jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : 7 manifestants ont perdu la vue lors de l’attaque des...

Iran : 7 manifestants ont perdu la vue lors de l’attaque des forces répressive à Ispahan

Révolte paysanne à Ispahan – N°2

De nouvelles informations venant d’Ispahan indiquent que le nombre de paysans blessés aux yeux ayant perdu la vue est passé à sept après que les unités anti-émeutes aient chargé les protestataires en ouvrant le feu avec des fusils à grenaille. Sur ordre de Khamenei, des QG de crise ont été mis en place pour la ville d’Ispahan et la province éponyme, et le conseil de sécurité du ministère de l’intérieur à Téhéran suit de près les événements. Un grand nombre de forces répressives ont été déployées dans divers points d’Ispahan.

Les protestations paysannes contre le pillage en règle perpétré par les pasdaran datent de plusieurs années. En construisant un barrage sur le fleuve Zayandeh-Roud dans ce secteur, le corps des pasdarans a dérouté l’eau pour ses propres installations et d’autres activités spoliant la population, privant les agriculteurs d’eau pour leurs terres. Ces derniers ont demandé l’arrêt de tous les projets des pasdaran et du régime qui causent la sécheresse et la destruction de leurs cultures. L’agriculture est la seule source de revenus de la population très pauvre de cette région.

Les affrontements du 27 février font suite à des mois de protestations, et à une opération des paysans de la bourgade de Varzaneh et des alentours qui ont détruit le 22 février une station d’eau des pasdaran. Ce jour-là la population locale avait vivement protesté quand les pasdaran avaient voulu réparer et remettre en marche l’installation. Malgré les gaz lacrymogènes et les tirs de grenaille, la population n’avait pas hésité à affronter les et à les forcer à prendre la fuite. Puis la population avait détruit l’installation avec des bulldozers.

Dans la ville de Khorasgan près d’Ispahan, appuyés par un large groupe de jeunes, les paysans s’en sont pris à des détachements de pasdaran envoyés pour les réprimer et les ont forcés à quitter les lieux après avoir mis le feu à 3 ou 5 de leurs bus. Les pasdaran sont alors revenues avec des renforts et des affrontements violents ont éclaté. Les réseaux de téléphonie mobile de Khorasgan ont été coupés. Les paysans se sont rassemblés sur la place principale et ont brulé un bungalow du gouvernement. Puis le régime a fait couper l’électricité de la ville et a lancé la charge de ses troupes sur la ville. Le nombre de blessés s’élève à des centaines, dont sept qui ont perdu la vue, et beaucoup d’autres dans un état grave.

Saluant les paysans héroïques de Khorasgan, Varazaneh, Ziar, Gavand, Gavkhani et d’autres agglomérations de la province d’Ispahan, la Résistance iranienne appelle tous les Iraniens, en particulier la jeunesse courageuse de cette province, à soutenir de toute urgence les vaillants paysans et à prendre en charge les familles des martyrs, des blessés et des manifestants arrêtés. La Résistance iranienne demande aussi à toutes les organisations internationales et de défense des droits humains d’agir de toute urgence pour faire libérer les personnes arrêtées.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne

Le 1er mars 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe