lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : Barak Obama fustigé par le président de la commission des...

Iran : Barak Obama fustigé par le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat

CNRI – Le sénateur Robert Menendez, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, a fustigé le président Obama sur sa politique iranienne, qui aurait commis à ses yeux une grosse erreur. Selon le Washington Post du 8 février, le sénateur Menendez a accusé le président Obama de « nous avoir engagé dans la voie de l’endiguement parce que le président et le sénateur Harry Reid (qui préside la majorité du Sénat) ne sont pas prêts à autoriser un vote sur les sanctions ».

Selon le Post, l’adoption de sanctions renforcées contre l’Iran est la dernière chance pour contrôler le régime iranien. Car en cas d’échec des négociations, il sera ensuite trop tard pour imposer des sanctions efficaces. S’il y a échec au bout de six mois de négociations, ou s’il est réclamé un autre six mois pour arriver à un accord, dans ce cas, selon Menendez, « les sanctions ne seront plus efficaces. Ce qui signifiera céder à l’Iran nucléaire ou faire face a une attaque militaire israélienne. Si l’estimation de Menendez sur le calendrier est juste, dans ce cas le scénario d’une guerre au Moyen-Orient est la perspective la plus probable ».

Menendez a insisté : « La vérité simple, mais gênante, c’est que l’Iran n’est qu’à quelques semaines ou quelques mois d’obtenir de la capacité nucléaire. Or, les paramètres de l’accord ne semblent pas être en mesure de retarder la capacité nucléaire de l’Iran plus de quelques semaines. L’Iran affirme ne pas être prêt à négocier avec un pistolet sur la tempe, mais moi je dis que c’est l’Iran qui vise la gorge du monde avec son arme ».

Le Washington post a ajouté :  » selon l’estimation de ce sénateur démocrate qui préside la commission des Affaires étrangères du Sénat, l’accord préliminaire sur le nucléaire est dangereusement lacunaire. Selon lui, l’accord final doit prendre en considération les activités auxquelles l’Iran n’a pas l’intention de renoncer. Car dans six mois ce sera trop tard ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe