lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIrak : La première étape de l’empire islamique de Khomeiny

Irak : La première étape de l’empire islamique de Khomeiny

Première Partie      

Par Reza Shafa

L’histoire de l’ingérence du régime des mollahs en Irak remonte à l’idée de créer un empire islamique semblable à l’Empire ottoman dissout en 1923. Dans ses écrits, Khomeiny se référait vaguement à une entité unie de gouvernement pour "la Nation de l’islam" avec l’Iran pour épicentre. Peu après la révolution de 1979, avec Khomeiny et ses fidèles au pouvoir, l’idée a trouvé une nouvelle vigueur. Pour se lancer dans l’instauration de cet empire, l’Irak semblait la meilleure première étape.

L’histoire montre que l’Iran et l’Irak avaient des difficultés dans leur relation, avant le bouleversement de 1979, pas à cause de multiples querelles territoriales qui déclenchaient des hostilités de temps à autres, mais parce que beaucoup de problèmes reposaient sur les aspects géopolitiques et l’affrontement entre les deux superpuissances mondiales de l’époque.  

C’est pourquoi dès les premiers jours, les intentions menaçantes de Khomeiny sur l’Irak ont été très claires. "Nous devons envoyer un ambassadeur en Irak qui soit un diplomate avec assez d’expérience pour contacter secrètement les groupes musulmans opposés au gouvernement irakien", avait dit Ibrahim Yazdi, le premier des ministres des Affaires étrangères de ce qui était la République islamique provisoire.

"Ces derniers jours, [nos] frères venant d’Irak ont une seule demande, que l’imam Khomeiny conduise leur révolution à la victoire comme il l’a fait en Iran", disait Hossein Ali Montazeri, dauphin de Khomeiny avant qu’il ne tombe en disgrâce en 1988 et dont les propos ont été rapportés par le quotidien Bamdad le 13 avril 1980.  

Le 9 septembre 1980, le journal gouvernemental Djomhouri Eslami organe officiel du Parti de la République islamique au pouvoir écrivait : "Sur l’ordre du commandant en chef [Khomeiny], les forces révolutionnaires, soutenues par les Musulmans, se sont déclarées prêtes à occuper l’Irak."

Ce genre de commentaires directs et d’autres préparatifs ont mené à une des guerres les plus dévastatrices de la fin du siècle dernier, faisant du seul côté iranien, plus d’un million de pertes humaines et mille milliards de dollars de dégâts.
         
La même philosophie a mené à sept ans de guerre malgré le retrait de l’Irak du territoire iranien en septembre 1981. Khomeiny a souvent été cité disant que "Nous devons conquérir Jérusalem en libérant d’abord Karbala [le lieu le plus sacré du chi’isme dans le sud-ouest de l’Irak]."

La guerre se termine cependant sans la victoire de Khomeiny et comme on pouvait s’y attendre il meurt moins d’un an plus tard. Ses héritiers n’ont pas cependant fait de paix avec leur voisin occidental  jusqu’à présent et les deux pays sont toujours en cessez-le-feu.

Quand il fut forcé d’accepter la résolution 598 du Conseil de sécurité de l’ONU, Khomeiny n’a pas donné d’explication logique tout d’abord sur la raison pour laquelle il y avait eu la guerre contre l’Irak puis ce qui avait déclenché un revirement aussi soudain. "J’ai bu une coupe de poison", a-t-il dit

Vingt ans plus tard, on comprend parfaitement pourquoi les mollahs n’ont pas renoncé à l’idée de dévorer l’Irak. Ils sont toujours nostalgiques de l’idée d’un empire islamique avec l’Irak comme tremplin.
       

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe