samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyICJDA: Les rapports sur l'état de Camp Liberty sont très choquants et...

ICJDA: Les rapports sur l’état de Camp Liberty sont très choquants et dépeignent que le camp Liberty est en effet une prison

21 Février 2012
L’honorable. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations unies
Nations unies
New York, États-Unis

L’honorable. Ban Ki-moon,

Au nom du Comité international des juristes ayant la charge de la défense d’Achraf (ICJDA), composé de 8500 juristes dans les deux côtés de l’Atlantique et au nom des avocats défendant les résidents du camp d’Achraf, je vous écris pour vous exprimer mon opposition au traitement des 400 résidents d’Achraf au cours de leur transfert pour et jusqu’au au Camp « Liberté ».
Comme vous le savez, le 17 Février 2012, quatre cents résidents du camp d’Achraf, sur le point de départ pour le camp de la Liberté, ont été soumis à des inspections inhabituelles et offensives. Ils sont partis à 2h00 du matin le 18 Février et quand ils ont atteint le camp « Liberté » à 7h00, l’individu qui avait ordonné le tir sur des résidents dans les précédentes attaques d’Ashraf et qui est à présent recherché par le tribunal d’Espagne, déclarait d’un ton moqueur aux résidents qu’ils devaient être inspectés à nouveau, afin de les persécuter davantage.

Je passe par le fait que les résidents se sont vus refuser la prise de certains de leurs effets personnels tels que des couvertures et des chaises et que certains de leurs biens ont été volés lors de l’inspection par les forces irakiennes. Ce qui est surprenant et regrettable, c’est que ce traitement par des agents irakiens, en violation du protocole signé d’accord (MoU) entre le gouvernement irakien et l’ONU, était exercé directement devant les observateurs de l’ONU sans aucune réaction de leur part.
Les rapports sur la situation au sein du camp « Liberté »sont très choquants et décrivent que « Liberté » est en effet une prison. Des dizaines de forces de police sont stationnées dans diverses parties du camp, qui est inférieure à un demi-kilomètre carré et il est écrit que les résidents doivent être accompagnés même quand ils se rendent à la salle à manger.
L’infrastructure du camp est dépourvu d’hygiène et, dans son état actuel, complètement inutilisable. Il n’y a pas d’eau courante potable ou de l’eau pour la lessive dans le camp.
L’électricité est limitée. Les détails des rapports indiquent que la déclaration de la MANUI du 3 Janvier qui décrit l’état du Camp à l’égard de l’infrastructure et des aspects techniques en conformité avec les normes internationales, était totalement infondée et mensongère. C’est Certainement la raison pour laquelle diverses demandes faites par les résidents d’Achraf ou par des dignitaires américains souhaitant visiter le camp afin d’évaluer à l’avance son état et ses carences ont été ignorés même par la MANUI.

Monsieur le Secrétaire Général,
Au cours des dernières années, nous avons eu de nombreuses expériences avec le gouvernement irakien et aucun d’entre nous n’a témoigné de la bonne volonté  et de la coopération des fonctionnaires de ce gouvernement envers nos clients. Par conséquent, le traitement inhumain des 400 résidents au cours du transfert, ces derniers jours, ne nous surprend pas. Toutefois, ce niveau de soumission aux limitations inhumaines du gouvernement irakien et aux pressions exercées sur les résidents de la MANUI et sa distance par rapport à l’impartialité ne nous surprend pas.
Ce sera une erreur absolue de la part de l’ONU si elle estime que la complicité avec les pressions irakiennes réduira ces pressions. L’expérience a montré que si l’ONU ne reste pas ferme sur ses droits de l’homme et sur ses principes éthiques et ne défend pas les droits de l’homme des résidents sans aucune crainte du gouvernement irakien, les pressions vont augmenter.
Dans l’année que vous avez nommée, l’«année de la R-à-P », il serait inacceptable que votre délégué (mandataire) qui est directement impliqué dans la question d’Achraf légitime le traitement inhumain et illégal du gouvernement irakien sous la rubrique «droit de souveraineté » et s’y soumette. Les 400 premiers résidents se sont rendus au camp « liberté » sans aucune possibilité de prouver leur bonne foi. Maintenant, c’est au gouvernement irakien, à l’ONU et au gouvernement des États-Unis de rendre la pareille de leur bonne volonté.
Comme nous vous l’écrivions la semaine dernière, il est essentiel que vous informiez les Irakiens que la présence de leur police au sein du camp est totalement inutile et ils doivent être déplacés en dehors du camp immédiatement. En outre, les autorités irakiennes doivent considérer que l’autorité des Nations unies impose de révoquer les ordres injustifiés reçus de l’Iran consistant à faire pression sur les résidents. À cette fin, la liberté de circulation, un accès direct aux services médicaux et aux avocats des résidents doit être fixé le plus tôt possible. Sans ces minimums, pas un résident de plus ne se déplacera d’Achraf au camp « liberté ».
Compte tenu des points ci-dessus, dans les conditions actuelles, nous sommes très préoccupés par la situation des 400 résidents qui ont été transférés au camp « liberté », et nous vous demandons instamment d’intervenir et d’appliquer l’autorité de l’ONU selon une position impartiale, comme prévu par l’ONU. S’il vous plaît gardez à l’esprit que les nombreuses personnes dans le monde qui regardent ces scènes jugeront de quelle façon les Nations Unies ont défendu les droits des peuples opprimés contre les soi-disants États dictatoriaux souverains.
Respectueusement,

François Serres,

Comité international de juristes en défense d’Achraf (ICJDA)
cc:
– Ambassadeur Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU
– Ambassadeur Lynn Pascoe
– L’honorable. Antonio Guterres, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés
– L’honorable. Navi Pillay, Haut Commissaire aux droits de l’homme
– L’ honorable. Hillary Clinton, Secrétaire du Département d’Etat américain
– L’ambassadeur Daniel Fried, conseiller spécial du secrétaire d’État Clinton sur Achraf
– L’ambassadeur James Jeffrey, ambassadeur américain en Irak
– L’ honorable. Cathrine Ashton, Haut Représentant de l’UE sur les affaires étrangères et la politique de sécurité

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe