dimanche, juin 16, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLa crainte d’une explosion sociale à cause de la débâcle économique en...

La crainte d’une explosion sociale à cause de la débâcle économique en Iran

La crainte d’une explosion sociale à cause de la débâcle économique en Iran

Les médias officiels iraniens font régulièrement état des problèmes financières des ménages iraniens en raison de la forte hausse des prix. Selon Khabar Online, le prix du kilo de viande a bondi de 63,5 % en 2023, atteignant plus de 600 000 tomans, entraînant une baisse significative de la consommation par personne.

Mehdi Sarvi, expert du « groupe de réflexion sur l’économie de résistance », a indiqué que si la consommation moyenne de viande des familles du pays s’élève à 8 kilogrammes, dans les couches à faible revenu, elle chute à 2 kilogrammes. Il a en outre souligné que la consommation de viande rouge par habitant parmi les plus pauvres est d’environ 700 grammes. Cela contraste fortement avec des pays comme l’Éthiopie, où la moyenne est de 7 kilogrammes, le Rwanda avec 8 kilogrammes et le Nigeria avec 9 kilogrammes par an, soit dix fois moins que la consommation moyenne de viande dans les pays européens.

Selon le site Internet Fararu, basé sur les statistiques de la FAO, la production de lait et de produits laitiers en Iran a diminué de 268 000 tonnes en 2023. Et ce, malgré des sources gouvernementales affirmant une croissance de 42 % des exportations de ces produits. Les données suggèrent que les gens manquent de pouvoir d’achat pour les produits laitiers, ce qui entraîne une réduction de la production laitière nationale, tout ce qui est produit étant exporté à l’étranger. La même source note que le nombre d’entreprises laitières en Iran est passé de plus de 1 000 dans les années 1980 à environ 200 aujourd’hui.

Bien que le gouvernement d’Ebrahim Raïssi continue d’annoncer une croissance économique positive et une réduction de l’inflation, l’Iran reste parmi les pays où les taux d’inflation sont les plus élevés au monde, aux côtés de l’Argentine et de la Turquie. Par conséquent, les analystes et les responsables gouvernementaux, qui ne se laissent pas tromper par les mensonges de Raïssi, mettent en garde contre la poursuite des troubles sociaux.

Jalal Mahmoudzadeh, représentant du régime au parlement, a déclaré : « Actuellement, de nombreuses familles iraniennes sont tombées en dessous du seuil de pauvreté », déclarant à Ruydad24. La classe moyenne a presque disparu ».

Il a ajouté : « Le nombre de familles en dessous du seuil de pauvreté a plus que doublé par rapport au passé. »

Taqi Azad Ermaki, analyste au sein du régime, s’est dit préoccupé par le potentiel d’indignation du public découlant des mesures répressives. Il a mis en garde : « Dans de telles circonstances économiques, plutôt que de favoriser le calme, nos interventions sociales ne font qu’exacerber la colère des gens. Un citoyen en colère soit exprimera immédiatement sa colère, soit la redirigera vers les endroits où elle domine.»

L’ancien député Masoud Pezeshkian a reconnu le style de vie luxueux des élites gouvernementales et a mis en garde contre les conséquences des inégalités face aux graves conditions économiques actuelles. S’adressant au journal public Jamaran Online, il a déclaré : « Vous ne trouverez pas quelqu’un qui, lorsqu’il tombe malade, cherche un médecin extrémiste. Ce n’est pas comme ça; tout le monde cherche un médecin compétent et compétent. Si vous regardez le passé, vous verrez que nombre de ces fonctionnaires se sont rendus dans des pays comme l’Allemagne, l’Angleterre et l’Espagne pour soigner des maladies simples et accessibles dans le pays. »

Dans une interview accordée au journal officiel Ham Mihan le 26 avril, Hashmatollah Fallahatpisheh, ancien chef de la commission parlementaire de sécurité nationale, a ouvertement reconnu la corruption omniprésente : « Chaque affaire de corruption implique trois acteurs principaux : premièrement, ceux qui se livrent à l’exploitation financière et occupent les échelons supérieurs de la hiérarchie. Deuxièmement, il y a les lobbyistes ou les intermédiaires qui facilitent les liens entre ces exploiteurs et les privilèges existants, notamment les avantages gouvernementaux. Enfin, il existe des individus proches du pouvoir qui établissent des liens avec des détourneurs de fonds par des intermédiaires. L’expérience montre clairement que la majorité de la corruption dans le pays persiste en raison de l’insistance des gouvernements à maintenir le statu quo. »

Fallahatpisheh a jugé dangereuses les tactiques répressives de Raïssi, comme la nouvelle répression contre les femmes avec des excuses comme le port inapproprié du hijab, et a sabré la faction au pouvoir, déclarant que la police morale devrait se concentrer sur les fonctionnaires et leur corruption financière.

D’un autre côté, le député Abdollah Izadpanah s’est moqué des affirmations de Raisi concernant la croissance économique, en demandant : « S’il y a eu une croissance économique de 6 %, quel est son impact sur la table des gens ? Nous ne pouvons pas nous enfouir la tête dans la neige et dire que tout va bien. Il a poursuivi : « Le fait que le dollar soit passé de 28 500 tomans à près de 70 000 tomans est préoccupant. C’est risible quand certains affirment par exemple que la hausse du taux de change n’a aucun rapport avec la hausse du prix des œufs. Le prix du kilo de viande rouge a atteint 600 000 tomans. »

« Le taux de change du dollar sur le marché libre a bondi de 15 000 tomans au cours des années 2000. Ces deux derniers mois l’instabilité monétaire est un facteur d’insécurité et détruit le bien-être mental et émotionnel des gens. »