vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeHassan Rohani contacte le dictateur syrien et soutient le massacre chimique

Hassan Rohani contacte le dictateur syrien et soutient le massacre chimique

Hassan Rohani contacte le dictateur syrien et soutient le massacre chimique

Le ministre iranien de l’Industrie : « Khamenei a certainement demandé à Rohani de s’inscrire comme candidat »

Le Président iranien, Hassan Rohani, a exprimé par téléphone son soutien au dictateur syrien Bachar Assad concernant le massacre de la population de son pays, affirmant que l’attaque chimique d’Idlib est « fausse et sans preuve », accusant outrageusement l’opposition pour l’attaque.

« L’utilisation d’armes chimiques… visait à détourner l’attention du grand public de la vérité. Nous ne devons pas permettre aux terroristes d’utiliser de telles armes, d’en accuser d’autres et de fournir des prétextes pour une prise de mesures en violation de la réglementation internationale », a-t-il déclaré. (Médias iraniens – le 9 Avril)

Rohani est le criminel même qui, pendant 38 ans, n’a cessé de diffamer l’opposition iranienne et lui attribuer les crimes et massacres à l’encontre du peuple iranien dont son régime en a été responsable. Il est également celui qui considère le fait d’avoir trompé la communauté internationale au sujet du programme nucléaire de Téhéran comme l’une de ses principales « fiertés ».

D’autre part, Mohammad Reza Ne’matzadeh, ministre des Industries et des Mines, a fait des commentaires surprenants le 8 avril dans un entretien accordé au site du journal Aftab affilié à la faction de Rohani. « Rohani a une fois déclaré lors d’une réunion du cabinet comment il a demandé à [Khamenei] : qu’est-ce qui est dans notre intérêt ? Devrais-je participer ou non ? [Khamenei] a affirmé : vous devez participer en tant que candidat. Je suis certain que si [Khamenei] avait déclaré par exemple, ne participez pas, ce n’est pas dans notre intérêt, il l’aurait immédiatement accepté. Il ne prend aucune décision sur les questions majeures sans l’approbation [de Khamenei] », a-t-il déclaré. Insistant sur l’obéissance complète de Rohani aux instructions de Khamenei sur diverses questions concernant les négociations nucléaires, Ne’matzadeh a ajouté : « Depuis 1963 Rohani a été était l’élève de Khomeiny et a suivi ses instructions. Par la suite, partout où il avait un rôle ou une responsabilité, c’était toujours selon l’approbation de Khamenei. »

Le mois dernier, le député iranien Mahmoud Sadeghi a rapporté les propos de Rohani lors d’une réunion avec d’autres députés concernant la façon dont il avait cherché à avoir l’avis de Khamenei avant de participer à l’élection présidentielle de 2013.

Selon Sadeghi, Khamenei a répondu : « Je n’ai jamais eu de problème avec vous. Nous pouvons travailler ensemble (…) Khamenei a mis l’accent sur son ancienne amitié avec Rohani et non seulement il n’a aucune opinion négative à son sujet, mais en fait, il pense du bien de Rohani », a ajouté Sadeghi. (Le site officiel Arman Rooz, le 12 mars 2017)

L’appel téléphonique de Rohani avec le dictateur syrien et le fait d’apporter son soutien total à ce criminel de guerre, parallèlement à Khamenei, qui donne sa bénédiction pour sa candidature, prouve que les différentes factions des mollahs ne diffèrent guère dans leurs politiques de répression et le pillage des richesses du peuple iranien. Ils soutiennent aussi communément l’exportation du terrorisme et du fondamentalisme, et appuient à outrance Assad et le massacre de sa population.

Ils comprennent très bien que si Assad est renversé, les piliers de leurs propres institutions fascistes et intégristes en Iran seront secoués. Il y a quelques mois, Khamenei a admis que si son régime ne parvenait pas à se battre en Syrie, il sera obligé de se battre à Téhéran, Fars, Khorasan et Ispahan et d’autres villes en Iran même (médias officiels, le 5 janvier 2017).

Assad et ses hauts gradés, en plus de Khamenei, de Rohani et des commandants des pasdaran, sont les principaux responsables du massacre de 500 000 Syriens et des millions de déplacés, et ils doivent être traduits en justice. Leur dossier est bien pire que celui de beaucoup des criminels jugés à Nuremberg.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance iranienne
Le 10 avril 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe