mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran: Des eurodéputés en faveur de l’OMPI

Iran: Des eurodéputés en faveur de l’OMPI

Iran: Des eurodéputés en faveur de l’OMPI   CNRI – La menace que pose le régime iranien en Irak et le poids de la résistance iranienne ont été au cœur d’un débat au Parlement européen à Strasbourg le 17 mai 2006. La réunion organisée à l’initiative de l’intergroupe des Amis d’un Iran Libre, rassemblait de nombreux élus européens venus écouter Mohammad Mohadessine, président de la commission des Affaires étrangères du CNRI.

Le Portugais Paolo Casaca, vice-président des Amis d’un Iran libre, a ouvert les travaux  en accueillant les orateurs venus d’horizons aussi divers sur le plan politique que géographique: Jaroslav Zverina de la république Tchèque (PPE-DE); Philip Philip Bushill-Matthews, du parti conservateur britannique; Eva-Brit Svensson vice-présidente suédoise Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique et vice-présidente de la commission des droits des femmes et de l’égalité des genres; Tunne Kelam, (PPE-DE), membre estonien de la commission des Affaires étrangères; l’espagnol Bernat Joan I Mari,  du Groupe des Verts/Alliance libre européenne ; Emanuel Fernandez, (PSE), portugais de la délégation à l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE et  Mogens Camre, vice-président danois du groupe de l’Union pour l’Europe des Nations. 

M. Casaca a fermement condamné l’ingérence des mollahs en Irak et leurs conspirations contre la résistance iranienne qui représente le principal obstacle au développement de l’intégrisme dans ce pays.

Rappelant une lettre récente du régime de Téhéran au ministre des Affaires étrangères irakien pour demander de limiter l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) dans ce pays, il a estimé que « cette requête se comprend, car le soutien croissant de la population irakienne en faveur de l’OMPI, que j’ai remarquée au cours de mes voyages en Irak, a rendu le régime iranien furieux. »

« L’OMPI est le principal obstacle à l’expansion de l’intégrisme en Irak et la population lui accorde le plus grand respect », a-t-il ajouté. 

Paulo Casaca a aussi rejeté la politique de complaisance qui a lamentablement échoué et appelé au retrait immédiat de l’OMPI de la liste du terrorisme en Europe et aux Etats-Unis. 

Tunne Kelam a quant à lui exprimé son indignation devant les tentatives de Téhéran de réduire au silence son opposition au-delà des frontières. Il a salué l’OMPI pour sa détermination à renverser la tyrannie religieuse en Iran malgré toutes les difficultés.

Le président de la commission des Affaires étrangères du CNRI, a rendu hommage à tous ceux qui avait répondu rapidement à l’appel pour contrecarrer les plans du régime iranien en Irak contre l’OMPI basé à la Cité d’Achraf. Il a également qualifié d’encourageante la réaction rapide des cercles politiques et de l’opinion publique en Irak contre la tentative de Téhéran de limiter la liberté d’expression de l’OMPI en Irak.

Mohadessine a émis le voeu que la solidarité internationale avec les Moudjahidine du peuple finira par persuader le gouvernement irakien de garantir les droits de l’OMPI stipulés par la Quatrième Convention de Genève. 

En réponse à la question de savoir pourquoi le régime avait lancé une telle campagne contre l’OMPI, qui est désarmée et victime de nombreuses restrictions, M. Mohadessine a déclaré que « le régime essaie d’écarter tous les obstacles sur son chemin. L’OMPI est l’obstacle politique et culturel le plus important pour ce régime et comme l’a dit Mme Radjavi en 2003, l’ingérence des mollahs en Irak est bien plus dangereuse qu’une menace nucléaire."

« Le régime considère l’Irak comme sa première étape et la plus importante dans sa tentative d’instaurer un empire islamiste. »

Ce responsable du CNRI a noté que la politique extrêmement agressive et la rhétorique belliciste des mollahs contre la paix au Proche-Orient a commencé quand il a réussi à étendre son influence en Irak. Il a précisé aux eurodéputés que leur aide et leur soutien à la résistance iranienne ne s’inscrivaient pas seulement au service de la démocratie en Iran mais aussi de la démocratie en Irak et de la paix au Moyen-Orient. 

L’eurodéputée suédoise, Eva-Brit Svensson, a salué le rôle des femmes dans la résistance iranienne, qualifiant sa présidente élue Mme Radjavi, de symbole de résistance pour toutes les femmes en Iran, des femmes déterminées à ne pas plier devant la dictature religieuse. Elle s’est jointe aux autres eurodéputés pour appeler au retrait de l’OMPI de la liste du terrorisme. 

M. Fernandez du groupe socialiste a fait part de sa rencontre avec Mme Radjavi, en soulignant qu’il était sûr que les Iraniens seraient capables d’instaurer la démocratie sous sa direction. 

Le Danois Mogens Camre a déploré que l’occident ne fasse que parler alors que la population en Iran souffre sous une dictature religieuse. Il a rappelé que des années de négociations avec les mollahs n’avaient pas conduit à un changement dans leur attitude et que pendant ce temps c’étaient les Iraniens et leur résistance qui en avaient payé le prix. Il a également noté que l’OMPI servait de rempart à l’avancée de l’intégrisme des mollahs en Irak. Il a rappelé qu’il fallait que ses droits soient respectés dans ce pays, notamment sa liberté d’expression. 

Le Dr. Zvernia de la République Tchèque a qualifié Mme Radjavi de seul espoir pour la démocratie en Iran. Il a appelé le gouvernement irakien à ne pas céder aux pressions des mollahs et à permettre à l’OMPI d’agir librement en Irak, conformément aux conventions de Genève. 

Paulo Casaca a clos la réunion en rappelant que l’Occident devait beaucoup à la résistance de l’OMPI contre le fascisme religieux en Iran et a souligné que les eurodéputés devaient faire tout leur possible pour retirer cette organisation de la liste des organisations terroristes. 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe