mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : L’empire commercial de Khamenei profite de la levée des sanctions

Iran : L’empire commercial de Khamenei profite de la levée des sanctions

CNRI – (D’après Reuters) – L’un des principaux bénéficiaires de l’assouplissement cette semaine des sanctions contre l’Iran est le guide suprême du régime iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.
Khamenei contrôle un énorme empire commercial, connu sous le nom de Setad, qui a investi dans l’industrie pétrochimique en Iran et qui est maintenant autorisé à reprendre ses exportations. En vertu d’un accord d’une durée de six mois entre l’Iran et les puissances mondiales, Téhéran a promis de stopper certaines parties de son programme nucléaire, en contrepartie de la suspension de certaines sanctions économiques, notamment les restrictions imposées à l’exportation de ses produits pétrochimiques.

Le lundi 20 janvier, le jour de l’entrée en vigueur de la suspension de certaines restrictions, le Département du Trésor des États-Unis a publié la liste de 14 entreprises pétrochimiques iraniennes qui avaient été précédemment sanctionnées, mais qui sont maintenant autorisées à faire des affaires à l’étranger. La liste comprend les trois entreprises suivantes qui – selon les déclarations de l’année dernière du Département du Trésor – sont contrôlées par Setad : Ghaed Bassir Petrochemical Products Co, Marjan Petrochemical Co et Sadaf Petrochemical Assaluyeh Co.
Dans un communiqué envoyé par courriel à Reuters, un porte-parole de Setad dit que ce dernier détient uniquement quelques actions de Ghaed Bassir Petrochemical. «Notre investissement dans le secteur de la pétrochimie est minime », a affirmé ce porte-parole.
L’assouplissement des sanctions intervient moins de sept mois après que le Département du Trésor ait ajouté à sa longue liste d’entités iraniennes sanctionnées Setad et 37 entreprises qui – selon le Département du Trésor – sont contrôlées par Setad, dont les trois entreprises pétrochimiques susmentionnées. Le Département du Trésor avait dit que son action en juin dernier contre Setad cherchait à cibler le guide suprême de l’Iran et avait accusé Setad de faire partie des entreprises que le régime iranien utilise pour contourner les sanctions américaines et internationales.

Au mois de novembre, Reuters a publié trois articles (www.reuters.com/investigates/iran/)qui pour la première fois révélaient en détail comment Setad est devenue l’une des institutions les plus riches et les plus puissantes en Iran, en grande partie par le biais de la confiscation systématique et la vente de milliers de propriétés appartenant à des Iraniens ordinaires. Au moment où Washington a sanctionné Setad, celui-ci était devenu un conglomérat commercial pesant plusieurs milliards de dollars et possédant des participations dans presque tous les secteurs de l’industrie iranienne, y compris les finances, le pétrole et les télécommunications.
Agence de presse officielle de l’Iran a dénigré le rapport de Reuters, en le qualifiant de «désinformation» destinée à détruire la confiance du peuple dans les institutions de la République islamique.
Le nom complet de ce conglomérat en persan est « Setad Ejraiye Farmane Hazrate Emam ». Les membres du conseil d’administration de ce conglomérat sont nommés par Khamenei qui est le guide suprême du régime iranien et qui a le dernier mot sur toutes les questions gouvernementales, notamment l’accord nucléaire préliminaire. L’Iran et les six puissances mondiales – les États-Unis, la Russie, la Chine, le Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne – s’efforceront de parvenir à un accord définitif au cours des six prochains mois. L’Occident pense que l’Iran veut fabriquer des armes atomiques. L’Iran a toujours dit que son programme nucléaire était un programme pacifique dont le but est la production d’énergie.
Setad tire profit de l’accord préalable par le biais de l’exportation de produits pétrochimiques. L’accord rend plus facile pour l’Iran l’importation des matières premières et équipements destinés à l’industrie pharmaceutique. Setad contrôle de nombreuses sociétés pharmaceutiques en Iran.
Washington a ciblé l’année dernière l’industrie pétrochimique de l’Iran. Un fonctionnaire de l’administration Obama avait dit que ce secteur était devenu une source importante de recettes en devises pour l’Iran.
Dans une interview publié cette semaine par Reuters, un fonctionnaire du Département du Trésor a estimé que l’Iran pourrait générer au plus d’un milliard de dollars de recettes provenant des exportations de produits pétrochimiques au cours des six prochains mois, et peut-être beaucoup moins, car il ne serait pas en mesure de signer aucun contrat long-terme.
Des dizaines de produits pétrochimiques ne sont plus soumis à des sanctions, notamment l’ammoniac, le méthanol et le chlore. La suspension ne s’applique pas aux produits finis, tels que des sacs en plastique ou des pneus. Les citoyens américains et les entreprises appartenant aux américains n’ont toujours par le droit de faire des affaires avec l’Iran.
Le site Internet de Ghaed Bassir Petrochemical, qui fabrique des produits plastiques, affirme avoir exporté ses produits dans de nombreux pays, notamment l’Afrique du Sud, l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Turquie, l’Egypte, la Corée du Sud et la Chine. Une filiale de Setad, Tadbir Energy Development Group, indique sur son site Internet qu’il détient 80 % de Ghaed Bassir .
Un employé de Ghaed Bassir a affirmé que les responsables de cette société n’étaient pas immédiatement disponibles pour exprimer leurs points de vue à ce sujet.
En juin dernier, le Département du Trésor avait déclaré que Setad contrôle également Marjan Petrochemical, qui investit dans la production de méthanol, et Sadaf Petrochemical Assaluyeh, qui produit du caoutchouc.
Un responsable de la société Marjan a déclaré à Reuters : « Les sanctions ne nous font pas très mal. » Il a dit que cette société va poursuivre les pourparlers qu’elle a eus dans le passé avec des entreprises en Italie et au Danemark. «Nous sommes encore dans la phase de planification » a-t-il précisé.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe