mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : arrestation d’un conseil municipal pour incitation aux troubles

Iran : arrestation d’un conseil municipal pour incitation aux troubles

CNRI -Tous les conseillers de la ville de Safa-Chahr dans le sud de l’Iran ont été arrêtés pour avoir provoqué la révolte de ceux qui protestaient contre le pillage de leurs richesses par le régime.

Les conseillers municipaux ont été arrêtés pour « provoquer des désordres civils» à la mine de pierre Dehbid – la plus importante en Iran qui produit le réputé marbre Royal Botticino.

Le site iranien officiel Aftab a indiqué le 3 mai que «des dommages évalués à des millions de dollars ont été infligés aux installations et aux équipements de la mine. »

«Lors de l’attaque, des centaines d’hommes sont entrés dans la zone de travail de la mine, précise le site. Ils ont détruit les bâtiments, les machines et le matériel coûteux, dont une grande partie a été incendiée. »

« Selon les enquêteurs et les agents de sécurité, les membres du conseil municipal ont incité aux troubles et appelé la population à protester et cela a été prouvé.

«Sur l’ordre des autorités judiciaires, les membres du conseil municipal ont été arrêtés pour interrogatoire et sont détenus en prison. »

Dehbid est l’une des plus grandes mines de pierre de l’Iran et connue comme l’un des meilleurs gisements mondiaux de marbre crème et rapporte un revenu annuel de centaines de millions de dollars.

Les troubles ont commencé le 19 avril quand 700 personnes ont occupé la mine après le transfert de la direction à une institution privée.

Les habitants de la région s’opposent depuis longtemps à ce transfert et exigent que les revenus soient utilisés pour améliorer les conditions de vie dans la région.

En mai 2008, Abbas Palizdar, ancien secrétaire de la commission d’enquête judiciaire et d’examen au parlement du régime iranien avait déclaré que la mine appartenait au religieux de haut rang Mohammad Emami-Kachani, l’un des quatre imams du vendredi de Téhéran.

À l’approche de la mascarade électorale de juin et en pleine escalade des luttes intestines au sein de l’élite dirigeante, le régime iranien utilise toutes ses capacités pour éliminer les factions rivales et empêcher toute protestation publique et la répétition du soulèvement de 2009.