mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : le prisonnier politique Majid Assadi se voit refuser des soins

Iran : le prisonnier politique Majid Assadi se voit refuser des soins

Iran : le prisonnier politique Majid Assadi se voit refuser des soins

Par Shamsi Saadati 

Le régime iranien refuse au prisonnier politiques Majid Assadi de se faire soigner dans la prison de Gohardasht à Karaj.

Assadi souffre de diverses maladies, notamment de vives douleurs à la colonne vertébrale et des problèmes digestifs qui se sont aggravés du fait que les autorités pénitentiaires ont continué à entraver le processus de ses soins médicaux.

Il se voit refuser l’accès à un hôpital situé à l’extérieur de la prison parce qu’il a refusé de porter un vêtement de prison à l’hôpital.

Forcer les prisonniers politiques à porter des vêtements de prison lors de rendez-vous à l’extérieur de l’hôpital est une méthode utilisée par le régime iranien pour les humilier en public.

Assadi, 35 ans, souffre de spondylarthrite ankylosante (SA), une maladie du rhumatisme qui affecte la colonne vertébrale, selon les médecins.

Le syndrome d’AS est considéré comme une maladie dangereuse et Assadi doit se rendre dans un hôpital situé à l’extérieur de la prison tous les trois mois pour contrôler la maladie, selon Iran Human Rights Monitor. Cependant, en raison d’obstruction imposée par les autorités pénitentiaires et le pouvoir judiciaire du régime, il n’a pas accès à des médecins ni à des soins spécialisés.

En septembre 2019, une audience prévue à Assadi a été annulée pour la deuxième fois à la suite de son refus de porter un vêtement de prison lors de son transfert.

Auparavant, Assadi avait été convoqué devant un tribunal affilié à la sinistre prison d’Evine, le 18 août, à Téhéran. Toutefois, ces audiences ont également été annulées en raison de son refus de porter un habit de prison. Assadi a également protesté contre l’insistance des autorités pour qu’il soit menotté et enchaîné.

Assadi est derrière les barreaux de Gohardasht depuis son arrestation par des agents du ministère des Renseignements le 18 février 2017.

Le 27 novembre 2018, la 26e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran l’a condamné à six ans de prison et deux ans en exil à Borazjan, dans la province de Bouchehr, pour des accusations de « menace à la sécurité nationale par rassemblement illégal et collusion » et «propagande contre l’État. « 

Traducteur dans une entreprise privée, Assadi avait déjà été condamné à quatre ans de prison en mars 2010 pour « réunion et collusion contre la sécurité nationale » par la 15e chambre du tribunal révolutionnaire. Il a terminé sa peine le 8 juin 2015.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe