lundi, novembre 28, 2022
AccueilUncategorizedUn rapport onusien sur la situation des droits humains en Iran

Un rapport onusien sur la situation des droits humains en Iran

Un rapport onusien sur la situation des droits humains en Iran met en évidence les effets de l'impunité
Un rapport onusien sur la situation des droits humains en Iran met en évidence les effets de l’impunité

Javaid Rehman, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en Iran, a présenté lundi son dernier rapport à l’Assemblée générale des Nations Unies. Il a mis en évidence la tendance croissante des abus à tous les niveaux, mais il a également souligné le rôle que « l’impunité » pour régime iranien a joué dans cette tendance. « La situation est aggravée par le fait que les individus qui font face à des allégations d’implication dans la commission de graves violations des droits humains restent dans des positions puissantes, y compris au plus haut niveau de la fonction publique », a noté Rehman.

Il faisait notamment référence à la « sélection » d’Ebrahim Raïssi comme nouveau président du régime. La candidature de Raïssi a fait l’objet de protestations nationales généralisées qui l’ont qualifié de « sbire de 1988 », pour son rôle de premier plan dans le massacre des prisonniers politiques. Le massacre a été déclenché par une fatwa du Guide suprême de l’époque, Rouhollah Khomeiny, qui qualifiait les membres du principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, d’ennemis de Dieu et appelait à leur exécution systématique.

En juin 1988, Raïssi était membre de la « commission de la mort » de Téhéran, chargée d’interroger les détenus sur leurs opinions et affiliations politiques, puis de condamner à mort ceux qui refusaient de manifester leur fidélité au régime des mollahs. Les condamnations à mort ont souvent été prononcées après des « procès » qui n’ont duré qu’une minute ou deux, et de nombreux survivants du massacre ont rapporté que Raïssi semblait particulièrement zélé à jeter un large filet pour exécuter l’ordre de Khomeiny.

Au cours des dernières années, le régime a tenté de détruire toute preuve du massacre de 1988, et ce fait a été confirmé par M. Rehman. « Mon mandat note avec inquiétude le nombre élevé d’actes de représailles commis par les services de sécurité et de renseignement contre les familles des victimes, les défenseurs des droits humains, les avocats, les journalistes et autres appelant à rendre des comptes.

Raisi, Butcher of 1988 Massacre in Iran

Ebrahim Raïssi, président sbire du régime iranien
Plus d’un an plus tôt, Rehman a été rejoint par six autres experts des droits humains de l’ONU pour signer une lettre ouverte appelant les autorités du régime à mettre fin à ce schéma de harcèlement et à adopter une politique de transparence concernant le massacre de 1988. La lettre a été publiée pour une audience internationale en décembre dernier après que Téhéran n’a pas répondu pendant trois mois.

Ainsi, il a servi d’appel à l’action bien nécessaire pour l’ONU et ses principaux États membres – un appel à l’action qui est devenu d’autant plus urgent plusieurs mois plus tard quand Raïssi a été confirmé comme président du régime intégriste.

Les derniers commentaires de Rehman rappellent la réponse immédiate d’Amnesty International à l’élection présidentielle en Iran. La secrétaire générale de l’organisation de défense des droits humains, Agnès Calamard, a déclaré dans un communiqué : « Le fait qu’Ebrahim Raïssi ait accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour les crimes contre l’humanité de meurtre, de disparition forcée et de torture est un sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran.  » La suggestion d’une culpabilité internationale pour cette situation était d’autant plus claire dans la lettre des experts de l’ONU, qui reconnaissaient que tous les organes pertinents de l’ONU avaient ignoré le massacre de 1988 alors qu’il se déroulait.

International Conference With 1000 Former Political Prisoners Long version

« En décembre 1988, l’Assemblée générale des Nations Unies (…) a exprimé sa « grave préoccupation » au sujet d’une « nouvelle série d’exécutions au cours de la période juillet-septembre 1988 » visant des prisonniers « en raison de leurs convictions politiques », indique la lettre.

Il a ensuite fustigé l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité et la Commission des droits de l’homme pour manque de suivi. « L’incapacité de ces organes à agir », ont écrit les experts, « a eu un impact dévastateur sur les survivants et les familles ainsi que sur la situation générale des droits de l’homme en Iran et a encouragé l’Iran à continuer de dissimuler le sort des victimes et à maintenir une stratégie de déviation et de déni qui se poursuit à ce jour.

Cet « impact dévastateur » a été particulièrement évident lorsque Téhéran a affirmé son sentiment impunité en novembre 2019 en menant une répression systématique contre la population à la suite d’un soulèvement national. Les autorités ont ouvert le feu sur la foule dans plusieurs villes, tuant plus de 1 500 personnes.

Au moins 12 000 autres ont été arrêtés à peu près au même moment, et beaucoup d’entre eux ont ensuite été soumis à diverses formes de torture sur une période de plusieurs mois. Fait révélateur, le pouvoir judiciaire à cette époque était dirigé par Ebrahim Raïssi.

Aujourd’hui, Raïssi est devenu le président du régime. L’absence de réponse internationale a permis au régime de conclure que ni la légitimité de Raïssi ni sa conduite ne seraient sérieusement remises en cause sur la scène mondiale. Cette conclusion a été encore validée au moment de l’investiture de Raïssi en août.

La présence du directeur politique adjoint du Service européen pour l’action extérieure à cette occasion à Téhéran a été ressentie comme une gifle contre les principes internationaux des droits de l’homme, ainsi que contre leurs propres valeurs. Le mois suivant, la présidente élue de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, a estimé que cela représentait l’échec d’un « test décisif » pour la communauté internationale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe