samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran: le Français et l'Allemand détenus risquent une nouvelle inculpation

Iran: le Français et l’Allemand détenus risquent une nouvelle inculpation

Iran: le Français et l'Allemand détenus risquent une nouvelle inculpationAgence France Presse – Le Français Stéphane Lherbier et l’Allemand Donald Klein, emprisonnés pour avoir pénétré illégalement en Iran, risquent une nouvelle inculpation et ont peu de chance d’être relchés "de sitôt", a dit mardi le ministre iranien de la Justice, Jamal Karimi-Rad.

"Des questions sont apparues sur l’équipement qu’ils avaient en leur possession (au moment de leur arrestation, ndlr), et à cause de cela une nouvelle enquête a été ouverte et est en cours", a déclaré M. Karimi-Rad à des journalistes, après un point de presse.

Les deux hommes, arrêtés fin novembre au cours d’une partie de pêche dans les eaux du Golfe, et condamnés en janvier à 18 mois de prison, "ne devraient pas être relchés de sitôt", a ajouté M. Karimi-Rad.

Stéphane Lherbier, 32 ans, et Donald Klein, 52 ans, avaient été interpellés au large de l’île d’Abou Moussa, contrôlée par l’Iran, dans le détroit d’Ormuz.

Leur condamnation par un tribunal de Bandar Abbas (sud) avait été confirmée en appel le 18 mars, pour le seul chef d’accusation d’avoir pénétré illégalement dans les eaux territoriales iraniennes.
La mention par M. Karimi-Rad mardi de "questions" sur l’équipement des deux pêcheurs semble renvoyer à leur possession d’un système de positionnement par satellite GPS.

Un des avocats des deux hommes avait pourtant expliqué qu’en première instance le tribunal avait refusé de prendre en compte une accusation d’espionnage.

Le chef de la justice iranienne, l’ayatollah Mahmoud Hachémi Shahroudi, avait annoncé le 26 avril avoir "délivré un ordre spécial" pour qu’une "enquête urgente" soit menée sur M. Lherbier, afin de "décider de son cas".

Cette décision faisait suite à une requête de l’épouse du Français, Véronique Lherbier, pour que les autorités iraniennes relchent son mari.

Lors du procès en appel, l’avocat principal de M. Lherbier, Abdolhamid Abdolhamd, avait rappelé que son client "ne savait pas qu’Abou Moussa appartient à l’Iran, car les cartes et brochures qu’il a obtenues aux Emirats arabes unis mentionnent l’île comme appartenant aux Emirats".

M. Lherbier, qui a monté une société de pêche sportive basée dans l’émirat d’Oumm al-Qaiwain (Emirats arabes unis), était parti avec son client allemand le 29 novembre pour une partie de pêche.

La France reste "très mobilisée" pour son ressortissant, au bénéfice duquel elle souhaite une mesure de "clémence" de Téhéran, avait assuré le 28 juin le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Mattéi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe