lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : Corruption et les promesses creuses de Raïssi

Iran : Corruption et les promesses creuses de Raïssi

Iran : Corruption et les promesses creuses de Raïssi
L’économie iranienne est en ruine et la population est embourbés dans une pauvreté extrême. Pourtant, au lieu d’aider les gens ou de diriger la richesse nationale pour développer l’économie malmenée du pays, les responsables du régime ne font que des promesses creuses tout en profitant de leur vie luxueuse.

Pendant des décennies, la tâche principale des médias d’État iraniens a été de cacher la vérité et de dissimuler les problèmes sociaux et économiques. Maintenant, leur aveux quotidien des crises économiques et sociales de l’Iran est assez révélatrice de l’état explosif de la société.

Le président du régime Ebrahim Raïssi et le parlement des mollahs continuent de faire de vaines promesses de revitalisation de l’économie. Cela a été moqué par les médias d’État iraniens qui font référence à la corruption institutionnalisée du régime.

« La question claire maintenant est la suivante : malgré tous les slogans et les slogans lors des campagnes électorales présidentielles et législatives, la situation a-t-elle changé ? Absolument pas. La porte tourne sur le même talon qu’avant », a écrit le quotidien Aftab-e Yazd, le 8 mars.

Au lieu d’aider la population, le régime a récemment supprimé le taux de change préférentiel de 42 000 rials pour un dollar. Cette décision augmentera les prix déjà en hausse et l’inflation, car ce taux de change était utilisé pour importer des biens de consommation essentiels. Pendant ce temps, le gouvernement de Raïssi a autorisé l’entrée de 70 000 véhicules étrangers dans le pays et a permis à des entités terroristes comme les Gardiens de la Révolution (CGRI) et ses sociétés écrans opérant sous la bannière du « secteur privé » de vendre 1,3 million de BPD de pétrole brut.

« Autoriser l’importation de 70 000 voitures étrangères, supprimer la monnaie préférentielle et autoriser la vente quotidienne de 1,3 million de barils de pétrole au secteur privé dans le budget 2022-2023 permettent aux mafias de drainer librement le sang des gens, » a écrit Jumhouri-e Eslami le 8 mars.

Le journal ajoute que les clients de ces voitures de luxe sont les riches affiliés au régime, et non les « personnes aux pieds nus qui peuvent à peine gagner leur vie ».

Selon Jumhouri-e Eslami, « La vente de 1,3 million de BPD par le secteur privé, ainsi que la vente de 1,4 million de BPD par le gouvernement, est une autre décision bizarre qui, en plus de créer de la corruption, élargit l’écart de classe entre les riches et les pauvre. Une partie de ces 1,3 barils de pétrole sera vendue par des institutions et des organes, ce qui est contraire à la loi et entraînera une augmentation de la corruption dans ces organes. Les pauvres n’en profiteront pas, mais les riches qui ont le pouvoir d’obtenir une licence pour vendre du pétrole s’enrichissent. »

« Ainsi, le [Nouvel An persan de] 1401 démarrera avec des prix qui montent en flèche. Ce sera une année de pression croissante sur les pauvres, et Dieu sait ce qui arrive au pays et combien de temps les gens toléreront cette situation », a averti Jomhouri Eslami.

« Les visites régulières des responsables dans les magasins et leurs ordres d’arrêter la flambée des prix ont été inutiles. Il parait que les prix ne tiennent pas compte des commandements des officiels ! Pendant ce temps, le prix du sucre a triplé et les prix du riz, de la viande et des pommes de terre ont augmenté de façon sans précédent », a écrit le quotidien public javanais le 10 mars.

Javan, lié à l’IRGC, a reconnu que « la flambée des prix engloutit les gens au niveau des vêtements, des transports, du logement, de l’éducation, des services municipaux, des services gouvernementaux et judiciaires et des communication ».

Le taux d’inflation de l’Iran oscille autour de 50 %, car la politique monétaire du régime, comme l’impression de billets de banque pour compenser un énorme déficit budgétaire, a augmenté la liquidité tout en ayant un faible taux de production de 3 %.

« Alors que la liquidité a augmenté d’au moins 40% au cours de l’année écoulée et que l’inflation générale a augmenté en conséquence, les prix de certaines matières premières ont parfois grimpé en flèche », a écrit le quotidien Javan.

Alors que Raïssi trouve son gouvernement paralysé par l’agenda nébuleux de la politique économique et étrangère du régime, centré sur la corruption et le bellicisme, il tente désespérément d’apaiser la société rétive en faisant des promesses creuses, comme éradiquer la pauvreté en deux semaines ou ordonner aux prix de cesser d’augmenter. !

« Le récit des tentatives des responsables de simplifier les crises économiques, telles que les questions complexes de la pauvreté, a atteint un nouveau niveau avec les discours simultanés d’Ahmad Jannati, le chef de l’Assemblée des experts, et du président [du régime] Ebrahim Raïssi. Jannati a reconnu que les Iraniens affamés ne pouvaient pas trouver de pain et a demandé au président de faire quelque chose. Raïssi a immédiatement ordonné l’éradication de la pauvreté dans deux semaines », a écrit le quotidien public Jahan-e Sanat le 11 mars, ajoutant : « vous ne pouvez pas remplir un estomac vide avec des mots ! »

« Nous devrions rappeler à ces fonctionnaires que l’estomac des gens ne peut être que rempli de pain et de riz, non de paroles et d’ordres. Le gouvernement doit savoir que s’il ne présente pas un budget équilibré, il augmentera encore plus l’inflation et davantage de gens souffriront de faim », ajoute le journal.

« Il est inconcevable que le gouvernement de Raïssi puisse éradiquer la pauvreté en deux semaines ou en un mois. Dans un projet spécial et beaucoup de ressources, les Nations Unies ont donné 15 ans à différents pays pour réduire de moitié la pauvreté absolue grâce à une planification continue. Ce projet n’a pas abouti. Alors comment diable est-il possible qu’un pays comme l’Iran, qui est sous sanctions et souffre d’une mauvaise gestion économique généralisée, puisse éradiquer la pauvreté absolue en deux semaines ? a écrit le quotidien officiel Etemad le 10 mars.

Mais la restauration de l’accord sur le nucléaire et la levée des sanctions aideraient-elles le faible taux de production, l’inflation élevée et le chômage généralisé de l’Iran ? Est-ce que l’assouplissement des sanctions, comme les apologistes de Téhéran essaient de le laisser entendre, augmentera le pouvoir d’achat de la population ?

« L’idée que nous surmonterons nos grands problèmes économiques après avoir conclu un accord semble très dangereuse et insensée et ressemble plus à une illusion enfantine », a écrit le 11 mars le quotidien officiel Reslat, proche de la faction de Raïssi.

« Les principaux problèmes de notre pays sont enracinés dans des problèmes internes. Nous avons des problèmes tels qu’un appareil administratif usé, l’indiscipline financière de l’organisation financière et bancaire du pays, une économie embourbée dans les détournements de fonds, la corruption rampante, la présence de mafias économiques dans diverses industries et, surtout, l’absence d’une théorie de développement en accord avec l’habitat géographique autochtone du pays », ajoute Resalat.

En d’autres termes, peu importe ce que les experts iraniens essaient de vendre, les gens savent que le régime est la source de leurs problèmes économiques et sociaux, et les promesses creuses de Raïssi n’aideront pas le régime à éviter un soulèvement prévisible. Il n’est pas étonnant que l’un des slogans les plus répandus lors des soulèvements anti-régime a été : « l’ennemi est ici, ils mentent quand ils disent que c’est l’Amérique ».

« La patience de la population est à bout. Les divisions de classe existantes ont créé une situation qui a mis fin à tout espoir de réforme et les promesses vides des responsables rendent la situation plus difficile », a averti le quotidien Aftab-e Yazd aux responsables du régime le 11 mars.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe