dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieDéclin de l’économie iranienne: sanctions ou mauvaise gestion à blâmer?

Déclin de l’économie iranienne: sanctions ou mauvaise gestion à blâmer?

L’économie iranienne s’effondre. Le régime des mollahs et ses apologistes considèrent les sanctions comme le véritable facteur dommageable. Mais les médias d’État et les économistes iraniens identifient la mauvaise gestion comme le véritable problème de l’économie.

Les sanctions, associées à quatre décennies de mauvaise gestion économique en Iran, ont diminué la valeur de la monnaie iranienne, dans ce qui est la mort silencieuse de l’économie iranienne.

«La dégradation de la monnaie nationale est une mort silencieuse pour l’économie de n’importe quel pays et cela s’est produit en Iran. Malheureusement, l’équipe économique du gouvernement a fermé les yeux sur ce fait », a écrit le 15 octobre le Seday-e Eslahat, un média proche de la faction du président du régime, Hassan Rohani.

Lorsque le régime des mollahs a signé l’accord nucléaire iranien de 2015 avec les puissances mondiales, également connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), des milliards de dollars ont été versés au régime. Pourtant, les mollahs ont utilisé cette énorme somme d’argent pour financer leurs groupes terroristes par procuration. En conséquence, davantage de personnes sont devenues pauvres. Le taux d’inflation effréné et les prix élevés ont lancé la première série de manifestations à l’échelle nationale en Iran en janvier 2018. Les gens scandaient «Lâchez la Syrie, pensez à nous» face au soutien coûteux des mollahs à la dictature de Bachar-al-Assad depuis 2011.

En mai 2018, les États-Unis se sont retirés du JCPOA, invoquant le non-respect par le régime de «l’esprit» de cet accord, qui était dû aux activités destabilisatrices des mollahs dans la région. Les États-Unis ont réimposé des sanctions et depuis lors, les mollahs et leurs apologistes tentent de blâmer les sanctions pour les problèmes économiques de l’Iran. Mais si les sanctions nuisent à l’économie iranienne, pourquoi le régime n’arrête-t-il pas ses activités terroristes pour que les sanctions puissent être levées? Les sanctions sont-elles le vrai problème ou n’ont-elles qu’accéléré l’effondrement économique de l’Iran, qui avait été ruiné par quarante ans de mauvaise gestion économique et de pillage des richesses nationales?

À cet égard, Seday-e Eslahat a écrit: «La puissance monétaire d’un pays dépend des relations commerciales internationales, des relations diplomatiques et de la coopération avec des institutions telles que l’Organisation mondiale du commerce. Selon les experts, les sanctions associées à l’incapacité du gouvernement actuel à contrôler l’inflation sont les raisons les plus importantes de la dévaluation du rial et de la puissance monétaire de l’Iran sur le marché international des changes.  »

Hossain Raghfar, un économiste, a reconnu que la mauvaise gestion et la tromperie du régime sont les véritables facteurs dommageables de l’économie iranienne. «Le problème de l’économie du pays, ce ne sont ni les États-Unis ni les sanctions. Les principaux problèmes économiques sont les mensonges, la tromperie et le fait de blâmer les autres pour détourner l’attention du public des réalités amères que la politique intérieure a amenées pour le peuple », a déclaré Raghfar au quotidien national Resalat le jeudi 15 octobre. « Les importations d’articles tels que les selles et les cure-dents sont passées de 16 milliards de dollars en 2005 à 90 milliards de dollars en 2011, rendant le pays plus dépendant et consumériste », a ajouté Raghfar.

«Les statistiques publiées par le Centre des statistiques au premier trimestre de cette année montrent une croissance économique négative de 3,5% avec les revenus pétroliers. Ainsi, la croissance économique du pays s’empire chaque année par rapport à l’année précédente, une situation qui affecte fortement la production du pays », a poursuivi Seday-e Eslahat. «Les statistiques de production des dix dernières années sont très éloignées des statistiques des une ou deux dernières années et ont créé un très sérieux retard dans le domaine de la production. Les gouvernements ont utilisé les ressources de la banque centrale et ont constamment exercé des pressions sur la base monétaire. »

«Les statistiques montrent que le taux de change du rial iranien par rapport au dollar américain a chuté de plus de 137% au cours de la seule année écoulée et que le prix du dollar est passé de 11 500 à 31 700 tomans, tandis que le taux d’inflation de l’économie iranienne est passé à 26 pour cent. Donc, cette statistique montre la profondeur de la catastrophe économique », a ajouté l’article.

En conséquence, il y a plus de pression sur le peuple iranien. Le 13 octobre, le journal Vatan-e Emrooz a écrit: «L’expérience coûteuse que nous traversons en ce moment a, d’une part, placé la vie des classes moyennes et inférieures dans un chaos cruel, et d’autre part, a dépouillé les espoirs des personnes qui ont sincèrement participé aux élections pour réformer le pays. Cela les dissuadera de participer à des activités politiques à l’avenir. »

Le peuple iranien a manifesté son aversion pour ce régime lors de son soulèvement en novembre 2019 et du boycott général des élections parlementaires simulées des mollahs en février 2020.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe