mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Craintes pour la sécurité d'un autre prisonnier politique

Iran : Craintes pour la sécurité d’un autre prisonnier politique

Iran : Craintes pour la sécurité d’un autre prisonnier politiqueCNRI – Dans un communiqué public en date du 20 septembre, Amnesty International a fait part de son inquiétude concernant la situation d’un autre prisonnier politique en Iran, Ahmad Batebi, 28 ans, activiste étudiant, arrêté en 1999. Voici ci-dessous le communiqué d’AI  traduit de l’anglais :

AMNESTY INTERNATIONAL

PUBLIC      AI Index: MDE 13/103/2006          20 septembre 2006

IRAN –  Ahmad Batebi (h) 28 ans, ancien activiste étudiant

 

On sait maintenant que l’ancien activiste étudiant Ahmad Batebi est détenu dans la prison d’Evine dans la capitale, Téhéran. Ses proches ont été autorisés à lui rendre visite là-bas trois fois. Il a mis fin à sa grève de la faim peu après la première visite de sa famille à la prison le 21 août. Cependant, il affirme souffrir toujours sérieusement mentalement et physiquement. Les autorités de la prison lui auraient refusé l’accès au traitement médical dont il a besoin.

Ahmad Batebi a été de nouveau arrêté le 27 juillet pour avoir refusé de revenir à la prison après une période de liberté provisoire qui a débuté aux environs du mois de mars 2005. Il purge une peine de 10 ans de prison en raison de sa participation dans une manifestation d’étudiants en 1999. A la suite de son arrestation, sa famille n’a été informée du lieu de sa détention que le 12 août, lorsqu’il lui a été permis de téléphoner à sa femme, Somaie Baiienat et de confirmer qu’il était emprisonné dans le quartier 209 de la prison d’Evine. Sa famille a été autorisée à lui rendre visite seulement trois fois. Pendant leurs deux premières visites, les proches d’Ahmad Batebi étaient accompagnés de quatre gardiens de prison, bien que la troisième, le 18 septembre, aurait été beaucoup moins surveillée. Ahmad Batebi n’est pas autorisé à voir son avocat.

La santé physique et mentale d’Ahmad Batebi serait mauvaise et en train de se dégrader. Il souffre d’un certain nombre de problèmes médicaux à cause des tortures et des mauvais traitements qu’il a subis pendant sa première période de détention, dont des problèmes à l’estomac et aux reins. Il a perdu plusieurs de ses dents et a des problèmes d’audition permanents et des troubles de la vision. Il souffre d’infections pulmonaires répétées et a des difficultés respiratoires.

En dépit de la gravité de son état de santé, les autorités carcérales ne seraient pas autorisées à permettre Ahmad Batebi de recevoir un traitement médical, mis à part quelques anti-douleurs. Selon un article de presse, Dr Hesam Firouzi, le médecin d’Ahmad Batebi, a écrit aux autorités le 6 août pour les informer que son patient risquait la paralysie ou un arrêt cardiaque et avait besoin de recevoir un traitement spécialisé en dehors de la prison.

Ahmad Batebi aurait subi des mauvais traitements psychologiques depuis son arrestation. Il lui est interdit de sortir au grand jour et il serait forcé de porter un bandeau sur les yeux pendant les sessions d’exercice dans la cour de la prison.

INFORMATIONS SUR LE CONTEXTE

Des centaines de personnes, dont font partie Ahmad Batebi et d’autres activistes étudiants tels que Akbar Mohammadi et son frère Manuchehr Mohammadi, ont été arrêtés lors des affrontements violents à Téhéran en juillet 1999, connus sous le nom des manifestations du 18 Tir. Des dizaines de personnes ont été torturées et maltraitées dans des lieux secrets, ce qui a été suivi par des procès manifestement tendancieux puis l’emprisonnement. Les événements qui ont mené à ces violences ont commencé le 8 juillet 1999, lorsqu’une poignée d’étudiants a organisé une manifestation pacifique devant leur université pour protester contre la fermeture du journal Salam.

Ahmad Batebi a été jeté en prison et condamné à mort pour des accusations de menace à la sécurité nationale à la suite d’un procès inéquitable et secret dans le tribunal révolutionnaire de Téhéran, mais sa condamnation à mort a été transformée en une peine de 15 ans de prison par le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Sayed ‘Ali Khamenei. Sa peine de prison a été réduite à 10 ans à la suite d’un procès en appel en 2000. Aux environs du mois de mars 2005, Ahmad Batebi aurait été libéré provisoirement afin qu’il puisse se marier. La période de libération a ensuite été prolongée, mais Ahmad Batebi n’est pas retourné à la prison à l’expiration de celle-ci. Le 23 juin 2005, une interview avec Ahmad Batebi a été publiée dans le journal américain The New York Sun. L’article décrivait Ahmad Batebi comme étant « actuellement en fuite, évitant les autorités en Iran ». Le 28 juin 2005, le porte-parole de la justice a annoncé la publication d’un mandat d’arrestation pour Ahmad Batebi pour avoir refusé de retourner en prison à la fin de sa période de liberté provisoire.

Ahmad Batebi souffre d’un certain nombre de problèmes médicaux à cause des tortures et des mauvais traitements qu’il a subis pendant sa première période de détention.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe