dimanche, avril 14, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLa corruption et les détournements de fonds en Iran

La corruption et les détournements de fonds en Iran

La corruption et les détournements de fonds en Iran

Dans une révélation choquante, Kourosh Company, une grande société de commerce de téléphones portables, a été impliquée dans un énorme scandale de fraude. Le scandale, révélé en février 2024, a montré les pratiques trompeuses de l’entreprise dans la vente d’iPhone, entraînant la disparition de sa direction et laissant de nombreux clients fraudés et les mains vides.

La controverse a éclaté lorsque des allégations ont fait surface concernant la vente frauduleuse d’iPhone par la société Kourosh, promettant aux consommateurs les derniers modèles à des prix nettement inférieurs aux prix du marché. L’entreprise, qui opérait dans le secteur du commerce de téléphones mobiles, prétendait proposer des iPhones, dont le prix se situe généralement entre 35 et 40 millions de rials iraniens, à seulement 20 millions de rials (354 dollars aux tarifs actuels du marché), en éliminant les intermédiaires de la chaîne d’approvisionnement.

Le programme s’est appuyé sur de vastes campagnes de marketing numérique et sur le soutien de célébrités pour attirer de nombreux clients. En promettant de livrer les modèles d’iPhone 13 dans un délai de 45 à 50 jours, ainsi que des remises substantielles et des offres spéciales, Kourosh Company a réussi à attirer une clientèle considérable.

Cependant, après avoir encaissé les paiements de clients sans méfiance et mené des activités promotionnelles élaborées, les dirigeants de l’entreprise ont disparu, laissant derrière eux une traînée de clients en colère et de questions sans réponse. Des rapports indiquent que le PDG de l’entreprise et d’autres hauts responsables ont fui le pays, des images suggérant leur présence en Turquie ou à Dubaï.

La fermeture brutale de la société Kourosh et la disparition de sa direction ont laissé les clients dans le désarroi. La société, autrefois louée pour son approche apparemment révolutionnaire en matière de vente de smartphones, est désormais fermée et on ne sait pas où elle se trouve.

À la suite du scandale de la société Kourosh, des révélations ont fait surface concernant la complicité de responsables de l’État iranien dans l’autorisation d’activités frauduleuses et de pratiques de corruption. Les récentes révélations d’un groupe dissident iranien et la violation des serveurs parlementaires ont mis en lumière la manière dont des membres du Parlement, y compris ceux affiliés au Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), ont été impliqués dans des pots-de-vin et des stratagèmes frauduleux, contribuant ainsi à un environnement propice. à l’exploitation.

De plus, le manque de contrôle de la part du gouvernement dans l’octroi des licences commerciales a permis à des entreprises frauduleuses comme Kourosh Company d’opérer sans contrôle. Il est apparu qu’Amirhossein Sharifian, la principale figure de la société Kourosh, était un insoumis et manquait de documents juridiques pour enregistrer une société en vertu des lois du régime. Malgré cela, ses liens avec le régime lui ont permis d’utiliser de faux documents et de gagner la confiance de clients peu méfiants.

Ce qui a encore aggravé la situation, c’est que la société Kourosh a utilisé les médias d’État pour faire la publicité de ses produits et renforcer sa crédibilité auprès du public. Les promesses audacieuses de l’entreprise d’importer des iPhones, malgré l’interdiction de ces appareils par le guide suprême Ali Khamenei il y a trois ans, soulignent le mépris flagrant des normes réglementaires et l’immunité pratique des forces de l’ordre du régime.

Des centaines de cas de fraude et de détournement de fonds en Iran ont prouvé que l’incapacité du régime à lutter contre la corruption systémique et à réglementer les activités commerciales a perpétué une culture d’impunité, encourageant des acteurs sans scrupules à exploiter les consommateurs vulnérables.

Ces dernières années, des dizaines de scandales financiers en Iran, par exemple les cas de Cryptoland Exchange, de Ramak Khodro et le krach boursier de Téhéran, ont privé des milliers d’Iraniens de leurs économies. Ces incidents rappellent brutalement la corruption systémique qui sévit dans le secteur financier du pays, où des individus bien connectés exploitent leurs liens avec ceux au pouvoir pour frauder le peuple iranien. Dans chaque cas, les promesses de restitution et de responsabilité n’ont souvent pas été à la hauteur, laissant d’innombrables investisseurs désillusionnés et financièrement dévastés.

De nombreuses escroqueries dans les secteurs automobile et financier, caractérisées par des non-livraisons et des demandes coercitives de paiements supplémentaires, se sont heurtées à l’incapacité du pouvoir judiciaire à répondre aux clients fraudés, sans parler de mener une enquête sérieuse.

Ces incidents illustrent collectivement comment les liens étroits qui unissent l’establishment au pouvoir avec des entreprises sélectionnées favorisent une culture de corruption et de détournement de fonds qui affecte de manière disproportionnée les Iraniens ordinaires, poussant beaucoup d’entre eux dans la pauvreté.