samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceFrance-Iran : La poursuite inconsidérée des accusations contre le CNRI

France-Iran : La poursuite inconsidérée des accusations contre le CNRI

CNRI – Le Comité de défense pour une pratique démocratique en Iran a publié le 6 avril le communiqué suivant :

Les agences de presse iranienne et l’AFP ont annoncé que "Le parquet de Paris a accordé le 19 mars un réquisitoire supplétif pour "blanchiment et escroquerie" dans la procédure contre les membre du CNRI en France,  sans même que les avocats de la défense en soient averti.

Il s’agit de redonner vie à un dossier essoufflé qui a été ouvert à grand tapage médiatique pour des considérations économiques et politiques.

Il est ignoré de quiconque que les accusations de terrorisme à l’encontre de l’OMPI et le CNRI se sont effondrées à la suite de la décision particulièrement motivée du 12 décembre 2006 du tribunal de première instance des communautés européennes lequel a annulé l’inscription de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste des organisations terroristes et a levé le gel de ses avoirs.

La publicité donnée à ce réquisitoire supplétif, au lieu de donner une issue à un dossier qui se languit depuis six ans, démontre avant tout que le souci du droit et de la justice laisse la place à des préoccupations d’ordre commercial.

Les intérêts des compagnies comme Total en Iran, obtenus à force de procédés à tout le moins illégaux, sont l’autre face de la répression de l’opposition démocratique iranienne en France.

Le Comité de Défense pour une Pratique Démocratique en Iran souhaiterait qu’avant tout la justice se penche sur les implications douteuses de ces intérêts avec le régime terroriste iranien et que la lumière soit faite sur toutes les dimensions des accords passés entre le régime iranien et les firmes françaises à l’instar de la société  Total.
 
Le maintien des relations avec la dictature religieuse en Iran pousse le gouvernement français à piétiner les règles et l’Etat de droit en refusant de respecter la décision de la  justice européenne.
 
Le Comité de Défense pour une Pratique Démocratique en Iran ne peut accepter cet acharnement injustifié contre l’opposition iranienne et demande qu’il soit mis un terme à l’instruction actuellement en cours, ne serait-ce que par son renvoi devant le Tribunal.

 Il considère qu’il convient de faire en sorte que la morale intègre la politique et que cesse la prise en otage de la Justice par les intérêts économiques et mercantiles.

Pour le comité, le secrétaire : Gilles Paruelle

Le comité est constitué par :
Mouloud Aounit,
Lucie Aubrac †,
Raymond Aubrac,
Jean Michel Belorgey,
Ghaleb Bencheikh,
Jean-Paul Benoît,
Yves Bonnet,
Anisa Boumedienne,
François Colcombet,
Jean Ferrat
Georges Flécheux,
Sid Ahmed Ghozali,
Jean Pierre Michel,
Henri Paris,
Gilles Paruelle,
Marc Reymann,
Mario Stasi,
Alain Vivien

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe