pour faire entendre haut et fort que les femmes du monde ne vont plus désormais tolérer aucune sorte d’intégrisme, en particulier religieux, en particulier d’intégrisme islamiste. Nous sommes ici pour dire clairement que les femmes du monde veulent la paix et nous sommes aux côté de nos sœurs d’Iran qui souffrent entre les mains du régime iranien. Nous sommes aux côtés de nos sœurs du Camp Liberty qui sont torturées, brutalisées par le régime iranien. Ainsi, nous voilà donc, et je veux vous accueillir chaleureusement, embrasser chacun de mes frères et sœurs présents à ce rassemblement.

C’est extrêmement gratifiant de regarder autour de moi et de voir des visages sur lesquels se lit la force du combat pour des droits des femmes. Et de pouvoir partager cette énergie, cet élan pour les droits démocratiques et la justice pour tous. Nous sommes ici pour nous unir contre l’extrémisme, contre l’intégrisme et pour regarder ensemble ce que l’autre voit. Pour connaître et comprendre ce que les femmes à travers le monde ont enduré, toutes sortes d’injustices, et il est temps de dire non à l’injustice. À toutes les formes d’injustices.

Les femmes ne vont plus le tolérer. Le Réseau des Femmes pour le Changement, au nom duquel je m’exprime aujourd’hui face à vous, et une autre dirigeante, Rita Sussmuth qui est ici avec nous, nous avons ensemble formé ce réseau en 2015, et le programme de ce réseau depuis sa création est de se battre contre les forces extrémistes. Et nous refusons de nous incliner devant des forces de serrage, et nous sommes debout au côté de Mme Radjavi. Parce qu’elle est celle qui est debout avec nous, forte, combattante, passionnée, pour protéger les femmes iraniennes de toutes sortes de cruauté, de brutalité et d’injustice.

Au moment où les conversations semblent augurer la paix et la liberté de parole, point culminant d’un monde meilleur, la situation en Iran semble être contraire. Les droits des femmes se dégradent. L’extrémisme violent mêlé à la religion et à la politique a dégradé l’humanité et en particulier la situation des femmes. L’intégrisme islamiste est une arme à double tranchant pour les femmes, confrontées à la stigmatisation d’être contre l’état, et élevant leurs voix contre les transgressions. Les odieuses attaques à l’acide perpétrées en 2014 sous prétexte de corriger les femmes de « mauvais port du voile » ne montraient rien d’autre que des signes de faiblesse.

Je dois signaler que les coupables de ce crime sont toujours libres et n’ont pas été poursuivis pour ces actes. C’est une honte. Il est honteux que même à notre époque, existent des individus d’une telle cruauté, des forces patriarcales d’une telle brutalité, qui sont en liberté et pour qui aucune punition n’est prévue. Les auteurs des crimes du Camp Ashraf continuent à persécuter leurs victimes mais en dépit d’un effort mondial, justice n’a pas été faite pour ces femmes.

Au lieu de cela, elles sont forcées de quitter leur propre pays et de chercher refuge ailleurs dans le monde. Cela me pousse à m’interroger sur tous ceux qui se targuent d’être intégristes et extrémistes : quel texte sacré vous permet d’avilir l’humanité ? D’avilir les femmes et de vous abaisser jusqu’au point de les violer sous prétexte de corriger leur façon de se comporter, leur mode de vie. Je vois cette barbarie contre les femmes en Iran et partout sur Terre comme une insulte à tant d’efforts fournis pour défendre les droits des femmes.

La lutte des femmes iraniennes est un combat de 150 ans pour réclamer des droits fondamentaux, participer activement aux débats publics, aux forums, et s’engager dans le processus politique. Leur contribution à l’indépendance et à la révolution pour la liberté et depuis lors, dans des mouvements internationaux, a joué un rôle essentiel dans l’épanouissement intellectuel des femmes et est considéré comme le moyen le plus efficace de s’élever contre la dictature et la théocratie.

Tous ici présents, nous devons applaudir les très honorables efforts de leaders comme Mme Radjavi, qui ont mené le mouvement de résistance et ont été au premier plan de la lutte pour les droits des femmes iraniennes. C’est une direction difficile qui a guidé le monde des principes islamiques, principes tels que l’égalité des genres, la justice et la parité de représentation des femmes et des hommes.

Nous sommes certains que nos efforts pour unir le monde et notre travail ensemble pour bâtir la paix fera advenir de véritables changements dans la situation des femmes. J’espère que vous êtes tous d’accord avec moi sur le fait qu’une meilleure représentation des femmes dans les sphères politiques est ce qui peut mener à un pays juste et prospère, une véritable nation, que c’est essentiel pour le développement de toute nation au sens authentique du terme.

Alors qu’il est indiqué que la participation politique des femmes a doublé ces 20 dernières années, elle ne s’est élevée qu’à 22%. Je suis certaine que les sœurs qui ont participé à la conférence de Pékin et qui sont ici assises sur le podium savent qu’il ne s’agit que de 22%. Ce chiffre indique clairement qu’il y a encore beaucoup à faire. Mais il s’agit de l’égale participation des femmes au processus démocratique.

La transition vers la démocratie doit être inclusive, permettre aux femmes de faire partie des discussions sur la paix, et de mettre en avant leurs opinions tandis que des mesures sont prises en faveurs des femmes. Si les femmes ne sont pas présentes à l’élaboration des politiques, si elles ne sont pas dans les salles de conseil, si elles ne dirigent pas leurs parlements, alors je ne sais pas pour qui ces politiques sont faites et qui donne vraiment son consentement à ces lois et ces mesures qui sont imposées aux femmes.

Des problèmes tels que le viol des femmes prisonnières politiques en Iran, l’exécution des femmes en première accusation, devraient être considérés comme une honte pour l’humanité et la planète. L’extrémisme et le régime anti-femmes doivent être coupés à la racine pour reconquérir la dignité perdue des femmes et leur permettre de vivre dans un endroit sûr.

Les femmes qui ont le courage de combattre les discriminations sévères à leur encontre et qui mènent des manifestations de protestation contre le régime ont besoin de soutien. Nous devons établir le schéma directeur d’un contexte social capable d’aider les futurs leaders à former le mouvement et à le continuer.

Les droits des femmes ont été suffisamment sacrifiés et anéantis. Il est temps de mettre fin à la notion radicale de patriarcat et à la culture qui place les femmes au statut de simples subordonnées. Applaudissons encore une fois les efforts de nos sœurs qui ont maintenu la flamme de la lutte contre le régime. Nous nous tenons avec vous en solidarité et vous apportons notre soutien à cette occasion.

Je vois vos visages comme ceux des leaders qui feront front commun pour mener ce mouvement d’égalité, de justice et de liberté pour tous. Et à la fin, je veux juste vous dire et faire passer ce message à nos sœurs au Camp Liberty, n’imaginez pas que nous puissions vous quitter un seul instant. Nous sommes avec vous, nous vous soutenons, nous sommes témoins des injustices et les combattons.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe