lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran - baisse des revenus pétroliers, augmentation de l’inflation et du chômage

Iran – baisse des revenus pétroliers, augmentation de l’inflation et du chômage

CNRI – Alors que la tendance baissière du prix de pétrole sur les marchés mondiaux perdure, les experts affirment unanimement que cela va aggraver la crise économique en Iran. Les principales conséquences de cette crise sont les suivantes : augmentation de l’inflation augmentation du chômage et affaiblissement du rial iranien.

 

Il y a un an, le prix du pétrole brut sur les marchés mondiaux dépassait les 100 dollars le baril. Le prix du pétrole a commencé à baisser en été dernier, et depuis le début de janvier de cette année il a descendu en deçà du niveau de 50 dollars le baril.

Rappelons que le gouvernement Rohani avait déterminé le budget de la prochaine année iranienne (mars 2015 à mars 2016) sur des prévisions selon lesquelles le prix du pétrole serait de l’ordre de 72 dollars.

D’après les chiffres officiels, un tiers de l’économie iranienne est tributaire du pétrole. Par ailleurs, selon des experts, plus de deux tiers des revenus en devises étrangères de l’Iran proviennent des exportations de pétrole.

Les experts affirment qu’avec la baisse des revenus pétroliers, le gouvernement Rohani sera obligé de réduire considérablement son budget de l’an prochain. Cela aggravera la crise économique en Iran avec les conséquences suivantes : la récession va s’intensifier, les importations vont diminuer, les activités des unités de production à travers le pays vont ralentir.

Une autre conséquence importante de cette crise est que la valeur du rial iranien par rapport au dollar va diminuer. Ces dernières semaines, sur le marché libre de change à Téhéran, un dollar s’échangeait contre 35000 rials.

La principale raison de la poursuite de la crise économique en Iran est que le régime des mollahs dépense une part considérable des revenus du pays pour soutenir le régime syrien et pour financer le Hezbollah libanais et des groupes paramilitaires chiites contrôlés par l’Iran et actifs en Irak. Selon un récent rapport, le régime iranien dépense chaque mois entre 1 à 2 milliards de dollars pour soutenir la dictature de Bachar El-Assad en Syrie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe