mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : Déclaration du président de la commission juridique de la Coalition...

Iran : Déclaration du président de la commission juridique de la Coalition nationale syrienne

Iran : Déclaration du président de la commission juridique de la Coalition nationale syrienne

Une délégation de haut rang de l’opposition syrienne a rencontré Mme Maryam Rajavi, présidente élue de la Résistance iranienne

Le 11 juin 2016 Mme Maryam Rajavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, a accueilli un groupe de personnalités syriennes et de représentants de l’opposition dans sa résidence au nord de Paris. Mme Suheir Attassi, membre du Haut Comité des Négociations ; Mme Nagham Ghadri, ancienne vice-présidente de la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution syrienne ; Dr. Taghrid al-Hagli, ancien ministre de la Culture du gouvernement provisoire syrien ; Haitham al-Maleh, responsable de la commission légale de la Coalition nationale ; Michel Kilo, écrivain reconnu et journaliste ainsi que membre du comité politique de la Coalition nationale ; Dr. Nasr Al-Hariri, ancien secrétaire général de la Coalition nationale ; Ghassan Aboud, fondateur du groupe Orient Media ; le Général de brigade Abdullah Bashir Noeimi, ancien chef d’état-major de l’Armée syrienne libre ; le Général de brigade Mesghal Al-Batish Noeimi et le Général de brigade Mustafa Sheikh, commandants de l’Armée syrienne libre ; et M. Ahmad Kamel, attaché de presse de la Coalition nationale, étaient présents à la réunion.

Au cours de cette réunion, Mme Radjavi a salué l’héroïsme du peuple syrien, spécialement les habitants de la ville dévastée d’Alep, et a affirmé que pendant que les puissances mondiales sont soit restées du côté du meurtrier ou demeurées passives, la détermination du peuple syrien au cours des six dernières années promet sa victoire certaine et celle de la révolution syrienne. Le régime Assad et son principal soutien, le fascisme religieux au pouvoir en Iran, ne seraient pas capables d’échapper à cette défaite.

Mme Rajavi a ajouté que le peuple iranien et sa Résistance ainsi que la révolution syrienne mènent une bataille historique contre un ennemi commun, les mollahs criminels au pouvoir en Iran qui, avec leurs crimes, ont plongé toute la région dans un océan de sang et de conflit. Mais aujourd’hui, le peuple syrien et la révolution ont fait de la ville d’Alep un bourbier pour le régime iranien qui n’a aucune porte de sortie. Les responsables du régime reconnaissent dans leurs réunions internes qu’ils n’ont pas la possibilité de maintenir Bachar Assad au pouvoir. Toutefois, en continuant leur massacre du peuple syrien, ils veulent retarder aussi longtemps que possible le sort funeste qui guette le régime iranien. Mais chaque jour qui passe, ils sont obligés de payer un prix plus élevé pour leur politique.

Haitham al-Maleh, célèbre avocat syrien et président de la commission juridique de la Coalition nationale, a remercié la Résistance iranienne et la présidente Maryam Rajavi d’être aux côtés du peuple syrien et de la révolution et a affirmé : « Ma relation avec l’opposition iranienne est vieille de 50 ans. » M. Maleh a affirmé que les mollahs ont déployé sur le terrain 80.000 forces de différents pays, y compris le Hezbollah libanais et les milices pakistanaise, irakienne et afghane ainsi que les Houthis. Il s’est également exprimé à propos du soutien financier que le régime théocratique fournit à Bachar Assad afin d’éviter son renversement, en ajoutant que malgré ceci, ils ne peuvent pas empêcher le renversement d’Assad et la victoire de la révolution.

Mme Suheir Attassi, membre du Haut Comité des Négociations, a mis l’accent sur la solidarité entre les deux peuples et les deux résistances et déclaré : « A notre avis Mme Rajavi et son mouvement représentent le peuple iranien et non le régime des mollahs qui n’a de cesse de tuer nos enfants. » Mme Attassi a présenté un rapport sur le siège criminel de certaines villes et de certains villages en Syrie et a appelé le peuple iranien et les mères iraniennes à ne pas laisser le régime des mollahs envoyer leurs enfants aux fronts en Syrie – dans une guerre que, sans le moindre doute, Khamenei et Bachar Assad en seront les perdants.

M. Michel Kilo, une figure reconnue de l’opposition syrienne depuis plusieurs décennies et un membre du comité politique de la Coalition nationale, a mis l’accent sur le fait que le régime iranien a actuellement a engagé 80.000 membres de ses forces des Gardiens de la Révolution et d’autres mercenaires dans la guerre contre la nation syrienne. Ceci vient s’ajouter au soutien financier, économique, militaire et politique que le régime théocratique fournit pour maintenir Bachar el-Assad au pouvoir. Cependant, le régime iranien est très fragile, faible et vulnérable et il sait que s’il se retire de la Syrie, il sera confronté à des conflits majeurs à l’intérieur du pays (l’Iran).

Dr. Nasr Al-Hariri a affirmé au cours de la réunion que le régime iranien craint fortement que s’il est battu en Syrie et chassé hors du pays et de la région, l’opposition iranienne et en particulier l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) auront l’opportunité de défier le régime iranien et agiront pour le renverser. Dr. Hariri a ajouté que le régime iranien suffoque d’une crise importante en raison de ses pertes en Syrie en général et à Alep en particulier, puisque les Gardiens de la Révolution ont perdu un grand nombre de leurs officiers et cadres, évalué à plus de 1600.

Les membres de la délégation syrienne ont mis l’accent sur le fait que le régime des mollahs s’est, depuis le début, ingéré en Syrie et a fourni une assistance militaire, sécuritaire, financière et personnelle au régime syrien et directement participé à la destruction, à la dévastation et au changement démographique de la population, tout ce qui a été fait aux frais des populations iraniennes. Au lieu de se concentrer sur les problèmes internes de l’Iran et sur l’amélioration de la vie des populations, le régime a mené des guerres externes et a tenté de justifier cela par l’argument sans fondement de vernis religieux.

Les membres de la délégation ont envoyé un message au peuple iranien et à leurs nobles représentants qui soutiennent les aspirations du peuple syrien et qui partagent ses souffrances. Les membres de la délégation ont loué l’initiative de la Résistance iranienne de dédier l’événement Iftar de cette année du Ramadan à la cause syrienne. Ce qui amène à se concentrer sur les crimes contre l’humanité qui se sont poursuivis pendant cinq ans dans toutes les régions de la Syrie sous la forme de meurtres, de destructions, de blocages et de famine forcée.

Le programme d’Iftar le samedi 11 juin au siège du Conseil National de la Résistance iranienne s’est tenu en présence de personnalités syriennes, de dizaines de personnalités politiques et religieuses ainsi que des militants politiques de divers pays arabes et islamiques et de la France.

Mme Maryam Rajavi a souligné : « Nous déclarons au nom de la Résistance iranienne ce Ramadan comme un mois de solidarité le peuple résiliant de Syrie. Nous devons nous concentrer sur la Syrie dévastée soutenir le combat héroïque de son peuple. »

Haitham al-Maleh,
Président de la commission juridique
Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution syrienne
Le 16 juin 2016

les photos

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe