mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran: des manifestants emprisonnés soumis à la torture physique et psychologique

Iran: des manifestants emprisonnés soumis à la torture physique et psychologique

prisonCNRI – Selon des informations obtenues des prisons iraniennes, des manifestants arrêtés durant le récent soulèvement populaire ont été soumis à de sévères tortures, conduisant dans certains cas à la mort des victimes. Les corps des décédés sont ensuite envoyés aux médecins légistes.

Des manifestants récemment libérés ont fait part de témoignages bouleversants sur les sévices subis dans les prisons, racontant comment les prisonniers sont soumis, dès leur entrée,  à un tabassage violent, ciblant principalement la tête.

Les yeux bandés, le prisonnier est forcé de passer au milieu de deux rangés de tortionnaires qui lui assènent des coups frénétiques et continus lors de sa traversée. De cette mise en scène chaotique et violente, la victime en sort avec des blessures et des fractures sur tout le corps, surtout au niveau du crâne, du nez, des bras, des pieds et du visage.

Il est ensuite transféré dans une cellule surpeuplée où sont entassés des détenus qui ne peuvent  dormir que quatre heures à tour de rôle.

Afin d’humilier et de briser le moral du prisonnier, il n’a pas accès aux toilettes et doit se contenter de la cellule.

Selon les témoignages de rescapés, les interrogatoires durent souvent jusqu’à huit heures d’affilée et sont accompagnés de tortures psychologiques et physiques. Dans plusieurs cas, des prisonniers ne sont pas revenus dans leurs cellules après les scéances d’interrogatoires, laissant penser qu’ils ont probablement décédé ou sont à l’article de la mort.

Les tortionnaires obligent les détenus à signer des confessions dans lesquelles ils admettent avoir mis le feu à des mosquées et à des résidences, avoir tué des miliciens du Bassij ou avoir reçu des instructions de l’étranger pour manifester et prendre part dans des actes de vandalisme.

L'identité de certains tortionnaires de la prison d’Evine ont pu être identifiées comme suit : Hassan Zareh Dahnavi, Haydarifard, Hosseini, Rasekh et Moussavi.

En rappelant aux prisonniers que personne n’est au courant de leur sort, leur refus de signer des confessions peut conduire qu'à leur mise à mort et qu’on annoncera ensuite qu’ils sont mort dans des heurts durant les manifestations.

On estime à plusieurs milliers les personnes actuellement emprisonnées à la prison d’Evine. Mais la situation en province est encore plus inquiétante où l’on évoque le cas de nombreux prisonniers dont la vie est sérieusement menacées.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe