samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésIran – Menaces de poursuites judiciaires contre les chanteuses et les musiciennes

Iran – Menaces de poursuites judiciaires contre les chanteuses et les musiciennes

Iran – Menaces de poursuites judiciaires contre les chanteuses et les musiciennesCNRI – Dans la dernière vague de répression des libertés civiles, la dictature religieuse au pouvoir en Iran a menacé de poursuites judiciaires les femmes qui chantent ou qui jouent de la musique. Un groupe de membres du parlement des mollahs a demandé des actions plus sévères contre la participation des femmes à des activités artistiques.

Le porte-parole de la Commission de sécurité du parlement, Hossein Naghavi, a déclaré dans une interview avec l’agence de presse gouvernementale Mehr : « Si les dirigeants du pays ne prennent pas en compte les remarques des députés, le parlement devra utiliser ses prérogatives légales pour résoudre ce problème. »

« Le fait que les femmes chantent ou jouent un instrument de musique est contraire aux croyances et aux valeurs religieuses et dans de nombreux cas, ces interdictions n’ont pas été respectés dans le pays », a-t-il déclaré.

Le régime des mollahs a intensifié les restrictions contre la participation des femmes à des activités artistiques. Récemment, les concerts de plusieurs groupes de musique ont été annulés à cause de la présence dans ces groupes de quelques musiciennes ou à cause de l’emploi du terme « concert » dans les affiches publicitaires de ces groupes.

A titre d’exemple, les femmes musiciennes n’ont pas été autorisées à se produire sur scène aux côtés des hommes dans un festival officiel qui a eu lieu le 12 octobre dans la ville d’Ispahan. Ces musiciennes ont été forcées de s’asseoir dans le public et de regarder les hommes jouer.

Les officiels du régime ont promis à ces femmes musiciennes qu’elles seraient autorisées à organiser leur concert plus tard, mais cette promesse n’a pas été tenue.

En décembre 2013, un groupe de musiciens a écrit au ministre « des orientations islamiques », Ali Jannati, une lettre dans laquelle il a demandé la fin de la répression contre les musiciens.

Les auteurs de cette lettre ont précisé :
« La communauté de la musique a constaté une intensification des mesures sécuritaires à son encontre et les arrestations récentes ne sont que la partie visible de l’iceberg. »

« Lors de sa campagne électoral, Hassan Rohani avait promis des changements et une société ouverte, en promettant notamment que la pratique de la musique ne sera pas soumise à l’obtention d’autorisations officielles. A la suite de ces promesses électorales, certains avaient espéré que les femmes qui représentent la moitié de la société pourraient activement retourner dans le monde de la musique. »

« Malheureusement, non seulement il n’y a eu aucun changement, mais au contraire des artistes se sont trouvés en prison. »

Ces musiciens ont également demandé dans leur lettre au ministre la libération de tous les artistes arrêtés ces derniers mois en vertu des lois misogynes des mollahs qui interdisent aux femmes de chanter en public, de jouer des instruments de musique ou de participer aux programmes musicaux à la télévision.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe