vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : 450 000 ouvriers de l’industrie automobile sur le point d’être...

Iran : 450 000 ouvriers de l’industrie automobile sur le point d’être licenciés

Iran : 450 000 ouvriers de l’industrie automobile sur le point d’être licenciés

Les conflits entre les fabricants automobiles et les fabricants de composants pour l’industrie automobile en Iran mettent en danger le poste de milliers d’ouvriers en Iran. Le secrétaire du comité de direction des fabricants de composants pour l’industrie automobile, Mazyar Beiglou, a mis en garde le ministère du Travail, des Coopératives et de l’Action sociale concernant une nouvelle vague de chômage qui devrait toucher des milliers d’ouvriers dans cette industrie.

Dans son interview avec l’agence de presse ILNA, Beiglou a déclaré : « La semaine dernière, nous avons écrit une lettre au ministère du Travail, des Coopératives et de l’Action sociale pour le prévenir de la prochaine vague de chômage qui touchera 450 000 ouvriers dans cette industrie. »

Il a souligné la perte d’emploi de 14 000 ouvriers depuis le début de l’année (iranienne en mars) : « Une entreprise de fabrication de composants appelée Cruise va également renvoyer 3500 de ses ouvriers dans la semaine. Après le mois prochain, les contrats de trois mois de nombreux employés ne seront pas renouvelés non plus. »

Selon Beiglou, les fabricants de composants n’arrivent plus à trouver les matières requises, ce qui implique également « une réduction à venir de 80 % dans la production automobile. »

L’ « exacerbation des circonstances » a été prédite par Arash Mohebi-Nejad il y a environ deux mois lorsqu’il a rapporté la fermeture de 50 fabricants de composants. L’ancien ministre du Travail sous le gouvernement Rohani, qui a été renvoyé par le parlement la semaine passée, avait également mis en garde le gouvernement contre la perte potentielle d’un million d’emplois, notamment dans l’industrie automobile.

Prendre la sécurité de l’emploi aux ouvriers otages

Un porte-parole du Conseil des gardiens, Ali Khodaei, a récemment mentionné « la sécurité de l’emploi des ouvriers prise en otage par les fabricants automobiles et de composants. » (Agence de presse ILNA, mercredi 15 août 2018). Il avait prévenu que des milliers d’emplois seraient en danger : « Cela fait un moment que certaines entreprises dans notre industrie essaient de couvrir leurs dettes, mais au lieu de s’en occuper directement avec leurs créditeurs, elles prennent les ouvriers en otage. »

Avec l’augmentation de la dette des fabricants de composants, le risque de chômage augmente aussi.

Le président du syndicat des ouvriers de la province de Téhéran a déclaré à ce sujet : « Le monopole de l’industrie automobile est entre les mains des fabricants. Les Iraniens sont sans cesse poussés à acheter des voitures de fournisseurs nationaux, peu importe les prix élevés et leur mauvaise qualité. La question est : pourquoi les fabricants automobiles refusent de payer leur dette aux fabricants de composants et pourquoi les ouvriers devraient-ils être sacrifiés dans tout cela ? »

Il a ajouté : « N’y a-t-il pas de voie légale pour résoudre ce problème ? Pourquoi dans chaque conflit, les ouvriers sont-ils toujours les premiers à être impactés négativement ? » Puis : « Certaines entreprises ont tendance à utiliser plusieurs excuses pour leur échec. Par exemple, l’existence d’une guerre économique, la pression de soi-disant « ennemis » et un soutien insuffisant du gouvernement. Mais si une de ces excuses était vraie, comment expliquer les 100 000 milliards de tomans d’intérêts générés par les importations (qui ont eu lieu lorsque le dollar valait 4,2 mille tomans) ? N’ont-ils pas utilisé la plupart de leur budget pour les marchandises de base (par exemple, l’argent alloué seulement aux marchandises de base), par exemple 780 millions de dollars pour être exact, pour l’importation de tout un lot de composants ?

Khodaei a également posé la question de savoir pourquoi malgré des profits significatifs, les fabricants automobiles refusent toujours de payer leur dette de 10 000 milliards (ou moins) de tomans aux fabricants de composants.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe