jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafIran : Montée des mesures répressives, du blocus et des pressions inhumaines...

Iran : Montée des mesures répressives, du blocus et des pressions inhumaines contre les habitants de Liberty

Alors que cela fait plus de 100 jours que sept Achrafiens ont été pris en otages et sont détenus  par des forces aux ordres du Premier ministre irakien Maliki, et que les habitants de Liberty et les Iraniens à travers le monde entrent dans leur 101e jour de grève de la faim, le comité chargé de la répression des Achrafiens au cabinet de Maliki vient d’aggraver les restrictions et d’intensifier les mesures répressives à Liberty.

Depuis la matinée du 9 décembre, deux criminels en chef, Sadegh Mohammad Kazem et Ahmad Khozair, liés au cabinet du premier ministre, empêchent la sortie des camions de vidange des eaux usées sous prétexte de fouilles corporelles des chauffeurs et de ceux qui les accompagnent.  Cela fait deux ans que les camions de vidanges sont accompagnés dans leurs déplacements par la police et jamais cette fouille n’a eu lieu. Les agents du premier ministère cherchent à provoquer des heurts dans le but de commettre un nouveau massacre.

Le même jour, Ahmad Khozair qui a participé en personne à trois massacres à Achraf, a interdit aux entrepreneurs et ingénieurs irakiens d’entrer à Liberty pour y creuser des canaux d’évacuation des eaux et réparer les routes du camp rendues impraticables en raison des pluies.  De plus, un grand nombre d’équipements que les habitants de Liberty avaient achetés pour réparer les baraquements délabrés ont été renvoyés à l’expéditeur.

Le 8 décembre, Ahmad Khozair, faisant obstruction au déplacement de l’ambulance, a retardé le transport de malades à l’hôpital entrainant l’annulation de leur rendez-vous avec les médecins. Il s’agit d’un mode opération habituel des forces irakiennes pour persécuter les malades. Le même jour, ils ont empêché une interprète de se rendre à l’hôpital. Les agents irakiens l’ont insultée et lui ont dit : « c’est nous qui donnons les ordres et c’est nous qui choisissons qui va à Bagdad et qui n’y va pas et vous, vous ne pouvez rien dire, sinon on vous écrase sous nos bottes… »

101 jours après le massacre et les exécutions collectives à Achraf, le gouvernement irakien refuse de rendre les corps des 52 victimes pour les enterrer, maniant la torture psychologique sur l’ensemble des habitants, des parents, des proches et des amis de ces martyrs.

Compte tenu des engagements écrits et répétés des USA et de l’ONU sur la sécurité et la santé des habitants de Liberty, la Résistance iranienne demande leur intervention urgente pour mettre fin à ces mesures inhumaines et répressives et expulser de Liberty des assassins des Achrafiens comme Sadegh Mohammad Kazem et Ahmad Khozeir.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 10 décembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe