vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeGB: des parlementaires demandent des sanctions de l'UE envers les Pasdarans

GB: des parlementaires demandent des sanctions de l’UE envers les Pasdarans

Agence France Presse – Un comité multipartite de parlementaires britanniques a appelé jeudi l’Union européenne (UE) à imiter les Etats-Unis en imposant ses propres sanctions aux Gardiens de la Révolution iraniens, ou Pasdarans.

Le Comité parlementaire britannique pour la liberté de l’Iran a envoyé une lettre en ce sens au président en exercice de l’UE, le Premier ministre portugais José Socrates, après l’annonce par les Etats-Unis le 25 octobre des sanctions contre les Pasdarans.

"Notre comité considère que les sanctions, pour avoir un impact significatif, doivent être multilatérales", écrit ce groupe composé de 50 députés et lords.

"Il lui semble donc que c’est dans l’intérêt de la paix et de la stabilité dans le monde et un atout dans la lutte contre le terrorisme pour l’Union européenne et en particulier le Royaume-Uni de suivre l’exemple" des Etats-Unis, poursuit la lettre.

"Nous pressons les gouvernements européens d’imposer des sanctions aux Gardiens de la révolution et de décréter un embargo sur cette institution propageant la terreur, afin de ne pas donner plus de temps au régime pour fabriquer une bombe nucléaire et poursuivre ses sinistres projets pour le Moyen-Orient", ajoutent les parlementaires.

Selon eux, les sanctions prises par les Etats-Unis à l’encontre des Gardiens de la révolution, de leur unité d’élite Al-Quds et de trois banques iraniennes vont "contribuer grandement" à tarir les sources de financement du "premier parrain mondial du terrorisme".

Le Comité se dit, en revanche, opposé à toute action militaire contre l’Iran.

L’UE discute actuellement d’une série de sanctions autonomes contre l’Iran, à la demande de la France et avec le soutien de la Grande-Bretagne, mais l’Allemagne et l’Italie, qui ont d’importants échanges commerciaux avec Téhéran, sont réticentes.

Le sous-secrétaire d’Etat américain chargé des affaires politiques Nicholas Burns avait indiqué mercredi que Washington souhaitait que les Européens se rangent à l’avis de la France et de la Grande-Bretagne.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe