dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieCalamité financière pour les travailleurs iraniens

Calamité financière pour les travailleurs iraniens

Calamité financière pour les travailleurs iraniens
L‘économie iranienne est en ruine, ravagée par des années de corruption et de mauvaise politiques du régime iranien. La monnaie du pays, le rial, est sur une trajectoire descendante, le taux d’inflation oscille autour de 50% et les prix montent en flèche. Cela a entraîné une énorme pression sur les Iraniens.

Les travailleurs iraniens, qui manquent de sécurité d’emploi de base, font partie des secteurs les plus vulnérables de la société. La chute libre de la monnaie pèse sur la flambée des prix, empêchant les travailleurs de couvrir leurs besoins de base.

« L’Iran se classe au 160e rang en termes de salaire des travailleurs avec un salaire minimum de 75 dollars par mois, inférieur à la Libye, à l’Irak, au Bangladesh et à certains pays voisins », a reconnu le quotidien Hamdeli le 1er mars.

Les maigres salaires des travailleurs iraniens ne sont pas compatibles avec « l’inflation à deux chiffres« , selon Hamdeli. « Par exemple, il y a deux ans, les salaires des travailleurs en Iran étaient de 18 millions de rials. Ce chiffre était inférieur aux salaires des travailleurs en Afghanistan », écrit le journal, ajoutant que l’Iran, sous le régime des mollahs, a donc «la main-d’œuvre la moins chère du monde ».

Selon le site Web public Radar-e Eghtesad du 2 mars, « le salaire actuel peut couvrir un tiers des frais de subsistance mensuels d’un travailleur. Le salaire minimum et les avantages sociaux d’une famille de trois personnes qui travaillent seront de 52 millions de rials au cours de la prochaine [année persane de] 1401. Ce chiffre n’est même pas proportionnel à l’inflation de 42,2 % cette année.

En d’autres termes, sur la base du taux de change actuel du dollar sur le marché libre, le salaire des travailleurs iraniens au cours de la prochaine année perse de 1401, à compter du 21 mars, sera d’environ 200 dollars.

« Dans cette situation, un travailleur marié avec un ménage de trois personnes, doit gagner 37 millions de rials en plus de son salaire de 52 millions de rials pour couvrir uniquement les dépenses courantes de la famille et ne pas tomber en dessous du seuil de pauvreté« .

Le site Radar-e Eghtesad affirme que « selon les experts, le coût minimum d’un panier vital est de 100 à 120 millions de rials. Mais les membres du Conseil suprême du travail ont fixé le panier de subsistance à 89 millions de rials. »

En d’autres termes, « le salaire de 52 millions de rials des travailleurs iraniens est irréaliste, et la main-d’œuvre iranienne a été laissée à elle-même sous la pression intense de l’inflation, faisant des efforts désespérés pour gagner sa vie« .

Depuis 2018, le régime iranien a lancé l’impression de billets de banque pour compenser son déficit budgétaire. En augmentant progressivement la masse monétaire de plus de 30% par an en plus d’une décennie, qui a atteint son apogée ces dernières années, la liquidité du pays a dépassé le taux de production de 3%.

Ainsi, l’inflation a explosé et, selon les chiffres officiels, oscille désormais autour de 50%, et parfois autour de 60%.

Dans son article du 1er mars, Hamdeli reconnaissait que « les produits alimentaires ont un taux d’inflation de 60 %, l’augmentation de 50 à 200 % des loyers dans les quartiers populaires, l’absence de contrôle des taux de change en 2022 et les politiques gouvernementales visant à augmenter les impôts réels sur les travailleurs et les salaires », mettent en danger la vie des travailleurs.

En d’autres termes, ils devraient endurer une calamité financière encore plus grave. Pendant ce temps, le régime gaspille la richesse nationale et alimente des guerres par procuration dans de nombreux pays. Les protestations sociales de personnes de tous horizons se sont propagées et intensifiées à travers le pays. La vague de protestations en Iran démontre l’état explosif de la société et met à nu la frustration à la fois financière et politique du peuple.

L’objectif de Téhéran, cependant, est de poursuivre ses objectifs malveillants, essayant désespérément de sauver sa fragile emprise sur le pouvoir, laissant ainsi de côté l’économie en difficulté. Ceci, à son tour, a accru la volatilité de la société, augmentant les avertissements des médias et des responsables du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe