mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieFaits et chiffres sur la crise énergétique en Iran

Faits et chiffres sur la crise énergétique en Iran

Faits et chiffres sur la crise énergétique en Iran

L’Iran est actuellement aux prises avec une grave crise énergétique, une situation exacerbée par une combinaison de mauvaise gestion par le régime et de domination des industries par le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI, pasdaran).
L’influence du CGRI sur des secteurs clés, notamment la production d’électricité, la distribution et même l’exportation vers des pays étrangers, a encore aggravé la crise. La priorité accordée aux intérêts politiques et économiques plutôt qu’à une gestion efficace et au développement des infrastructures a entravé la mise en œuvre des réformes et des améliorations nécessaires dans le secteur énergétique, ce qui a entraîné des inefficacités, un approvisionnement peu fiable et des problèmes environnementaux.

La crise s’est manifestée par de fréquentes coupures de courant, impactant la vie quotidienne, les industries et les services essentiels. En outre, le recours à des pratiques non durables, telles que la combustion de combustibles fossiles comme le mazut, non seulement exacerbe la crise, mais contribue également à la dégradation de l’environnement et à la pollution de l’air.

Cette analyse examine les statistiques et le potentiel des ressources de l’Iran par rapport à sa consommation énergétique. L’objectif est d’offrir un aperçu de la crise énergétique complexe à laquelle l’Iran est confronté et de souligner la nécessité urgente d’un changement en profondeur du système.

Consommation d’énergie
La consommation d’électricité en Iran se répartit comme suit : 33 % dans le secteur résidentiel, 34 % dans le secteur industriel, 14 % dans l’agriculture et 19 % dans les espaces publics, l’éclairage et autres usages divers.

La consommation quotidienne de gaz naturel en Iran équivaut à 5 millions de barils de pétrole, couplée à une consommation quotidienne de 1,8 million de barils de pétrole, soit un total d’environ 6,8 millions de barils. Compte tenu des prix actuels du pétrole, cela représente près d’un demi-milliard de dollars par jour, un chiffre stupéfiant.

Les fréquentes coupures de courant ont perturbé la vie des gens, en particulier par temps chaud, causant d’importantes difficultés aux familles. Cependant, au-delà de ces défis, les petites industries souffrent également de l’arrêt de leur production.

Les agriculteurs, qui font partie des secteurs marginalisés, subissent les effets dévastateurs des coupures de courant, qui endommagent gravement leurs produits agricoles.

Ces pénuries d’électricité entraînent de lourdes pertes économiques. L’impact économique des pannes de courant de l’été 2021 a été estimé à environ 7 milliards de dollars. Pourtant, une analyse plus approfondie de la situation indique que ce chiffre pourrait dépasser les 10 milliards de dollars, car plusieurs industries majeures associées au bureau du Guide suprême échappent aux audits.

Cette année, le régime a déclaré les 2 et 3 août jours fériés en raison de coupures d’électricité, invoquant la chaleur comme raison. De plus, le troisième jour, qui se trouvait être un vendredi [week-end en Iran], était également pratiquement un jour férié. Ces perturbations continues infligent des dommages considérables à l’économie du pays, mais le régime semble manquer de solution globale.

Mais les responsables de l’État pointent constamment du doigt la population et lui demandent de réduire sa consommation d’électricité. Ce récit est le même concernant le problème de l’eau, le gaz et l’inflation. Essentiellement, le régime considère le peuple comme les coupables, détournant ainsi la responsabilité de sa propre politique.

Pénurie de l’électricité en Iran
Le pays connait une inadéquation électrique comprise entre 15 000 et 20 000 mégawatts, ce qui signifie un déficit évident d’approvisionnement en électricité. Selon l’expert en énergie Mehdi Arab-Sadeq, qui s’est entretenu le 2 août avec le journal public Rokna, ce déficit est considérable.

Pour mettre les choses en perspective, même si le régime devait hypothétiquement recevoir la moitié de la production totale d’électricité du Turkménistan, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, la pénurie ne serait pas entièrement couverte. Cette disparité est également évidente dans le secteur du gaz ; le régime est confronté à une pénurie quotidienne de 270 millions de mètres cubes de gaz. Pour donner le contexte, il s’agit à peu près de la consommation annuelle moyenne de gaz en Turquie.

Les autorités du régime reconnaissent que le simple fait de compter sur les importations ne suffira pas à combler ce déficit électrique considérable. Ce qu’il faut, c’est la mise en place d’une infrastructure de centrale électrique robuste.

Raisons des pénuries d’électricité en Iran
De nombreux facteurs contribuent aux pénuries d’électricité en Iran, mais les plus importants sont :

Détérioration des réseaux de transport et de distribution : environ 13 % de l’électricité produite est perdue dans les réseaux de transport et de distribution obsolètes de l’Iran avant d’atteindre les consommateurs. Ce gaspillage est souligné dans un rapport du centre de recherche parlementaire du régime.

Technologie obsolète et faible : le régime emploie des technologies obsolètes et inefficaces dans ses centrales électriques, ce qui fait que même les nouvelles centrales électriques atteignent un rendement inférieur à 30 %. Cela contraste fortement avec les centrales électriques modernes du monde entier, telles que les centrales à cycle combiné, qui atteignent des rendements de 55 à 60 %.

Centrales électriques vieillissantes : en 2017, 25 centrales électriques du pays étaient complètement obsolètes et devaient être démantelées. Leur efficacité n’était que de 10 à 15 %. C’est ce qu’a rapporté l’agence de presse officielle ILNA le 4 octobre 2017.

Les centrales électriques actuelles approchent de la « fin de vie » : Certaines des centrales électriques existantes approchent d’une période d’exploitation de 66 ans, comme l’a rapporté l’agence de presse du régime ISNA le 11 décembre 2022.

Mises à niveau négligées des infrastructures : Au cours de la dernière décennie, le régime aurait dû investir chaque année 2 milliards de dollars dans la rénovation du réseau électrique. Cependant, cela a été négligé, entraînant une perte annuelle de 4 milliards de dollars en raison de l’inefficacité du réseau électrique.

Centrales hydroélectriques
Les actions du régime consistant à exploiter et à épuiser les eaux de surface ont eu un impact profond sur l’efficacité des centrales hydroélectriques. En conséquence, ces centrales ont subi une diminution significative de leur efficacité, et certaines ont même été contraintes de cesser leurs activités. Un exemple illustratif est le barrage de Karun, qui s’élevait à l’origine à une hauteur de 37 mètres. Cependant, en raison d’une réduction stupéfiante de 20 mètres provoquée par l’épuisement alarmant des ressources en eau, sa stature a été considérablement réduite. Cette situation troublante n’est pas unique et se retrouve également dans d’autres barrages du pays.

Cette tendance marque une rupture avec l’exploitation durable des centrales hydroélectriques à l’échelle nationale. Certains barrages sont désormais soit mis hors service, soit connaissant une forte baisse de leurs performances. D’ailleurs, certains ont décrit avec ironie ces centrales hydroélectriques comme ayant atteint leur point le plus bas.

Il convient toutefois de noter que les centrales hydroélectriques ne contribuent qu’à 7 % de la production totale d’électricité du pays. Compte tenu de la multitude de barrages qu’ils ont construits, qui, en plus d’être impliqués dans l’exploitation et l’épuisement des eaux de surface de l’Iran, n’ont apporté aucun avantage supplémentaire en termes d’efficacité, tous entre les mains du Corps des Gardiens de la révolution islamique.

Plans échoués
Bien qu’il ait inclus des plans visant à accroître la production d’électricité dans ses stratégies de développement, le régime n’atteint systématiquement pas ses objectifs. Par exemple, leur objectif pour 2023 était de lancer 6 100 mégawatts de nouvelles centrales électriques, mais ce printemps, seuls 320 mégawatts ont été mis en service avec succès, soit à peine 5 % de l’objectif prévu.

L’administration d’Ebrahim Raïssi s’était fixé comme objectif d’inaugurer 2 630 mégawatts de centrales électriques à cycle combiné pour cette année. Cependant, dès l’été, seul un mégawatt était effectivement activé.

En plus des pénuries d’électricité persistantes que connaît le public, la volonté du régime d’étendre les fermes de minage de crypto-monnaie, en particulier pour Bitcoin, joue un rôle. Cette décision est motivée par la volonté du régime d’échapper aux sanctions et de générer des liquidités. Selon des responsables du ministère de l’Énergie, une quantité importante d’électricité – environ 600 mégawatts – est consommée uniquement pour le minage de Bitcoin.

Exporter de l’énergie dans un contexte de graves pénuries
Malgré la crise actuelle de l’électricité, le régime continue de se lancer dans les exportations d’électricité. Selon les statistiques mensuelles publiées sur le site officiel du ministère de l’Energie du régime, les exportations d’électricité de l’Iran ont bondi à près de 1,9 térawattheure au cours des quatre premiers mois de l’année 1402 du calendrier persan [mars 2023-mars 2024], soit un chiffre significatif de 92. % d’augmentation par rapport à la même période de l’année précédente.

Notamment, un tiers des exportations totales d’électricité pour les quatre premiers mois de cette année ont eu lieu en juillet, ce qui indique une augmentation notable de 48 % du volume des exportations par rapport à juin.

Il est intéressant de noter que malgré la pénurie d’électricité qui prévaut et l’augmentation substantielle des exportations, les importations d’électricité de l’Iran n’ont que légèrement dépassé 1 térawattheure au cours de la même période, ce qui reflète une baisse considérable de 23,8 % par rapport à la période correspondante de l’année précédente.

Dans ces circonstances, le gouvernement Raïssi a choisi de doubler les exportations d’électricité ce printemps. À court de liquidités, l’administration Raïssi a omis de son plan budgétaire les détails des revenus générés par les exportations de gaz et d’électricité. Cependant, il est intéressant de noter que les revenus du gouvernement provenant de la vente de gaz et d’électricité à des pays étrangers ont contribué davantage à ses revenus totaux que les ventes intérieures d’électricité et de gaz.

Sources d’approvisionnement en électricité de l’Iran
Actuellement, les centrales thermiques contribuent à 80 % de l’électricité du pays, tandis que les centrales hydroélectriques fournissent environ 7 à 10 % de la production totale d’électricité.

La part des centrales solaires et éoliennes dans la production électrique iranienne ne représente que 0,5 % de la production totale. Les nouvelles centrales électriques atteignent un rendement inférieur à 30 %. Cela contraste fortement avec les centrales électriques modernes du monde entier, telles que les centrales à cycle combiné, qui atteignent des rendements de 55 à 60 %.

Centrales électriques vieillissantes : en 2017, 25 centrales électriques du pays étaient complètement obsolètes et devaient être démantelées. Leur efficacité n’était que de 10 à 15 %. C’est ce qu’a rapporté l’agence de presse officielle ILNA, le 4 octobre 2017.
Les centrales électriques actuelles approchent de la « fin de vie » : Certaines des centrales électriques existantes approchent d’une période d’exploitation de 66 ans, comme l’a rapporté l’agence de presse du régime ISNA, le 11 décembre 2022.

Mises à niveau négligées des infrastructures : Au cours de la dernière décennie, le régime aurait dû investir chaque année 2 milliards de dollars dans la rénovation du réseau électrique. Cependant, cela a été négligé, entraînant une perte annuelle de 4 milliards de dollars en raison de l’inefficacité du réseau électrique.

Centrales hydroélectriques
Les actions du régime consistant à exploiter et à épuiser les eaux de surface ont eu un impact profond sur l’efficacité des centrales hydroélectriques. En conséquence, ces centrales ont subi une diminution significative de leur efficacité, et certaines ont même été contraintes de cesser leurs activités. Un exemple illustratif est le barrage de Karun, qui s’élevait à l’origine à une hauteur de 37 mètres. Cependant, en raison d’une réduction stupéfiante de 20 mètres provoquée par l’épuisement alarmant des ressources en eau, sa stature a été considérablement réduite. Cette situation troublante n’est pas unique et se retrouve également dans d’autres barrages du pays.

Cette tendance marque une rupture avec l’exploitation durable des centrales hydroélectriques à l’échelle nationale. Certains barrages sont désormais soit mis hors service, soit connaissant une forte baisse de leurs performances. D’ailleurs, certains ont décrit avec humour ces centrales hydroélectriques comme ayant atteint leur point le plus bas.

Il convient toutefois de noter que les centrales hydroélectriques ne contribuent qu’à 7 % de la production totale d’électricité du pays. Compte tenu de la multitude de barrages qu’ils ont construits, qui, en plus d’être impliqués dans l’exploitation et l’épuisement des eaux de surface de l’Iran, n’ont apporté aucun avantage supplémentaire en termes d’efficacité, tous entre les mains des funestes pasdaran.

Les centrales électriques de Qom et de Téhéran appartiennent par exemple à Saba Holding, associée à la Fondation Mostazafan. D’autres centrales électriques du pays sont affiliées à des entités publiques, opérant souvent sous des étiquettes ambiguës. Il s’agit généralement de transactions ou de règlements de dettes qui conduisent à des transferts de propriété.

À titre d’illustration, les centrales électriques de Binalood, Chabahar et Sultanieh, capables collectivement de produire 1 092 mégawatts et évaluées à 1 223 milliards de tomans, ont été transférées pour régler les dettes du gouvernement auprès des institutions financières. De même, les centrales électriques de Damavand, Fars, Montazer Qaem, Tabriz, Tus, Zagros, Jahrom et Abadan, d’une capacité totale de 9 267 mégawatts et d’une valeur de 8 792 milliards de tomans, ont également été remises pour régler leurs dettes.

En outre, les centrales électriques de Sabalan, Sanandaj et Parand, d’une capacité combinée de 2 874 mégawatts et évaluées à 1 460 milliards de tomans, ont été transférées pour régler les dettes liées à l’eau et à l’industrie.

Il est important de noter que le groupe MAPNA, sous l’égide de la base du CGRI de Khattam al-Anbiya, contrôle à 50 % la production d’électricité du pays.

En conséquence, le régime Khamenei a établi son contrôle sur les centrales électriques à travers ses entités économiques, exploitant à la fois la population et l’environnement en s’appuyant sur des combustibles fossiles comme le mazut. Par conséquent, la seule façon d’échapper à l’exploitation et de respirer un air non pollué en Iran consiste à éliminer le problème lui-même.