jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceFace à la faiblesse de la dictature en Iran, il faut afficher...

Face à la faiblesse de la dictature en Iran, il faut afficher de la fermeté ‘ Maire de Cergy

Dominique Lefebvre, maire de Cergy-Pontoise, 8 janvier 2010CNRI – « L’Iran de demain aura une place importante dans les équilibres du monde. Je ne souhaite pas que le peuple iranien et ses dirigeants, gardent un mauvais souvenir de la période où il fallait avec plus de fermeté et détermination, être aux côtés du peuple iranien et de sa résistance, au moment où le régime vacille.», a déclaré à Auvers-sur-Oise le 8 janvier Dominique Lefebvre à Maryam Radjavi.

Le maire de Cergy-Pontoise répondait le 8 janvier aux vœux que venait de lui adresser la présidente élue de la Résistance iranienne. A ses côtés plusieurs centaines d’Auversois et des personnalités comme le maire d’Auvers-sur-Oise Jean-Pierre Béquet, les avocats François Serres et Gilles Paruelle, Pierre Bercis président des Nouveaux Droits de l’homme, ou encore la juriste et écrivain Anisa Boumediene, ancienne première Dame d’Algérie.

Voici le texte de son intervention :

Je tenais absolument à venir pour passer ensemble ce moment, à la fois parce que c’est devenue une tradition, parce que c’est toujours un symbole et un moment important pour nous que de rappeler à cette occasion le soutien à la Résistance iranienne.

J’ai eu l’occasion il y a quelques semaines, de rappeler combien sur la situation d’Achraf il nous était nécessaire d’intervenir et de nous mobiliser. D’abord pour eux, ensuite comme on l’avait fait sur la liste parce que tous les démocrates, quelque soit d’ailleurs après leurs opinions, ne peuvent pas accepter que leurs droits soient bafoués. Ils l’étaient sur la question de la liste. Là encore, la volonté de déplacement forcé des réfugiés d’Achraf contrevient absolument au droit international. Donc on ne peut pas transiger avec ces questions, je l’avais rappelé au nom de très nombreux maires de France. Parce que si on commence à transiger avec les principes du droit, il n’y a plus de démocratie possible.

Et puis j’avais ajouté une troisième chose c’est que au fond si cette volonté de déplacement est liée aux pressions que le pouvoir iranien actuel exerce sur les dirigeants de l’Irak. Alors qu’on sait que nous avons là des résistants, et pas si nombreux finalement et désarmés. Cette volonté d’attaquer ce symbole, c’est d’abord le signe d’un régime dictatorial faible. Donc face à la faiblesse, il faut afficher de la fermeté.

Auvers-sur-Oise, cérémonie des voeux de la Résistance iranienne, le 8 janvier 2010et puis l’autre renvoie à ce que je disais lors des vœux de la ville de Cergy, où nous avons l’habitude de parler de la situation internationale, parce que nous sommes une ville-monde. C’est vrai que j’avais choisi hier de parler de trois situations : celle de l’Afghanistan parce que importante au regard des équilibres du monde. La situation de la Palestine parce que nous sommes liés par des accords de coopération avec un village de Safa où là encore les droits fondamentaux sont bafoués. Et j’avais voulu parler de l’Iran. Je ne l’avais pas souvent fait et je l’ai fait hier en disant que nous vivons une situation que l’on peut qualifier de prérévolutionnaire, où le peuple iranien se met courageusement en mouvement et face à une répression terrible, il continue.

Nous avons, nous démocraties, une responsabilité, parce que l’Iran de demain aura une place importante dans les équilibres du monde. Je ne souhaite pas que le peuple iranien et ses dirigeants, gardent un mauvais souvenir de la période où il fallait avec plus de fermeté et détermination, être aux côtés du peuple iranien et de sa résistance, au moment où le régime vacille. Si je dis ça c’est qu’on sait toujours que dans la diplomatie internationale on peut être amené à tel ou tel moment à un dialogue, à une compromission etc.

Je crois qu’aujourd’hui, c’est ça que nous fassions et comme nous sommes dans cette période de vœux, évidement, moi qui n’ai pas été et qui n’irai peut-être jamais à Achraf, mais qui suis déjà allé à Téhéran, comme je vous l’ai souvent dit, je souhaite pouvoir y retourner, évidement en 2010, mais si ce n’est pas en 2010 ce sera en 2011, et le plus tôt possible.

je veux d’abord souhaiter à l’ensemble du peuple iranien, en particulier à sa jeunesse, un avenir meilleur et libre et bien évidemment à sa résistance et à vous-même, Mme la présidente, tous nos vœux et en renouvelant tout notre appui pour que le plus rapidement possible vous puissiez reconstruire la démocratie en Iran et qu’on puisse se retrouver là-bas.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe