mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran: la suspension de l'enrichissement d'uranium "pas au programme" (porte-parole)

Iran: la suspension de l’enrichissement d’uranium « pas au programme » (porte-parole)

Iran: la suspension de l'enrichissement d'uranium "pas au programme" (porte-parole)Agence France Presse – L’Iran ne prévoit pas de suspendre son enrichissement d’uranium, a déclaré dimanche le porte-parole de la diplomatie iranienne Hamid Reza Assefi, à deux jours de la réponse formelle que Téhéran devait donner à une offre des grandes puissances demandant cette suspension.

"La question de la suspension est un retour au passé et n’est pas au programme de la République islamique", a dit M. Assefi dans son point de presse hebdomadaire.

L’Iran avait annoncé qu’il répondrait le 22 août à une offre des grandes puissances visant à ce qu’il suspende son enrichissement d’uranium, alors que le Conseil de sécurité lui avait donné jusqu’au 31 août pour suspendre cette activité, faute de quoi il envisagerait des sanctions pour l’y contraindre.

M. Assefi a affirmé que cette résolution 1696 du conseil de sécurité, adoptée le 31 juillet, n’avait "pas de valeur juridique et légale", et qu’elle était "inacceptable".
Il a ajouté qu’en la matière, "quatre ou cinq pays ne peuvent pas décider pour le reste du monde", en référence aux cinq membres permanents du conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) qui ont soutenu la résolution 1696.

Le groupe des cinq grandes puissances, avec l’Allemagne, a proposé par ailleurs le 6 juin à Téhéran une offre de coopération dans les domaines nucléaire et économique. Mais cette offre est liée notamment à la condition d’une suspension par l’Iran de son enrichissement d’uranium.

Les dirigeants iraniens ont clairement dit à plusieurs reprises qu’ils considéraient cette condition comme inacceptable, assurant que jamais l’Iran ne cèderait sur son "droit" à l’enrichissement.

Ce procédé permet d’obtenir le combustible pour une centrale nucléaire, mais aussi le matériau nécessaire pour acquérir la bombe atomique. L’Iran assure que son programme nucléaire a des visées exclusivement civiles mais les grandes puissances craignent qu’il le détourne à des fins militaires.

M. Assefi a par ailleurs balayé les conséquences éventuelles de sanctions contre le régime, que le Conseil de sécurité étudiera si Téhéran ne suspend pas son enrichissement d’uranium.
Ces sanctions "seront plus dommageables pour eux que pour nous, parce que nous sommes sous un régime de sanctions informelles depuis la révolution islamique (1979, ndlr) et nous pouvons en gérer les conséquences en nous organisant", a-t-il dit.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe