mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieVentes de pétrole iranien : séparer les faits de la rhétorique du...

Ventes de pétrole iranien : séparer les faits de la rhétorique du régime

Ventes de pétrole iranien : séparer les faits de la rhétorique du régime

Dans le cadre de la propagande du régime iranien, les responsables de l’État et leurs médias affirment avec persistance que Téhéran a réussi à retrouver l’accès au marché mondial du pétrole et du gaz comme avant les sanctions. Exploitant la politique occidentale de complaisance, le journal Kayhan, proche du guide suprême, s’est vanté d’une réussite majeure du gouvernement d’Ebrahim Raïssi qui aurait été capable de relancer les revenus pétroliers.

Or, ces affirmations exagérées visent à maintenir le moral des forces du régime alors qu’il est aux prises avec une multitude de crises.

Le régime iranien fait toujours face à des sanctions imposées par les États-Unis sur les ventes de pétrole et de produits connexes, qui interdisent aux pays souhaitant faire des affaires avec les États-Unis d’acheter du pétrole iranien. Néanmoins, au cours de l’année écoulée, l’administration Biden a effectivement facilité d’importantes ventes de pétrole iranien – quoique dans des conditions contrôlées – dans le cadre d’une approche diplomatique envers Téhéran et en réponse au déclin de la présence russe sur le marché pétrolier mondial suite aux sanctions occidentales pour ses actions en Ukraine.

Les pays d’Europe occidentale, le Japon, l’Inde et la Corée du Sud, qui sont traditionnellement les principaux acheteurs de pétrole iranien, continuent de s’abstenir de s’approvisionner en pétrole iranien. Par conséquent, le régime exporte principalement son pétrole vers la Chine, tout en en dirigeant également une partie vers la Syrie et le Venezuela à des fins politiques et d’influence. La Chine, grand consommateur mondial de pétrole, a joué un rôle crucial dans la stabilisation des prix mondiaux du pétrole.

Les rapports du mois d’août indiquent que les exportations quotidiennes de pétrole de l’Iran ont atteint environ 1,5 million de barils. Ce chiffre reste toutefois nettement inférieur aux 2,5 millions de barils par jour d’exportations de pétrole réalisés par l’Iran en 2018. Une partie substantielle des exportations de pétrole iranien vers la Chine est vendue à un prix réduit d’environ 15 dollars le baril, ce qui exerce une pression sur les ressources nationales de l’Iran. Il convient de noter que même la Russie, aux prises avec ses propres sanctions, fournit du pétrole à l’Inde et à d’autres pays à un prix inférieur à 10 dollars le baril.

Selon les rapports de Reuters, la valeur cumulée des remises accordées par l’Iran à la Chine au cours des neuf derniers mois a dépassé 4,2 milliards de dollars, soit près de trois fois le total des exportations iraniennes vers l’Inde. Il convient de noter que la Chine ne règle pas ces paiements en espèces ou en dollars américains ; au lieu de cela, l’Iran est obligé d’accepter le yuan chinois, une conversion qui pourrait entraîner des pertes substantielles.

Les statistiques et les estimations du centre de recherche parlementaire du régime indiquent qu’à un taux de change de 28 500 tomans iraniens pour un dollar américain, environ 12 milliards de dollars de recettes pétrolières en 1402 (selon le calendrier persan) sont destinés à l’achat de biens essentiels. Le montant restant, environ 1,7 milliard de dollars, est réservé à d’autres dépenses, calculées à un taux de change de 38 000 tomans pour un dollar américain.

Selon les propres réglementations du régime, l’Iran est obligé d’allouer 42 % de ses revenus pétroliers au cours de l’année civile 1402 au Fonds national de développement, avec 14,5 % supplémentaires alloués à la Compagnie pétrolière nationale pour les dépenses courantes et les investissements dans l’industrie pétrolière. Cela implique que seulement 43,5 % des revenus pétroliers étaient initialement destinés au budget de l’État. Sur la base des statistiques budgétaires, les revenus projetés du gouvernement provenant des exportations pétrolières cette année s’élèvent à environ 409 000 milliards de tomans, soit l’équivalent de 13,7 milliards de dollars, ce qui représente 43,5 % du total des revenus pétroliers de l’Iran destinés au gouvernement.

Cependant, les calculs réels suggèrent que les revenus pétroliers du régime pour cette année sont plus proches d’environ 13,1 milliards de dollars. Les déclarations de Davood Manzoor, chef de l’Organisation de la planification et du budget du régime, indiquent que seulement 6,5 milliards de dollars environ sur ce montant ont été réalisés. Cela implique que les exportations quotidiennes moyennes de pétrole de l’Iran devraient être d’environ 650 000 barils, ce qui est nettement inférieur aux 1,5 million de barils revendiqués par les sources officielles.

Les rapports sur les performances financières indiquent en outre que le gouvernement d’Ebrahim Raïssi a été confronté à un déficit budgétaire de 258 000 milliards de tomans au cours des quatre premiers mois de l’année civile 1402. Pour combler ce déficit, le gouvernement a réduit les dépenses des provinces chargées de fournir des services publics essentiels tels que l’éducation, les soins de santé et les infrastructures, en leur allouant seulement 7 % du budget initialement prévu. En outre, le gouvernement a retiré 24 000 milliards de tomans du fonds de réserve de change et 25 000 milliards de tomans des dépôts des entreprises publiques détenus par le Trésor.

Malheureusement, les revenus générés par les ventes de pétrole du régime n’ont pas été alloués au profit du peuple iranien. Selon un rapport de Reuters, le régime a augmenté ses paiements au Hamas de 100 millions de dollars à 350 millions de dollars l’année précédente.

En outre, les dépenses associées aux groupes mandataires du régime au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen, ainsi que les coûts cachés liés aux projets liés aux armes nucléaires, au développement de missiles et aux drones, ont encore mis à rude épreuve les ressources de l’Iran.

Les fonds importants qui seraient transférés à l’étranger par les dirigeants du régime aggravent la situation, entraînant une hausse des prix des biens de consommation courante et du logement. En réalité, le peuple iranien est aux prises avec un fardeau financier croissant. Javad Mansoori, ancien ambassadeur du régime en Chine, a judicieusement observé que « même si l’or tombait du ciel iranien, les défis économiques globaux auxquels la population est confrontée resteraient largement sans réponse ».