mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : Des Eurodéputés soutiennent la Cité d’Achraf

Iran : Des Eurodéputés soutiennent la Cité d’Achraf

CNRI – Le groupe interparlementaire des Amis d’un Iran Libre au Parlement européen a publié le communiqué suivant :

Le voyage en Iran d’Abdul Aziz Hakim, qui dirige les agents du régime iranien en Irak, et ses rencontres avec les dirigeants du régime des mollahs, particulièrement le guide suprême Ali Khamenei, préoccupent tous ceux qui souhaitent la tranquillité et la démocratie en Irak. Cette rencontre et plusieurs autres privées et publiques annoncent une ingérence terroriste et intégriste encore plus poussée des mollahs en Irak.

Une mission de Hakim et d’autres agents iraniens en Irak est de faire passer une résolution au parlement irakien pour expulser de ce pays les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).  Pour atteindre son objectif funeste, le régime compte sur le soutien de nombreux membres de l’actuel parlement irakien, parmi lesquels figurent des officiers et des commandants du corps des gardiens de la révolution iranien (CGR).  Leurs noms et leurs caractéristiques ont été récemment révélés dans une liste de 32.000 agents irakiens qui perçoivent un salaire du régime iranien.

Une autre révélation ces derniers jours indique qu’un député du parlement irakien, Jamal Ebrahimi, aussi connu sous le nom de Abou-Mohandesse, a dirigé un réseau terroriste en Irak et a été impliqué dans de nombreuses tueries dans ce pays. Il est responsable d’attentats contre les ambassades des Etats-Unis en 1983. Il se trouve en Iran depuis la semaine dernière. (New York Times, 7 février 2007).

La Force Qods du CGR et l’ambassade iranienne à Bagdad ont déployé tous leurs moyens pour recueillir le vote de ces députés afin de donner à l’expulsion d’Irak de l’OMPI une aura de légalité.

Le quotidien Djavan du CGR a cité Adel Abdul Mehdi, (adjoint de Hakim), le 1er février disant que “les autorités iraniennes nous ont dit que le gouvernement irakien devait régler le problème [de la présence des Moudjahidine en Irak]."

Le même jour, le porte-parole du gouvernement irakien Ali Dabbagh affirmait que l’option de "quitter le territoire irakien le plus rapidement possible" avait été donnée à l’OMPI. Deux jours plus tard, Abdul Aziz Hakim, le chef du Conseil suprême de la Révolution islamique en Irak, déclarait dans une rencontre avec Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, qui préside le Conseil de discernement des intérêts de l’Etat, que les membres de l’OMPI « doivent quitter l’Irak immédiatement ».

Beha Al-Arja’i, un agent iranien en Irak et président de la commission des affaires juridiques du parlement irakien a déclaré à la télévision Al-Arabiya que le gouvernement veut faire pression sur les Etats-Unis à propos du cas de l’OMPI et que les Etats-Unis et leur ambassadeur en Irak doivent respecter la décision du gouvernement irakien. 

Avec cette campagne de grande ampleur,  le régime iranien chercher à supprimer de son chemin l’OMPI – qui en tant qu’antithèse de l’intégrisme joue un rôle crucial pour contrecarrer l’exportation de l’intégrisme et du terrorisme en Irak – pour parachever sa domination de l’Irak et exercer son hégémonie sur tout le Moyen-Orient.

Les pressions exercées sur l’OMPI interviennent alors que tous les membres des Moudjahidine du peuple sont réfugiés politiques en Irak depuis vingt ans et bénéficient de la protection de la Quatrième Convention de Genève et des lois internationales. Toute expulsion ou déplacement involontaire des membres de l’OMPI équivalent à un crime de guerre et à un crime contre l’humanité.

C’est pourquoi, nous appelons le président du Parlement irakien et toutes les forces démocratiques de cette assemblée à s’élever contre ce complot et de ne pas permettre aux agents des mollahs de faire avancer leurs manoeuvres criminelles au nom du Parlement irakien. Nous appelons aussi le gouvernement américain et la Force Multi Nationale Irak à protéger pleinement les membres de l’OMPI de la Cité d’Achraf et à empêcher la mise en œuvre des complots du régime des mollahs. 

• Dr Alejo Vidal-Quadras, Vice-Président du Parlement européen, groupe PPE-DE, Espagne
• Manuel dos Santos, Vice-Président du Parlement européen, et membre de la direction nationale du parti socialiste portugais
• Struan Stevenson, Vice-Président du groupe PPE-DE, Coprésident de l’intergroupe parlementaire des Amis d’un Iran Libre, du parti conservateur écossais.
• Paulo Casaca, eurodéputé, Coprésident de l’intergroupe parlementaire des Amis d’un Iran Libre, du parti socialiste portugais
• Tunne Kelam, eurodéputé, président de la délégation estonienne du groupe PPE-DE
• Pr. Bernat Joan i Mari, eurodéputé et Vice-Président  Délégation à l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, groupe des Verts/Alliance libre européenne
• Piia-Noora Kauppi, eurodéputée, présidente de la délégation finnoise du groupe PPE-DE
• Dr Jaroslav Zverina, eurodéputé, groupe PPE-DE, république Tchèque
• Dr Romana Jordan Cizelj, eurodéputée, groupe PPE-DE, Slovénie
• Erik Meijer, eurodéputé, groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, membre de l’exécutif du parti socialiste hollandais.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe