lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesIran : Dans les prisons de femmes

Iran : Dans les prisons de femmes

Iran : Dans les prisons de femmesPrésentation du livre « Face à la Bête » à la Maison du livre  à Bruxelles

CNRI – L’association des femmes Inana a organisé une soirée le 29 septembre à la Maison du livre de Bruxelles pour présenter l’ouvrage « Face à la Bête, mémoire de prison de Hengameh Hadj Hassan », publié aux éditions Picolec en 2005.   

C’est Gitla Szyffer, de la Maison du Livre, qui a prononcé les mots de bienvenue et remercié l’assistance venue nombreuse.

Puis la présidente d’Inana, Aida Ivash, a présenté l’ouvrage Face à la Bête et se félicitant de pouvoir faire connaître la situation des femmes en Iran sous la dictature religieuse. Elle a ensuite invité Massoumeh Joshaghani à prendre la parole.

Massoumeh Joshaghani, de l’association les Femmes Iraniennes en France, a passé trois ans dans les prisons et les salles de torture du régime des mollahs pour avoir soutenu la résistance. C’est là qu’elle a fait la connaissance avec l’écrivain Hengameh Hadj Hassan qui va la faire apparaît dans son livre.     

Après trois années d’enfer dans les geôles intégristes, Hengameh a rejoint les Moudjahidine du peuple d’Iran à sa libération pour poursuivre son combat. Elle se trouve à présent parmi le millier de femmes combattantes de la Cité d’Achraf, où elle a décidé de rédiger ses souvenirs de prison.         

Tout ce qui a été écrit, tout ce qui a été dit, et que j’ai déjà lu à ce sujet, n’est qu’une goutte d’eau dans la mer, dit-elle dans son introduction.

Hengameh souligne que ces mémoires ne sont qu’une partie de ce qu’elle a vu en prison. Elle précise qu’elle n’a pas ajouté ce qu’elle a entendu et c’est pourquoi son récit ne fait qu’ajouter une goutte aux autres gouttes.  

Dans son intervention, Massoumeh Joshaghani, a d’abord  voulu remettre l’ouvrage dans son contexte et s’arrêter sur les événements qui ont conduit les mollahs à détourner la révolution anti-monarchiste et à usurper le pouvoir. Elle a ensuite raconté comment les Moudjahidine du peuple ont développé l’opposition à la dictature religieuse montante et quelles étaient les activités de leurs sympathisants, comme la vente de journaux, la tenue de dispensaires, l’organisation de meetings et de manifestations, jusqu’au 20 juin 1981, où Khomeiny a fait réprimer dans le sang une manifestation pacifique de 500.000 Téhéranais.

Elle s’est ensuite attachée à décrire l’ère de terreur qui s’est abattue sur l’Iran, tout comme le début de la résistance. C’est dans cette répression absolue et les rafles et les exécutions massives qui l’ont accompagné que Hengameh et Massoumeh seront arrêtées et se retrouveront avec des dizaines de milliers d’autres dans les prisons politiques des mollahs. Le hasard a voulu qu’elles soient toutes deux infirmières.

Hengameh passera une longue période enfermée dans une cage étroite sans pouvoir ni parler ni bouger, elle verra ses codétenues partir dans des prisons spéciales d’où celles qui reviennent tombent dans la folie. Elle secourra comme elle pourra celles qui sont condamnées à une ration quotidienne de centaines de coups de fouet et dont les pieds ne sont plus qu’un matelas de sang. Elle essaiera de faire oublier aux petits enfants la faim et la terreur que font régner les bourreaux.

Ce livre émouvant rappelle que chacune de ces femmes et chacun de ces enfants, exécutés par milliers, ont été des héros dans leur combat pour la liberté et la démocratie et que c’est surtout dans les prisons de femmes que les mollahs ont plié.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe