mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieLa valeur de la monnaie iranienne plonge, un nouvel échec pour le...

La valeur de la monnaie iranienne plonge, un nouvel échec pour le régime en plein soulèvement

La valeur de la monnaie iranienne plonge, un nouvel échec pour le régime en plein soulèvement

La monnaie nationale iranienne s’effondre rapidement, atteignant désormais un taux plancher historique de 410 000 rials pour un dollar américain. La chute libre du rial indique une crise économique catastrophique en Iran et un profond sentiment d’insécurité chez les investisseurs.

De nombreux experts économiques considèrent que la dévaluation de la monnaie va se poursuivre, car son taux dépend de facteurs macroéconomiques tels que l’inflation, l’augmentation du taux de liquidité due à la planche à billets du régime, la fuite massive des capitaux, la destruction de la production et la faiblesse du PIB.

Alors que les Iraniens sont écrasés sous cette pression économique, le président du régime, Ebrahim Raïssi, et son gouvernement ont passé du temps à nier la crise, invoquant la croissance financière et les réalisations. Les Iraniens ont du mal à joindre les deux bouts alors que les prix des produits de base explosent, mais Raïssi se vante de la baisse de l’inflation, de la croissance économique, de la réouverture des usines fermées et de l’abondance des besoins fondamentaux de la population.

« L’ennemi est frustré et envie nos progrès. Ils ne veulent pas voir notre pays progresser dans la production, l’industrie, l’agriculture et d’autres domaines scientifiques. Le train du développement est sur les rails, et l’ennemi veut l’arrêter », a-t-il faussement prétendu le 15 décembre dans un discours prononcé dans la ville de Birjand.

Au cours des quatre derniers mois, l’Iran a été secoué par des manifestations anti-régime. Le soulèvement national a commencé à la suite du meurtre tragique d’une jeune Kurde accostée par la police des mœurs. La mort de Mahsa Amini a été l’étincelle qui a permis à la société iranienne explosive d’échapper au contrôle du régime des mollahs. Des décennies de crises économiques et sociales dues à la corruption, à la mauvaise gestion et à l’ineptie du régime, ont été contractées sous forme de haine sociale, et il n’a fallu qu’une étincelle pour qu’elle explose. Aujourd’hui, les gens scandent dans la rue : « Pour la pauvreté, la corruption, les prix élevés, nous continuerons jusqu’à la chute du régime », car ils considèrent la théocratie au pouvoir comme l’origine de tous les problèmes économiques et sociaux.

Pourtant, les faits têtus n’empêchent pas les autorités et les médias officiels de déformer la vérité. « Les ennemis ont recours aux émeutes, car ils envient un Iran fort qui continue de progresser dans le domaine scientifique », écrivait le 24 novembre le quotidien Keyhan, connu pour être le porte-parole du Guide Suprême, Ali Khamenei.

En tant que plus haute autorité du régime, Khamenei a été le premier à revendiquer des réalisations économiques et des développements scientifiques. Raïssi et d’autres responsables, ainsi que les médias officiels, ne font que répéter les paroles de Khamenei et tentent d’appliquer ses méthodes.

Khamenei avait affirmé à diverses occasions que la « vitesse de développement scientifique du régime est 13 fois supérieure à la pâte moyenne mondiale », « Nous sommes parmi les premiers pays en termes de nanotechnologie », « Nous nous classons au quatrième ou cinquième rang mondial en matière de capacités de missiles et de drones » et « Nous sommes la 18e économie mondiale. »

Le véritable train qui prend de la vitesse au milieu des crises intérieures et internationales du régime est bien le train du mensonge et de la tromperie. Au fur et à mesure que ces crises deviennent plus dangereuses pour le régime théocratique, les autorités multiplient les tromperies et les affirmations fallacieuses.

Pourtant, la chute libre du pays démystifie à elle seule les affirmations du régime théocratique. Téhéran est dépourvu de toute solution pour nier la dégringolade de la monnaie nationale et la hausse des prix des produits de base. La tendance à la hausse du taux de change et des pièces reflète la chute libre du rial et indique la faillite économique absolue de l’État et l’aggravation de la pauvreté et de la misère de la population.

En outre, cette crise économique indique l’échec de Raïssi. Lorsqu’il a été choisi comme président du régime par Khamenei en juin 2021, Raïssi a promis de contrôler le taux de change, de réduire le taux d’inflation à un chiffre, de réaliser une croissance économique de 8 % et de construire quatre millions de logements. Il est même allé jusqu’à ordonner de façon ridicule que les prix cessent d’augmenter ou que la pauvreté soit éradiquée en deux semaines !

Aujourd’hui, la dévaluation sans précédent de la monnaie iranienne démystifie toutes ces affirmations et ces prétendus « projets ». Le taux de change du dollar est passé de 260 000 rials en septembre 2021 à 410 000 rials. En d’autres termes, en moins d’un an et demi, 60 % de la valeur de la monnaie a diminué, et par conséquent, le pouvoir d’achat de la population a diminué.

Lors de l’investiture de Raïssi en juillet 2021, Khamenei a qualifié sa présidence d' »acte très significatif ». « De nouveaux responsables avec de nouvelles initiatives prendront la tête du pays », a-t-il prédit. Le véritable objectif de Khamenei en choisissant un meurtrier de masse sans scrupules comme Raïssi était de consolider le pouvoir de son régime pour réprimer facilement un soulèvement imminent. Mais il a échoué lamentablement, car la répression barbare et le gouvernement de Raïssi n’ont pas pu arrêter ce que beaucoup considèrent comme une révolution en devenir en Iran, et les manifestations se poursuivent depuis quatre mois consécutifs malgré les tentatives du régime pour les étouffer.

Khamenei avait reproché au prédécesseur de Raïssi, Hassan Rohani, et à son gouvernement de ne pas mettre en œuvre ses orientations économiques. Mais depuis l’arrivée de Raïssi, Khamenei ne peut plus rejeter la faute sur son gouvernement trié sur le volet, ce qui aide le peuple à comprendre qu’il est le véritable problème en tant que première autorité du régime. Par conséquent, le principal slogan des manifestations actuelles est « A bas Khamenei ».

« La République islamique a échoué dans tous les domaines économiques, sociaux, politiques et culturels. Ce [soulèvement] n’est qu’une petite flamme d’un plus grand feu de colère, de mécontentement et de méfiance dû à la gestion corrompue qui a laissé les demandes vitales des Iraniens sans réponse tout en essayant de contrôler leur vie personnelle. Si nous n’agissons pas maintenant, une énorme explosion se produira », a averti Hossein Ansari Rad, ancien député et haut fonctionnaire, dans une lettre adressée à Khamenei le 25 décembre.