jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran – La répression des minorités confessionnelles continue

Iran – La répression des minorités confessionnelles continue

CNRI – Le régime des mollahs poursuit sa politique de répression contre les adeptes des religions et des confessions minoritaires en Iran, notamment les bahaïs, les soufis (derviches), les sunnites et les chrétiens.

Selon les rapports reçus, plusieurs adeptes de bahaïsme ont été arrêtés le dimanche 8 mars dans la ville de Varamine. L’une des personnes arrêtées s’appelait Mme Laleh Mahdinéjad.

Les agents du ministère des renseignements du régime iranien (le VEVAK) ont procédé à une perquisition au domicile de Mme Mahdinéjad. Ces agents ont effectué une inspection complète de sa maison et ont saisi un certain nombre de documents et des effets personnels de cette personne, qu’ils ont arrêté ainsi que plusieurs de ses amis bahaïs.

Selon les dernières nouvelles, Laleh Mahdinéjad a été incarcérée dans la section 209 de la prison d’Evine.

Au cours du mois dernier, 5 Iraniens de confessions bahaïs ont été arrêtés par le VEVAK à Varamine et à Ispahan. Les familles des personnes arrêtées sont toujours sans nouvelles de leurs proches, ne savent pas dans quelle prison ils sont détenus et ne sont pas informées du contenu de leurs dossiers d’accusation.

Par ailleurs, selon les organisations de défense des droits de l’Homme, Mme Massoumeh Zia qui est une adepte d’un groupe religieux, appelé « Erfan-e-Halgheh », a été convoquée par des organes sécuritaires du régime des mollahs. Lorsque Mme Zia a demandé la raison de sa convocation, les agents du régime ont dit qu’ils veulent l’interroger sur les réunions de ce groupe religieux. Convoquer des activistes politiques ou religieux fait partie des méthodes employées par le régime iranien pour semer la peur dans ces milieux.

Dans un premier temps, Mme Zia a été informée de sa convocation lors d’un appel téléphonique des agents des organes sécuritaires du régime. Elle a refusé de se présenter sans une convocation écrite. Quelques heures plus tard, une convocation écrite a été déposé auprès de sa fille. Dans cette convocation, il était spécifié que Mme Zia doit se présenter au Brigade numéro 2 de la police de sécurité.
Ces derniers jours, plusieurs autres adeptes du groupe « Erfan-e-Halgheh » ont été convoqués par le régime, notamment Mme Nahid Behchid.

M. Mohammad-Ali Taheri, le chef spirituel de ce groupe, est actuellement emprisonné et en raison de ses convictions religieuses, il a été condamné à une peine de 6 ans de prison.
Le régime des mollahs est extrêmement méfiant à l’égard de tous les courants religieux jugés non conformes à la doctrine officielle défendue par le régime. Les adeptes de ces courants font constamment l’objet d’harcèlements, de répression et de poursuites judiciaires.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe