vendredi, décembre 9, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxSur la corruption des pasdaran : l'affaire "Yas Holding" n'est que la...

Sur la corruption des pasdaran : l’affaire « Yas Holding » n’est que la pointe de l’iceberg

Sur la corruption des pasdaran : l'affaire "Yas Holding" n'est que la pointe de l'iceberg

Une fuite d’une cassette audio de 50 minutes d’une conversation entre deux hauts commandants du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) du régime iranien en 2018 a été une révélation accablante sur la corruption institutionnalisée massive du régime.

Les responsables du régime ont d’abord tenté de dissimuler ou de mettre en doute l’authenticité du fichier audio, le qualifiant de faux et fabriqué. En fin de compte, cependant, les pasdaran (CGRI) ont été contraint de confirmer officiellement l’authenticité du dossier. Le quotidien Kayhan, porte-parole du chef suprême du régime Ali Khamenei, a affirmé le 14 février que le dossier prouvait « le niveau de responsabilité des responsables des Gardiens de la révolution ».

Dans la bande, Mohammad Ali Jafari, alors commandant du CGRI, est entendu parler au chef des finances de l’organisation, le général de brigade Sadeq Zolqadrnia. Ils ont discuté d’une affaire de corruption en 2017 impliquant une société holding appelée « Yas ». Yas holding était l’une des sociétés écrans du CGRI qui exploitait des dizaines de filiales, mais a été fermée à la suite de la révélation de dizaines d’affaires de corruption en 2017.

Zolqadrnia accuse Mohammad Bagher Ghalibaf, alors maire de Téhéran et actuel président du Parlement, l’adjoint à la coordination du CGRI, Jamaloddin Aberoumand, et le chef de l’organisation du renseignement du CGRI, Hossein Taeb, ainsi que le commandant éliminé de la Force Qods, Qassem Soleimani, d’avoir dissimulé des détournements de fonds d’une valeur à 80 000 milliards de rials. Le montant équivaut à peu près à 3 milliards de dollars sur la base du taux du marché libre à l’époque. Yas Holding appartenait à la Fondation coopérative de l’IRGC, une organisation puissante qui contrôle de nombreuses composantes des ressources financières du pays.

Selon Zolqadrnia, Ghalibaf a suggéré de forger un faux contrat d’une valeur de 80 000 milliards de rials. Il a ajouté : « Je lui ai dit [Ghalibaf] que ce serait un crime. Cela me fera du mal; cela nuira à Jafari; Je ne le signerai pas. »

Jafari dit à Zolqadrnia que Soleimani et Ghalibaf sont « très contrariés » par les actions de Zolqadrnia. Alors que ce fichier audio fait des révélations importantes, il est nécessaire de faire la lumière sur certains aspects sombres de la corruption endémique de la théocratie au pouvoir.

Cette affaire de corruption massive s’est produite sous la supervision d’Ali Khamenei. Quelques jours après la fuite du fichier audio, Khamenei s’est précipité sur les lieux pour défendre ses commandants corrompus du CGRI. « L’ennemi dépense des milliards de dollars dans ses groupes de réflexion pour calomnier et mentir contre la République islamique. Un jour, ils calomnient le Parlement, un jour ils calomnient le Conseil des gardiens, et aujourd’hui c’est au tour du CGRI et du martyr Soleimani », a-t-il déclaré le 17 février.

Mais qui sont ces commandants du CGRI ? Qu’est-ce que le Yas Holding ? Et pourquoi le régime essaie-t-il de dissimuler et de blanchir ce crime manifeste ? Telles sont les questions auxquelles nous entendons répondre dans ce rapport.

Qui est Mohammad Bagher Ghalibaf ?

Sur la corruption des pasdaran : l'affaire "Yas Holding" n'est que la pointe de l'icebergMohammad Bagher Ghalibaf, l’actuel président du parlement du régime, est l’un des commandants les plus corrompus du CGRI. Alors qu’il était maire de Téhéran pendant 12 ans, il a profité de chaque occasion pour voler des fonds publics.

Le quotidien Sharq, affilié à la faction de Hassan Rohani, révélait le 10 mai 2017 : « Ghalibaf veut vraiment discréditer le gouvernement. Son objectif est clair : prendre la présidence. Mais à quel point Ghalibaf est-il propre ? L’indicateur le plus important est le discours de Valiollah Seif, patron de la Banque centrale. Il a parlé de la dette de 60 000 milliards de rials de la municipalité de Téhéran envers le secteur bancaire. Un don de 3,5 billions de rials à l’adjoint au maire équivaut à 31 ans de salaire des travailleurs moyens, qui, selon les dernières décisions du ministère du Travail, n’ont été augmentés qu’à 9,4 millions de rials. Cette affaire a également connu une triste fin et a été retirée de l’ordre du jour du Parlement pour enquête. Apparemment, en plus de l’adjoint au maire, selon les statistiques publiées, la maison du maire lui-même vaut plus de 200 millions de rials par mètre carré. »

Majid Farahani, chef du comité du budget municipal de Téhéran, a révélé une petite partie des vols de Ghalibaf pendant son mandat de maire de Téhéran. Il a déclaré à l’agence de presse publique ISNA le 15 janvier 2018 : « Nous constatons une grave crise financière et commerciale dans la municipalité. »

« Lorsque nous déduisons les revenus totaux des coûts totaux encourus, nous atteignons un écart de 200 000 milliards de rials au cours des 12 dernières années. Nous ne savons pas où ces 200 billions de rials ont disparu, et ce chiffre manquant doit être découvert. Nulle part il n’est indiqué où ces 200 billions de rials sont allés. … Sur la base des rapports soumis par l’auditeur sélectionné du conseil, les revenus de la municipalité en 2016 étaient d’environ 227 billions de rials. Pourtant, dans les rapports soumis par le maire, les revenus de la municipalité étaient d’environ 211,3 milliards de rials. Il y a une différence de 14 000 milliards de rials entre les deux rapports, et la raison n’est pas claire », a-t-il ajouté.

Depuis le début du régime des mollahs, Ghalibaf a joué un rôle actif dans la répression de l’OMPI, des manifestations à Téhéran et du peuple du Kurdistan. Il a été activement impliqué dans la guerre antipatriotique avec l’Irak. Selon les médias et les agences du régime, au cours de son mandat de 12 ans en tant que maire de Téhéran, il a volé et détourné des milliards de dollars.

En 1983, pendant la guerre antipatriotique, il est nommé commandant de la 5e division Nasr et envoie des milliers d’enfants et d’étudiants sur les champs de mines.

En 1987, il a été nommé commandant de la base de Najaf à Kermanshah, en 1988 en tant que commandant de la 3e région du CGRI et en 1989 en tant que commandant de la 68e division de Karbala. Peu de temps après, il a été nommé chef d’état-major des forces terrestres de l’IRGC. En 1994, il a succédé au commandement Basij de l’IRGC et a mis en place un service de renseignement Basij pour arrêter et réprimer l’opposition. Par la suite, il a été nommé commandant de la garnison Khatam al-Anbiya du CGRI, l’un des plus grands conglomérats économiques du régime des mollahs. En 1997, Khamenei l’a nommé commandant de l’armée de l’air. À ce titre, il a augmenté les unités de missiles du CGRI de trois à cinq brigades.

En juillet 1999, bien qu’il soit le commandant de l’armée de l’air de l’IRGC, il a personnellement participé à la répression des manifestations étudiantes. En 2013, en tant que candidat à la présidence, il a déclaré à cet égard : « Lorsque l’incident de 1999 s’est produit dans les dortoirs des universités, M. Soleimani (c’est-à-dire le commandant du CGRI Qassem Soleimani) et moi avons écrit cette lettre (au président). Lorsque les étudiants ont commencé à marcher sur le bureau de Khamenei, j’étais le commandant de l’armée de l’air de l’IRGC. Ma photo sur une moto en portant un gros bâton est disponible. J’étais avec Hossein Khaleqi, avec qui nous étions dans la rue pour réprimer les manifestations. Partout où c’est nécessaire, nous venons dans la rue et frappons (les gens) avec des bâtons.

« Nous sommes parmi ceux qui ont brandi leurs bâtons. C’est un honneur qu’en 1980, nous brandissions des bâtons contre Massoud Radjavi (le chef de la résistance iranienne). Nous avons affronté ses partisans dans les rues et les universités. Nous étions les hommes de (Mohammad Hossein) Beheshti. Depuis, nous avons brandi nos bâtons, au besoin. Je n’ai pas dit que j’étais le commandant de l’armée de l’air et que je ne devais pas être dans la rue ; qu’en tant que commandant, je ne devrais pas être dans la rue.

En 2000, Ghalibaf est nommé commandant des Forces de sécurité de l’État (SSF) et met en place une unité de police répressive 110. En septembre 2002, il met en œuvre le plan de sécurité morale. Lors d’une réunion au Conseil de sécurité nationale, lors de manifestations étudiantes en 2003, il a déclaré : « En tant que commandant des FSS, je vais personnellement les écraser et les réprimer.

Voici une chronologie des antécédents de Ghalibaf :

1987 – Commandant adjoint de la base IRGC Moghadam dans l’ouest de l’Iran;
1987 – Commandant de la base IRGC Najaf à Kermanshah;
1988 – Commandant du troisième district du pays : Au cours de cette période, Ghalibaf a joué un rôle crucial dans la répression des habitants des provinces du nord du pays, notamment Gilan et Mazandaran ;
1989 – Commandant de la 25e brigade de Karbala dans la province de Mazandaran ;
1990 – Chef d’état-major des forces terrestres du CGRI ;
1991 – Coordonnateur adjoint de l’état-major interarmées du CGRI ;
1994 – Commandant en chef adjoint du CGRI à la garnison de construction de Khatam al-Anbiya ;
1994 – Commandant adjoint des forces Bassij ;
1997 – Commandant adjoint de l’armée de l’air de l’IRGC ;
1997 – Commandant de l’armée de l’air du CGRI ; et
2000 – Commandant des forces de sécurité de l’État

Qui est Zolghadrnia, un dénonciateur ou un autre commandant corrompu du CGRI?

Sadeq Zolgharnia, alias Sadeq Gol-o-Sonbol, était le commandant adjoint du CGRI pour les affaires économiques. Avant la fuite du fichier audio, il n’était pas connu du public. Il est originaire de Shiraz et a rejoint le CGRI au début des années 1980. Il a joué un rôle important dans la répression des dissidents politiques à Shiraz. Il avait également été à la tête de l’Organisation de protection des informations du ministère de la Défense du régime.

Qui est Jamal Aberoumand ?

Le général de brigade Jamal Aberoumand de l’IRGC n’était pas un personnage connu. Bien qu’il ait peu ou pas d’expérience de combat, il a gravi les échelons du CGRI et a rapidement acquis le poste de coordinateur adjoint des gardiens de la révolution.

Il était l’un des commandants de la logistique du CGRI pendant la guerre Iran-Irak et a travaillé sous Mohsen Rafiqdoost, alors ministre des Gardiens de la révolution. Rafiqdoost a nommé « Akbar Ghamkhar », « Mahmoud Ahmadpour » et Aberoumand comme ses principaux commandants. Ils ont participé à l’installation d’un pont flottant pour l’opération Valfajr 8. « En termes de logistique, nous étions plus en contact avec M. Aberoumand », a déclaré Fathullah Mohammadi, l’un des commandants de la base Noah Nabi et commandant de la deuxième unité navale du CGRI. zone.

Selon Rafiqdoost, en 1989, en tant que chef de la Fondation pour les défavorisés et les vétérans, il a dit à Ali Khamenei que 3 000 des propriétés de la fondation étaient entre les mains des gardiens de la révolutions et Aberoumand a été choisi pour régler cette question.

Aberoumand avait une relation étroite avec Qassem Soleimani et a facilité le financement des opérations terroristes menées par le cerveau terroriste du régime. Dans le fichier audio divulgué, Jafari dit que Soleimani était « contrarié » par la façon dont Aberoumand et Yas Holding ont été traités. Il est à noter qu’en 2018, lorsque Soleimani s’est rendu au parlement du régime, Aberoumand l’a accompagné.

Selon Sadeq Zolghadrnia, une réunion a eu lieu avec Qassem Soleimani et Aberoumand, et ils ont convenu de rembourser 17 000 milliards de rials. Abroumand avait l’intention de verser cet argent par l’intermédiaire de la Fondation coopérative de l’IRGC, ce qui, selon Jafari, n’était pas dans leur intérêt. Aberoumand était alors coordinateur adjoint du CGRI et président du conseil d’administration de la Fondation coopérative du CGRI.

Aberoumand avait également une relation étroite avec Ghalibaf et était son assistant. De plus, après que Ghalibaf soit devenu président du parlement, la rumeur disait qu’Aberoumand deviendrait le maire de Téhéran. La présence de Jamal Aberoumand ne se limite pas au parlement, et il a d’autres postes ; Par exemple, il a été nommé président du conseil d’administration de la Fondation Ehsan, affiliée aux fondations de l’ordre exécutif de l’Imam Khomeiny (EIKO), et membre du Conseil d’approvisionnement en eau du Jihad du ministère de l’Énergie. EIKO est l’un des plus grands conglomérats iraniens et est sous la supervision de Khamenei. Aberoumand occupe ces postes alors qu’il est publiquement connu pour son rôle dans les détournements de fonds de Yas Holding.

Que tenait Yas ?

Selon le journal public Mashreq News du 14 février 2022, la holding Yas a été « créée au milieu des opérations de la Force Al-Qods en Syrie contre l’EI. L’entreprise devait fournir les ressources financières nécessaires pour soutenir la Force Qods à travers la mise en œuvre de projets de développement.

Dans ses mémoires, Mohammad Sarafraz, ancien directeur de la radio et de la télévision publiques, donne de nombreux détails sur le vol et les accords détournés de la mafia du CGRI en Iran, en particulier en ce qui concerne Yas Holding.

Immense centre commercial en Iran appartenant au groupe Yas Holding
Immense centre commercial en Iran appartenant au groupe Yas Holding

« Ces [publicités télévisées] étaient au centre des pressions exercées sur l’organisation [IRIB]. Nous avons décidé d’organiser une vente aux enchères et une offre publique d’achat. Il a été bien accueilli au départ, mais M. Aberoumand et M. Taeb du CGRI sont venus et ont dit que nous étions prêts à aider, et il a été décidé que leurs représentants négocient avec nous. Il y a eu une réunion au Yas Holding, propriété du CGRI. M. Mehrdadi, alors PDG de Yas Holding, et M. Babolzadeh, PDG de Dana, propriété de l’IRGC, Seyyed Hadi Razavi, et plusieurs autres étaient présents à la réunion. De l’organisation, MM. Kardar et Velayati étaient présents. Selon les représentants de l’organisation, lors de cette réunion, le premier a fixé ces deux consortiums pour participer à l’appel d’offres. Mais ils ont soudainement fait marche arrière et ont promis de manière informelle par différents canaux qu’ils provoqueraient l’échec de l’enchère et changeraient le chef de l’organisation. »

Yas Holding possédait des dizaines de filiales et travaillait en étroite collaboration avec le siège du CGRI à Khatam al-Anbiya. Khatam al-Anbiya est la plus grande entreprise de construction et entrepreneur privé d’Iran. Il est contrôlé par l’IRGC.

La société Rasatejarat était l’une des sociétés de Yas holding. Selon le site Internet officiel Shoaar-e Sal, le 7 avril 2021, « Mahmoud Seif ou Mohsen Sajjadinia et Sardar Mehrdadi, les premier et quatrième accusés dans l’affaire de corruption à Yas Holding, ont été transformés en principaux membres de cette holding. par Sardar Jamal Aberoumand. Ils exploitaient Rasa Tejarat Mobin et 140 autres sociétés et ont repris le chiffre d’affaires financier de Yas Holding.

Le 12 mai 2021, la société d’État Sobh-e Téhéran a publié une partie d’un rapport de Hassan Moghimi, l’un des experts du conseil municipal de Téhéran, concernant la société Rasatejarat. Les parties de ce rapport sont les suivantes :

« Hassan Moghimi, l’un des experts du conseil municipal de Téhéran chargé d’enquêter sur l’affaire Rasatejarat, a souligné que la discussion entre Rasatejarat et la Fondation coopérative de l’IRGC a commencé en 2009 avec deux accords de financement, Finance 1 en 2009 et Finance 2 en 2013. 1 sera mis en œuvre avec la Fondation coopérative de l’IRGC, et le Khatam al-Anbiya a également été sélectionné comme entrepreneur.

«Le premier contrat de financement augmentera de 20 000 milliards de rials, à 26 000 milliards de rials, ce que les dirigeants de Ghalibaf pensaient être un mémorandum. Mais qui était au courant ? Moghimi a ajouté qu’il reconnaît que le siège de Khatam a reçu plus de 9 000 milliards de rials de la municipalité, ajoutant : « Le [détournement] pendant Finance 1 s’est poursuivi avec une intensité plus élevée dans Finance 2 ».

« Malheureusement, en 2013 et 2014, quelque chose s’est passé à la Fondation coopérative de l’IRGC, entraînant la formation du Yas Holding Complex, qui couvrait les banques militaires et y envoyait des ressources financières sans atteindre la municipalité », a déclaré Moghimi, ajoutant : « En 2
018, une enquête a commencé. Début 2018, la société Rasatejarat s’est avérée être un créancier de 1 800 milliards de rials. Il a été déterminé plus tard que la société devait 60 000 milliards de rials. De nombreuses ressources du secteur économique du CGRI ainsi que de la municipalité de Téhéran ont été perdues dans ces contrats. »

« En février 2020, nous avons constaté que les documents indiquaient que 129 000 milliards de rials de ressources de la municipalité de Téhéran avaient été transférés à l’IRGC [Yas] Holding, dont seulement 32 000 milliards de rials avaient été dépensés. Le reste a été donné à une institution qui n’avait rien à voir avec la municipalité de Téhéran », reconnaît Moghimi.

« Le 26 août 2018, lors d’une réunion avec Afshani, alors maire de Téhéran, il a reconnu avoir ordonné à Isa Sharifi et à d’autres responsables de faire des achats pour la municipalité d’une valeur de 37 000 rials. »

Tout en reconnaissant que des parties des terres achetées par Sharifi appartenaient à la municipalité, Moghimi a déclaré : « Ils ont vendu une propriété d’une valeur de 1 700 milliards de rials à 10 000 milliards de rials à la municipalité via Yas Holding ».

Isa Sharifi, le deuxième prévenu dans cette affaire de corruption, condamné à 20 ans de prison, était l’adjoint de Ghalibaf. Sharifi a acquis sa réputation au début des années 2000 en tant que gestionnaire urbain, mais il était l’un des commandants aérospatiaux du CGRI pendant la guerre Iran-Irak. Les médias d’État en Iran le qualifient de « général de brigade du CGRI ». Certaines des accusations de Sharifi sont liées au « Yas Holding », qui est l’une des sous-catégories de la Fondation coopérative de l’IRGC, et à la dette de 40 000 milliards de rials de cette institution envers la municipalité de Téhéran.

Pourtant, comme le reconnaît Moghimi, « 17 000 milliards de rials de la dette de la Fondation coopérative de l’IRGC, qui était mentionnée dans le rapport d’audit de l’Organisation de la propriété municipale pour 2015, ont été éliminés dans le rapport de 2016 d’un trait de plume ! »

Khatam al-Anbiya, un autre bénéficiaire des projets de construction

Quartier général de la garnison de construction de Khatam al-Anbiya à Téhéran

Le 8 juillet 2018, quelques mois avant que l’IRGC ne ferme Yas Holding sous la pression de l’opinion publique, l’agence de presse publique Mehr a annoncé que le siège de Khatam al-Anbiya reprendrait les projets de la municipalité de Téhéran.

Selon Mehr, Gholamreza Ansari, membre du conseil municipal de Téhéran, reconnaît : « Le 22 mai de cette année, la municipalité de Téhéran a signé un protocole d’accord de 200 000 milliards de rials avec le Khatam al-Anbiya pour mener à bien l’essentiel du développement de la ville et certains de ces projets. Le mémorandum a été signé le 22 mai de cette année, et les membres du conseil municipal de Téhéran n’en étaient pas au courant et en ont été informés par les médias hier.

La Fondation Samen
Dans les rapports liés à l’affaire de corruption des Gardiens de la Révolution, la question de Yas Holding est évoquée tandis que le problème de l’Institut Samen est moins évoqué. Dans les premières minutes du fichier audio divulgué, Zolqadrnia parle de « Isa » et Jafari pense qu’il fait référence à « Isa Sharifi ». Zolqadrnia dit qu’il veut dire « Isa Rezaei », le président du conseil d’administration de Samen Credit Institute.

Issa Rezaei était le PDG de Kowsar Credit Institution depuis 2011 et a démissionné en 2018. Il était également président de Samen Credit Institution. En 2017, des rumeurs sur la faillite de Samen Institute ont émergé. Mais Isa Rezaei a assuré aux gens de ne pas s’inquiéter de leurs dépôts. Enfin, le 20 juin, le superviseur adjoint de la Banque centrale a approuvé les négociations entre Kowsar Credit Institution et les actionnaires de Samen et Mehraghtesad. Ainsi, il a été confirmé que l’institution Samen avait dévoré les biens des gens.

En 2020, Rezaei a été mentionné lorsque Téhéran a lancé la chaîne de magasins Etka au Venezuela. Le Wall Street Journal a rapporté que les gardiens de la révolution blanchissaient de l’argent sous le couvert de la vente de nourriture.

Il a occupé des dizaines de postes financiers dans les Gardiens de la Révolution ; Y compris le directeur financier de Khatam al-Anbiya et l’inspecteur légal de l’institut d’audit de la Fondation coopérative des gardiens de la révolution.

Fondation coopérative des pasdaran

La Fondation coopérative du Corps des gardiens de la révolution islamique (Bonyad Taavon Sepah) est considérée comme l’institution financière la plus puissante d’Iran. L’article 4 de cette charte dite de « fondation » stipule : « L’investissement initial dans la fondation au moment de sa création était de dix millions de rials, apportés par le Guide suprême. » L’article 23 stipule : « Tous les fonds et actifs de la fondation appartiennent à Son Excellence le Guide suprême. En cas de dissolution, après règlement de toutes les dettes, tous les biens et avoirs seront remis à Son Excellence.

Le département du Trésor américain a annoncé en décembre 2010 que, conformément au décret exécutif (E.O.) 13382 – une autorité visant à geler les avoirs des proliférateurs d’armes de destruction massive – Bonyad Taavon Sepah avait été désigné pour fournir des services au CGRI. La fondation est l’une des cinq plus grandes puissances économiques du pays.

Khatam al-Anbiya
Le QG Khatam al-Anbiya fait partie du CGRI. Il a commencé en tant qu’entrepreneur de projets industriels et de construction en 1989. Dans sa charte, l’objectif le plus important du complexe est «d’utiliser efficacement les ressources, les capacités et les talents économiques et de construction disponibles du CGRI pour poursuivre la révolution islamique».

Khatam est le plus grand entrepreneur pour les projets gouvernementaux. Elle compte 5 000 sous-traitants et environ 135 000 employés. Le cartel bénéficie du soutien total du régime et a un accès facile aux ressources bancaires et financières et obtient des contrats sans mise en concurrence. Il a créé une opération dans laquelle il domine les projets industriels et de construction et une partie des transactions pétrolières et gazières, rendant le secteur privé incapable de rivaliser.

Les services contractuels du siège de Khatam agissent comme un vaste intermédiaire entre le gouvernement et les petites sociétés d’ingénierie et techniques, avec une part importante de leurs revenus saisie par Khatam. La propriété d’un grand nombre de ces sociétés a été obtenue unilatéralement ou par intimidation et, parfois, par la force.

Le CGRI domine l’économie du pays et dévore ses ressources alors qu’il reçoit officiellement un budget astronomique. Selon le plan budgétaire 2022-2023 du régime, le siège de Khatam al-Anbiya et les fondations sous le contrôle du guide suprême du régime reçoivent également un budget, qui représente le double du budget général du gouvernement.

La part du lion du budget 2022-2023 de l’Iran revient à l’appareil militaire du régime, comme les Gardiens de la révolution (CGRI), l’armée et la milice Bassij. Selon le quotidien public Vatan-e Emrooz du 13 décembre, le CGRI recevra « 959 millions d’euros ».

« Dans le projet de loi de finances, le pétrole brut sera transféré aux forces armées en tant que source de revenus (du budget général du gouvernement). Dans le projet de loi de finances de l’année prochaine, 4,5 milliards d’euros seront alloués pour renforcer les défenses grâce au transfert de pétrole brut.

Conclusion

Le fichier audio récemment divulgué et les informations énumérées ci-dessus ne montrent que la pointe de l’iceberg de la corruption, institutionnalisée dans la théocratie au pouvoir en Iran et son appareil central d’oppression, le CGRI.

Yas Holding et ses dizaines de filiales ne sont que quelques-unes des sociétés écrans du CGRI. Ces sociétés opèrent sous la bannière du « secteur privé » et contribuent au financement d’opérations terroristes, comme l’a fait Yas. L’IRGC n’est que l’un des empires financiers dirigés par le guide suprême. La conjecture selon laquelle plus de la moitié du PIB de l’Iran est contrôlée par des institutions contrôlées par le guide suprême est indéniablement crédible. Comme le montrent les données fournies, derrière les banques et les entreprises officielles se cache un réseau d’institutions contrôlées par la théocratie, en particulier le CGRI.

Ces excès se sont produits en privant la société de la propriété de ses richesses par la force. Alors que la population est embourbée dans une pauvreté abjecte, les responsables du régime gaspillent les ressources nationales. Donc, faire des affaires avec ces entreprises, gérées par le régime, n’aiderait pas les Iraniens à avoir une vie meilleure et, en fait, ajoute à leur douleur, à leur pauvreté et à leur misère générale.

Pedram Soltani, ancien vice-président de la Chambre iranienne du commerce, des industries, des mines et de l’agriculture, a écrit sur Twitter : « L’année où ils ont détourné 80 000 milliards de rials, il y avait 33 000 écoles délabrées et écoles de tentes à travers le pays. Les [officiels] auraient pu reconstruire toutes ces écoles avec 50 000 milliards de rials, pour que les enfants de ce pays aient un toit sur la tête pendant leurs études. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe