samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesLe sort des travailleuses iraniennes sous le régime misogyne

Le sort des travailleuses iraniennes sous le régime misogyne

Le sort des travailleuses iraniennes sous le régime misogyne
Femmes tuées par les forces répressives du régime iranien lors des manifestations anti-régime de 2019. Lors des grands soulèvements en Iran depuis 2018, les femmes ont joué un rôle de premier plan.

Les manifestations à travers l’Iran de personnes de tous horizons font allusion à la situation déplorable des citoyens et à l’état explosif de la société. A la veille de la Journée internationale des femmes, jetons un coup d’œil à leur sort déchirant des femmes iraniennes.

La main-d’œuvre féminine iranienne souffre de conditions de travail difficiles, beaucoup de ces femmes sont chefs de famille et la plupart gagnent leur vie dans un lieu de travail à prédominance masculine. La situation a atteint un point tel que même les médias d’État iraniens sont obligés de reconnaître une partie de cette crise.

« Notre histoire est celle des femmes. Elles commencent leur journée en faisant le ménage alors qu’elles ressentent la douleur de l’absence de tout soutien de la part de l’Organisation de la sécurité sociale ou de tout espoir d’avoir une pension », a écrit le quotidien Resalat sur la situation des femmes iraniennes qui font le ménage pour gagner leur vie, le 11 janvier.

« Le manque de protections juridiques et l’angoisse de perdre un emploi et de faibles revenus font que les femmes qui sont chefs de famille et qui travaillent en faisant le ménage, la cuisine, s’occuper des personnes âgées et des enfants se sentent étrangement impuissantes. De leur point de vue, ce n’est pas seulement la discrimination de classe qui dérange, mais aussi l’inégalité institutionnalisée dans le travail quotidien qui est très douloureuse et triste », écrit le quotidien Resalat.

« Selon les rapports officiels, le nombre de ménages dirigés par des femmes était de plus de trois millions », a écrit le quotidien public Donya-e Eghtesad le 21 mai 2021, ajoutant que le nombre de ménages dirigés par des femmes avait « augmenté d’environ 26,8 % entre 2011 et 2019. »

Tout en affirmant ce chiffre, le quotidien Resalat ajoute que « dans une situation injuste, les femmes ont une plus grande part des emplois de service que les hommes. Parmi les différents groupes de travaux informels, le ménage est une occupation à très faible revenu et est généralement confiée aux femmes ayant les salaires et les avantages les plus bas.

Resalat ajoute que de nombreuses femmes travaillant dans des maisons et des usines sont maltraitées. « Nous sommes obligés d’obéir à l’employeur ; même quand il nous bat. Je paie 8 000 000 rials pour une maison de 40 mètres. Que pouvais-je faire d’autre ? Si je désobéis à mon employeur, comment pourrais-je gagner ma vie ? a raconté Golandam, une femme de 28 ans qui a deux enfants. »

En novembre 2021, Marzieh Taherian, une ouvrière du textile, est décédée au travail. La tête de la jeune femme de 21 ans a été tirée par une machine à filer alors qu’elle travaillait de nuit. La mort tragique de Marzieh est un exemple des dures conditions de travail des femmes iraniennes.

Selon l’agence de presse ILNA, le 11 novembre, les responsables du régime « ont promis d’enquêter méticuleusement » sur cet incident tragique, mais le cas de Marzieh n’est que la pointe d’un iceberg.

« Selon les statistiques de l’Organisation de la sécurité sociale, l’année dernière, 42 898 travailleurs ont eu des accidents, dont 1 593 femmes« , a ajouté l’ILNA.

En plus d’avoir des conditions de travail difficiles, les femmes iraniennes sont soumises à une « violence organisée« . La violence contre les femmes en Iran n’est pas opaque. Cela fait des semaines que les Iraniens ont été choqués de voir un homme tenant triomphalement la tête coupée de sa femme de 17 ans, qu’il avait tuée sans vergogne et sans pitié dans un « meurtre d’honneur » dans le sud-ouest de l’Iran.

La décapitation de Mona Heydari était un meurtre brutal, une méthode barbare de «punir» une femme dont le seul crime était de chercher refuge à cause de son mari violent. Les médias d’État iraniens ont rapporté son arrestation, mais beaucoup d’entre eux ont ignoblement tenté de blâmer Mona et ont dépeint son mari, un maniaque meurtrier, comme un homme d’honneur ! Que pouvait-on attendre d’autre des médias d’un régime misogyne?

« Au moins 1 200 femmes iraniennes ont été assassinées au cours des 20 dernières années dans les soi-disant crimes d’honneur. C’est la statistique que nous avons recueillie, et le taux officiel de crimes d’honneur n’est pas annoncé en Iran », a déclaré Parvin Khan Zabihi, une militante des droits des femmes, au quotidien gouvernemental Sharq en octobre 2021.

Le régime iranien a commencé à opprimer les femmes peu après la révolution de 1979 en imposant le port obligatoire du voile ou « hijab ». Le voile obligatoire a été la première étape du régime pour humilier les femmes iraniennes. La constitution iranienne considère la maternité et la procréation comme la seule raison d’être des femmes.

La constitution du régime autorise la polygamie. Selon l’article 942 du Code civil iranien, les hommes peuvent avoir plusieurs épouses permanentes et temporaires. Cette constitution médiévale autorise également le mariage des enfants, permettant aux parents de donner leurs filles, dès l’âge de neuf ans, à des hommes plus âgés.

« Article 1041 de la constitution: Le mariage avant la puberté est approprié s’il est autorisé par le tuteur à condition que les intérêts de la fille sous garde soient pris en compte« .

Selon to Articles 1122 à 1130, les hommes peuvent divorcer de leur femme pour de nombreuses raisons, y compris diverses maladies ou la cécité des deux yeux, même si ces problèmes existaient avant le mariage. En revanche, en vertu du droit civil du régime, les femmes sont confrontées à des termes complexes et cyniques lorsqu’elles demandent le divorce.

Aux termes de l’article 1169 du Code civil, la garde des enfants âgés de plus de sept ans incombe au père lorsque le couple est séparé. De plus, sur la base des articles 861 à 949 du Code civil sur les successions, la part d’héritage de l’épouse et de la fille est la moitié de celle du mari et du fils.

Selon l’article 907 du Code civil – en cas d’enfants multiples dont certains sont des garçons et d’autres des filles, les garçons hériteront deux fois plus que les filles.

En d’autres termes, la constitution du régime iranien promeut l’inégalité et la misogynie. Pas étonnant que le mari violent de Mona ait été surnommé un « homme honorable! »

Réponse des Iraniennes
Alors que la théocratie au pouvoir en Iran encourage la misogynie et tente d’asservir les femmes, les femmes se sont révélées être les pionnières de la lutte contre le régime. Depuis les années 1980, les femmes de la Résistance iranienne sont à l’avant-garde de la lutte contre le fascisme religieux en Iran. Des milliers d’Iraniennes ont sacrifié leur vie en prônant la démocratie et l’égalité. Lors des grands soulèvements en Iran depuis 2018, les femmes ont joué un rôle de premier plan. En d’autres termes, le régime a échoué dans son objectif d’entraver l’esprit de combativité des Iraniennes. Nulle part cela n’est plus évident que dans la participation des femmes dans les rangs des unités de résistance en Iran, à l’avant-garde du combat pour briser le mur de la répression et ouvrir la voie à un soulèvement national pour renverser la dictature des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe