mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : corruption financière étendue dans la branche judiciaire

Iran : corruption financière étendue dans la branche judiciaire

Iran : corruption financière étendue dans la branche judiciaire

CNRI – En réaction aux remarques faites il y a quelques jours par le député iranien Mahmoud Sadeghi concernant les « salaires astronomiques » payés dans l’appareil judiciaire, le pouvoir judiciaire a accusé ce dernier de collusion avec les ennemis à l’étranger.

Le 17 avril, l’agence de presse IRNA, a rapporté les propos de Sadegh Larijani, chef du pouvoir judiciaire, à ce sujet : « Ces dernières années, le chef pouvoir judiciaire avait dû faire face à des attaques sévères de l’ennemi. Malheureusement, tant de l’intérieur du pays que de l’extérieur. Ce qui est triste, c’est que certains dans le pays agissent de front avec les attaques des ennemis, se jetant dans la mêlée et brandissant des slogans contre le pouvoir judiciaire tout en calomniant et utilisant de vieilles ruses. »

Mahmoud Sadeghi avait déclaré lors d’une session plénière au parlement, le 10 avril, que le pouvoir judiciaire payait ses employés 285 milliards de tomans de plus en salaires et bonus que ce que la loi autorisait.

Plus tôt, le président du comité parlementaire pour le planning et le budget, Gholamreza Tajgardoon, a également révélé le 1er avril dans une interview sur le rapport de la Cour des audits, qu’une entité chargée de combattre les « salaires astronomiques » avait elle-même payé ses employés 250 milliards de tomans de plus que ce que la loi autorise, sans pour autant donner plus de détails.

La Cour des audits contrôle les entités affiliées au parlement et la manière dont les organisations du gouvernement dépensent leur budget.

Ces rapports sont publiés au moment où s’intensifie les conflits entre factions rivales à la veille de l’élection présidentielle et les autorités judiciaires attaquent sévèrement Rohani et son gouvernement pour avoir payé des salaires élevés aux membres de l’exécutif.

De plus, Ali Younesi, conseiller spécial de Rohani sur les affaires des minorités ethniques et religieuses, a déclaré plus tôt que la révélation des salaires des membres de l’exécutif visait à affecter l’élection présidentielle de 2017. Le pouvoir exécutif du régime iranien n’a pas encore publié de rapport sur les comptes bancaires personnels de ses membres.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe