mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceEn agissant contre le régime, la résistance iranienne défend une cause universelle...

En agissant contre le régime, la résistance iranienne défend une cause universelle – Sid Ahmed

CNRI – « Il est important qu’il y ait une prise de conscience du lien très étroit qui existe entre la résistance iranienne et la lutte des peuples arabes et musulmans pour le droit et la liberté. Il y a un lien très étroit, un lien dialectique, et on ne peut pas imaginer qu’on puisse à un quelconque moment oublier ce lien », a déclaré le 5 décembre Sid Ahmed Ghozali à l’Assemblée nationale à Paris.

L’ancien premier ministre algérien s’exprimait dans un un colloque au Palais Bourbon. A l’initiative du Comité parlementaire pour un Iran démocratique, la réunion accueillait des députés, Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, ainsi que des personnalités françaises et internationales pour aborder les perspectives de changement en Iran en 2013.

Voici les points forts de l’intervention de Sid Ahmed Ghozali :

Ce n’est pas la première fois que j’ai l’honneur d’entrer en ces lieux où bat le cœur de la démocratie française. C’est vraiment un honneur doublé par le fait que je viens en compagnie de mes frères et de mes amis résistants iraniens et à leur tête Madame Maryam Radjavi.

Laissez-moi d’abord saluer avec beaucoup d’humilité et beaucoup de reconnaissance Messieurs et Mesdames les députés. Et de rendre hommage à votre action de solidarité, tous clivages et toutes sensibilités politiques confondues, pour mettre de votre temps et de votre énergie en soutien à la résistance iranienne. Il n’y a rien de plus conforme aux traditions de ce pays.

Et en soutenant cet effort gigantesque de la résistance iranienne pour mettre par terre une des dictatures les plus horribles du monde contemporain, vous êtes dans votre rôle de représentants du peuple et de défenseur de la liberté du peuple français.

Je voudrais attirer l’attention sur un point. Nous venons de vivre aux États-Unis d’Amérique un tournant historique, où grâce à la justice américaine, grâce aux efforts des amoureux de la paix et de la justice dans ce pays, l’OMPI a été retirée officiellement de la liste infamante des organisations terroristes. Ce qui fait que maintenant, au moment où nous parlons, il y a un seul État au monde qui continue à regarder cette organisation comme terroriste – mais qui est en réalité l’une des premières victimes du terrorisme d’État iranien – et c’est l’État iranien.

 Au moment où on parle du Printemps arabe, au moment où on voit des efforts sincères, par exemple pour sortir les peuples arabes des fourches caudines de leurs despotes, il est important qu’il y ait une prise de conscience du lien très étroit qui existe entre la résistance iranienne et la lutte des peuples arabes et musulmans pour le droit et la liberté. Il y a un lien très étroit, un lien dialectique, et on ne peut pas imaginer qu’on puisse à un quelconque moment oublier ce lien.

Je prends la Syrie. Le régime syrien et le régime iranien sont comme les doigts d’une main. Et vous savez très bien que les régimes dictatoriaux ont pour seul but de se pérenniser au-dessus de leur peuple, contre la volonté de leur peuple. L’affaire syrienne est une affaire vitale pour le régime iranien. On ne peut pas imaginer qu’on puisse aboutir à un résultat en Syrie, mettre par terre le régime de Bachar el-Assad si on n’agit pas en même temps et parallèlement pour faire tomber le régime iranien.

La tragédie du peuple iranien, c’est qu’il a fait tomber une dictature que pour tomber entre les mains d’une dictature encore plus féroce. Je me souviens avoir entendu le chah d’Iran dans un sommet qui avait lieu à Alger dire : en 1980 – nous étions en 1975 – l’Iran sera la quatrième, peut-être même la troisième puissance militaire et industrielle du monde. C’est le propre des dictatures que de chercher à augmenter leur influence en augmentant leur capacité de nuisance.

La catastrophe qui s’est passée en Irak, l’aventure de Bush en Irak s’est traduite par le fait que l’Irak est maintenant entre les mains d’un régime, et n’oublions pas que le régime iranien a fait des progrès. Il a l’Irak entre les mains, il a fait des progrès en Syrie, il a le régime syrien entre les mains. Il a fait des progrès en Palestine, il a le Hamas entre ses mains. Et que par conséquent, le travail de ce régime, c’est à chaque fois chercher à augmenter son influence en augmentant sa capacité de nuisance. Et tant qu’on n’aura pas mis l’accent sur cela, il n’y aura pas de solution possible pour le monde arabe, pour le monde musulman, sans passer par le passage obligé de la chute du régime iranien.

Et quand on parle de la chute du régime iranien, nous avons à la différence de ce qui n’existe pas dans les autres pays arabes, nous avons une alternative. L’OMPI n’est pas venue comme cela au dernier moment pour contester le pouvoir aux islamistes. L’OMPI est née dans la résistance à la dictature du chah d’Iran. C’est là qu’est née l’OMPI. C’est une force ancrée dans la population, qui a une expérience militante, qui a des ressources militantes extraordinaires. Et nous avons cette chance que l’OMPI existe. Par conséquent, nous tous dans le monde arabo-musulman et dans le monde occidental qui cherchons la paix, qui cherchons la stabilité dans cette région, nous ne devons jamais oublier que l’Iran, la résistance iranienne, en agissant contre le régime, est en train en réalité de défendre une cause qui est universelle et qui nous intéresse nous directement. Et c’est cela que les politiciens doivent avoir en tête dans la réalisation de leur rêve, la réalisation de leur position vis-à-vis de ce problème.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe