lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafDu siège aux menaces de déplacement

Du siège aux menaces de déplacement

 Par Arif Azim, spécialiste des affaires iraniennes

Al-Siyassa, quotidien koweïtien, 4 avril – A la suite de la chute de l'ancien gouvernement irakien, le régime de Téhéran a atteint de nombreux objectifs en Irak. Il a acquis beaucoup d'influence en Irak, où la fidélité de certains à l'Iran semble être plus forte qu’à leur propre pays.

Malgré sa grande influence en Irak, Téhéran est préoccupé par un certain nombre de questions, notamment la présence des membres non armés de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) dans la Cité d'Achraf (Camp Achraf).

Suite à la signature du pacte de sécurité américano-irakien, les inquiétudes du régime iranien n’ont cessé de monter. Pour surmonter ses craintes, le régime a intensifié la pression sur le gouvernement irakien pour obtenir au moins le plus petit gain possible.

Par conséquent, l'Iran a convoqué le Dr Mowaffagh al-Roba’i, le conseiller irakien à la sécurité nationale, pour lui dire ce qui était nécessaire afin de conserver, si possible, une certaine dignité. Cela se passe alors que les menaces du chef irakien de la « sécurité nationale » d'isoler les personnes protégées par le droit international et le pacte irako-américain, ont commencé par donner lieu à une agression contre les résidents d’Achraf et ses visiteurs. Toutes sortes de harcèlements ont été exercées. Les visiteurs iraniens ne sont pas été autorisés à voir leurs proches parents à Achraf. Ils ont dû rester pendant des jours dans le froid à attendre la « pitié » d’Al-Roba’i pour être autorisés à entrer. À cet égard, le conseiller à la « sécurité nationale » a affirmé que les dirigeants du camp n'ont pas autorisé les visiteurs à voir leurs familles, alors qu'il a implicitement reconnu l'existence de mesures de sécurité répressives qui ont transformé la ville en prison. Les officiers de la sécurité ont vu la façon dont les personnes en charge du camp sympathisent avec les visiteurs et cherchent à résoudre leurs problèmes en vivant dans la douleur et l'angoisse.

Quoi qu’il en soit, les Iraniens sont rentrés chez eux sans pouvoir rendre visite à leurs proches, le cœur plein de chagrin et de douleur infligés par les forces irakiennes. Ce n'était pas conforme aux normes minimales de l'aide humanitaire ou des liens historiques.

Aujourd'hui, avec la montée des cris de solidarité avec Achraf, il est urgent de mettre en place une commission d'enquête. Toutefois, M. Roba’i a tenté de justifier ces pratiques en disant que l’OMPI devait choisir entre « partir d'Irak vers son pays d'origine ou vers un désert, loin de la frontière avec l'Iran. »

Il a ajouté que « l'Irak n'est pas un lieu pour eux, emmenez-les en Europe ou en Amérique. Nous cherchons une alternative, en occident ou dans le sud de l'Irak, un lieu de vie, où il y aurait un camp », se référant à la possibilité de les loger dans des bases militaires libérées par les forces américaines dans le désert d'Al-Anbar, ou près de Samawa.

« Les pays européens refusent de prendre les Monafeghine (terme utilisé par le régime iranien pour désigner l’OMPI) dans leur propre pays », a déclaré Khamenei, laissant entendre dans sa conclusion que la décision devait être mise en œuvre, c'est à dire de couper la tête des membres de l’OMPI à Achraf !

En fait, les membres de l’OMPI résidant à Achraf sont des «personnes protégées» en vertu des lois internationales et de la quatrième Convention de Genève et ils vivent en Irak depuis plus de vingt ans. Leur séjour et leurs actions sont on ne peut plus clairs, et ils ne fomentent pas dans le secret des rébellions ici et là.

Nous réitérons notre appel pour mettre fin à cette absurde campagne menée par le régime iranien. Nous rappelons que sur la base des conventions internationales, les séries de restrictions imposées sur les résidents d'Achraf et les menaces répétées à leur encontre doivent cesser. Ce n'est ni dans l'intérêt du peuple irakien, ni de tous les défenseurs du droit et de la justice partout dans le monde.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe