lundi, juin 17, 2024
AccueilActualitésActualités: FemmesIran: Marzieh, La grande diva de la chanson traditionnelle persane et voix...

Iran: Marzieh, La grande diva de la chanson traditionnelle persane et voix de liberté et de résistance

Le 12 octobre 2010, au plus fort du froid de l’automne, l’Iran a perdu sa voix la plus chaleureuse. Marzieh, la grande diva des chansons iraniennes, est devenue éternelle. À l’occasion de l’anniversaire du décès de cette grande artiste nationale et courageuse combattante de la liberté, nous jetons un coup d’œil sur sa vie.

Ashraf-ol Sadat Mortezaei, sous le nom de scène de Marizeh, a commencé sa carrière à l’âge de 19 ans. En 1943, trois ans après le début de la radio nationale iranienne, Marzieh était parmi les premiers artistes à se produire à la radio.

L’une des premières œuvres d’art de Marzieh a été sa participation à l’émission musicale la plus précieuse de Radio Iran, intitulée «Golhay-e Rangarang», ou «Fleurs colorées». La compétence de Marzieh dans l’art de combiner poésie et musique, et de chanter plus de 2 000 chansons, en a fait la chanteuse légendaire d’Iran.

Mais ce qui brille au-delà des valeurs artistiques de Marzieh, c’est le caractère humain exceptionnel de cette grande femme et son courageux patriotisme qui la rend unique en tant que dame de l’art iranien.

Lorsque le régime des mollahs a pris le pouvoir en 1979, Marzieh a arrêté de chanter pendant 15 ans. Mais le silence de 15 ans de Marzieh était le calme avant la tempête. Son amour pour l’Iran et les Iraniens l’a amenée à rejoindre le mouvement pour la liberté et la démocratie. Son choix de faire partie des rangs de la résistance l’a transformée en une éternelle étoile brillante de l’histoire de l’art et de la culture iranienne.

La position de la dictature religieuse de l’Iran sur l’art et les artistes
Depuis que le régime des mollahs a détourné la révolution de 1979 de ses objectifs, l’art et la culture ont été parmi les premiers à être visés par ce régime médiéval. Ainsi, les artistes iraniens dans tous les domaines de l’art ont été mis à l’écart par le régime des mollahs.

Parmi tous les arts et artistes iraniens, la musique et les musiciens ont été les premières et les plus importantes victimes des mollahs réactionnaires. Les musiciens, chanteurs et instrumentistes persans ont été soumis aux répressions anti-humaines et anti-culturelles les plus sévères des mollahs. Beaucoup d’entre eux ont été contraints de quitter leur patrie et beaucoup ont été réduits au silence pour toujours ou emprisonnés et harcelés par le régime.

Contrairement au régime des mollahs et à son opposition hystérique aux arts, en particulier à la musique, la résistance iranienne, en particulier l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), a accordé un immense respect aux arts et aux artistes iraniens.

La Résistance iranienne, bien qu’elle subisse une sévère oppression, a toujours envisagé de préserver la culture et l’art iraniens dans le cadre de sa lutte pour la liberté et la démocratie.

Ainsi, de nombreux artistes et musiciens iraniens ont rejoint la Résistance iranienne ou sont devenus membres du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). Certains de ces artistes renommés incluent Emad Ram, maître de musique, compositeur et chanteur; Manouchehr Sakhaei, un chanteur iranien populaire; Marjan, actrice de cinéma et chanteuse renommée; Bahram Alivandi, peintre éminent; Andranik Asatourian, compositeur, auteur-compositeur et chanteur renommé; ou Mansour Ghadarkhah, réalisateur; ainsi que de nombreux autres artistes.

Rencontre avec Maryam Radjavi

Après 15 ans de silence et vivant sous pression en Iran, en août 1994, Marizeh a quitté l’Iran pour Paris, où elle a rencontré la présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi, et a rejoint la Résistance iranienne. Depuis ce jour jusqu’à ses derniers instants, Marzieh a soutenu l’OMPI et Mme Radjavi de toute sa puissance et a donné divers concerts dans le monde entier.

De 1993 jusqu’à ce que sa voix devienne éternelle, son récit de vie est une collection précieuse qui fait de Marzieh un phénomène unique non seulement dans l’histoire de l’art iranien, mais aussi dans l’histoire des nations contemporaines. Elle faisait partie des rares grands artistes à combiner l’art et la lutte pour la liberté. Elle a mis tout son art sur la voie de la glorieuse résistance de son pays contre la dictature la plus sombre de l’histoire contemporaine de l’Iran. Sa présence en Irak, parmi les combattants de la liberté de l’Armée de libération nationale, ses concerts dans différents pays, ses activités politiques et ses rencontres avec des politiciens ont aidé le peuple iranien à progresser sur la voie de la liberté.

Marzieh, la diva des chansons iraniennes, était la voix agréable des 60 ans de souffrance et d’émotions d’une nation. Elle a représenté la résilience et la résistance des femmes iraniennes face au régime misogyne des mollahs. Ainsi, sa voix est devenue éternelle en Iran et dans son histoire.

Lorsque Marzieh a rejoint la Résistance iranienne, elle est allée au camp d’Achraf, où résidaient les membres de l’OMPI et de l’ALNI, et a tenu son premier concert après son silence pour eux.

Après être entrée à Achraf, sa voix a capturé le cœur des personnes opprimées en Iran et des Iraniens libres du monde entier qui n’avaient pas entendu sa voix depuis 15 ans.

Elle a déclaré: «Je portais fièrement un uniforme de la lutte pour la liberté. Je reste aux côtés de mon peuple jusqu’à mon dernier souffle, j’en suis fière et heureuse.

Dans l’une de ses lettres, elle a déclaré : « Je ne suis pas venue pour une victoire facile. Je suis venu partager toutes les peines, les joies, les défaites et les victoires des hommes et des femmes les plus purs et les plus courageux de ma nation. »

« J’en suis venu à utiliser tout mon talent, ma puissance, mon énergie, mon art et ma voix pour la liberté du pays, pour la liberté de l’Iran et de notre noble et honorable peuple. Je suis venue serrer chaleureusement la main de la grande dame de la Résistance iranienne (Maryam Radjavi). Je serai avec vous, avec vous en vous, je trouverai le printemps », dit-elle.

Ainsi, Marzieh a chanté le chant éblouissant et enflammé dans le champ de la lutte politique, qui était le chant de l’honneur et de la fierté.

De «Kaveh Mihan» et «Iran Zamin» à «Comme la fôret» et «l’armée de la liberté» et l’appel à la prière un défi osé lancé par la Diva aux mollahs misogynes au pouvoir en Iran. Marzieh a chanté «au nom de la rose rouge », encourageant tous les éclaireurs contre l’obscurantisme du régime des mollahs d’Iran et tous ceux qui répandent le parfum de «la bien-aimée» à travers l’Iran.

Ayant mis tout son art sur le chemin de la résistance contre la dictature la plus terrible de l’histoire contemporaine, son histoire est devenue une précieuse collection d’art et de résistance depuis le jour où elle a rejoint le mouvement de résistance jusqu’à ce que sa voix devienne éternelle. Ainsi, elle est devenue unique non seulement dans l’histoire de l’art iranien, mais aussi dans l’histoire de l’art des nations contemporaines.