samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran-Italie : soutien du sénat italien à la résistance démocratique iranienne

Iran-Italie : soutien du sénat italien à la résistance démocratique iranienne

Sénat italien: Lucio Malan, Secrétaire de la Présidence du Sénat, Lord Slynn of Hadley, Maryam RadjaviIRIS, Rome, 22 octobre – Une conférence de presse a été organisée aujourd’hui par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), dirigée par Maryam Radjavi, sa dirigeante élue. La conférence s’est tenue dans la salle de conférence du Sénat en présence de Lucio Malan, Secrétaire de la Présidence du Sénat et d'autres sénateurs et sénatrices de divers partis.

 

Sénat italien: Lucio Malan, Secrétaire de la Présidence du Sénat, Lord Slynn of Hadley, Maryam RadjaviIRIS, Rome, 22 octobre – Une conférence de presse a été organisée aujourd’hui par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), dirigée par Maryam Radjavi, sa dirigeante élue. La conférence s’est tenue dans la salle de conférence du Sénat en présence de Lucio Malan, Secrétaire de la Présidence du Sénat et d'autres sénateurs et sénatrices de divers partis.  

Le Conseil est composé de divers groupes politiques, ethniques et religieux d'opposition au régime théocratique des mollahs. Le but principal du Conseil est le retrait de la liste noire internationale des Moudjahidine du peuple, le seul obstacle à la pleine reconnaissance et qui limite l'action de ce qui sera le gouvernement provisoire après la libération, comme le souhaite le Conseil.

Le Conseil national de la Résistance iranienne dispose d’un réseau social qui canalise les protestations à la dictature iranienne. En juin dernier, il a réuni 70.000 opposants à Paris. «Nous sommes pour un Iran pluraliste et tolérant, pacifique et non-nucléaire. Nous sommes pour l'abolition de la peine de mort et contre la discrimination envers les femmes" ; il s’agit des principales positions du Conseil exprimées par Maryam Radjavi au cours de la conférence de presse.

Ce que propose ce mouvement de libération est une adhésion substantielle à une démocratie libérale. "Le régime soutient la présence sur la liste noire de l'Union européenne des Moudjahidine et c’est pour cela que je vous appelle à l’aide." Lord Slynn de Hadley, ancien membre de la Cour de justice européenne et a invité par CNRI, propose une liste semestrielle des groupes considérés comme dangereux pour éviter qu’ils ne restent longtemps quand ce n’est ni nécessaire ni justifié. «Les tribunaux et les parlements nationaux – poursuit Lord Hadley – peuvent faire beaucoup dans ce domaine". "Le Parlement britannique a été plus sage que le gouvernement en annulant l'interdiction. C’est ce que doivent faire les parlements nationaux et les députés européens pour inverser la décision du Conseil de l'Europe". Les sénateurs italiens se sont montrés prêts à soutenir la cause du CNRI devant le Conseil et le Parlement européen.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe