mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : le sort d’un artiste prisonnier politique reste inconnu – inquiétude...

Iran : le sort d’un artiste prisonnier politique reste inconnu – inquiétude de la famille

Iran : le sort d’un artiste prisonnier politique reste inconnu – inquiétude de la famille

CNRI – Le prisonnier politique Youssef Emadi a été transféré en quarantaine dans la prison d’Évine il y a trois semaines sur ordre du directeur de la prison, et personne n’a de ses nouvelles à cause de l’interdiction pour lui de téléphoner ou de recevoir des visites.

Il a été convoqué dans le bureau du directeur de la prison après avoir protesté contre un des gardiens. On lui a interdit de téléphoner ou de recevoir des visites et il a été transféré en quarantaine dans la section 4 en guise de punition.

Selon les rapports, Yousef est allé voir le gardien pour suivre sa demande concernant le transfert des prisonniers politiques dans la section 350, mais une dispute a éclaté entre les deux et il a été convoqué dans le bureau du directeur de la prison.

Le rapport indique qu’il n’est pas retourné dans sa section après sa convocation.

Le bureau du procureur, en réponse aux appels de la famille de Youssef Emadi qui est inquiète concernant le sort de leur enfant, a déclaré qu’ils n’étaient pas au courant de son transfert, ni de l’interdiction de téléphoner ou de recevoir des visites.

La famille de ce prisonnier politique ne sait pas vers qui se tourner pour obtenir des informations sur le sort de leur fils.

Le compositeur Youssef Emadi, avec Mehdi et Hossein Rajabian, ont été arrêté le 5 octobre 2015 dans leur bureau pour le lancement de musique et sa vente sur un site web appelé Music Leaf. Il a passé plus de deux mois en isolement dans la section 2A des gardiens de la révolution qui l’ont interrogé et torturé.

Youssef Emadi a été accusé de « propagande contre l’Etat » et de « communication avec les médias étranger » pendant sa période d’emprisonnement. Son cas est suivit par la branche 28 de la Cour révolutionnaire.