vendredi, décembre 9, 2022
AccueilUncategorizedIran : La perturbation des stations d'essence ravive la crainte de protestations...

Iran : La perturbation des stations d’essence ravive la crainte de protestations pour le régime

Iran : La perturbation des stations d'essence ravive la crainte de protestations pour le régime
Iran : La perturbation des stations d’essence ravive la crainte de protestations pour le régime

Les médias officiels iraniens ont rapporté qu’une cyberattaque massive a perturbé la vente d’essence mardi, créant de longues files d’attente dans les stations-service du pays et augmentant la dissidence publique. Cet incident est survenu quelques semaines avant l’anniversaire des grandes manifestations iraniennes de novembre 2019.

Un panneau publicitaire à Ispahan a été filmé et on pouvait y lire un message adressé au Guide Suprême du régime, Ali « Khamenei, où est notre essence ?« . Cet incident, survenu au cœur du mécontentement populaire croissant face aux interruptions et aux longues files d’attente, a terrifié les responsables du régime.

Alors que de nombreuses spéculations ont récemment circulé selon lesquelles Téhéran allait augmenter le prix du carburant, le ministre de l’Intérieur du régime, Ahmad Vahidi, s’est précipité sur les lieux et a démenti avec véhémence toute tentative d’augmenter le prix du carburant.

De nombreux experts en énergie en Iran ont qualifié d' »inévitable » l’augmentation du prix du carburant, qui est la seule solution pour « augmenter la capacité de production d’essence ». Pourtant, ils ont également mis en garde contre les conséquences sociales de l’augmentation du prix du carburant.

« Nous n’avons pas d’autre choix que d’augmenter relativement le prix du carburant pour accroître la capacité de production d’essence. Mais pour calculer le montant de cette hausse des prix, nous devons examiner en profondeur la situation de la société », a déclaré Hassan Moradi, l’un des experts en énergie du régime, à l’agence de presse officielle IMNA le 26 octobre.

Lundi, il a affirmé qu’étant donné qu' »en Iran, la consommation d’essence par habitant est plusieurs fois supérieure à celle des autres pays, le prix de l’essence doit être augmenté » afin que le régime puisse « compenser une partie du déficit budgétaire ».

Il convient de souligner que ces derniers mois, le régime des mollahs a expédié des tonnes de carburant au Liban afin de réduire la pression sur son groupe terroriste mandataire, le Hezbollah, dans le contexte de la crise financière et énergétique du Liban et des protestations de la population contre le rôle dévastateur du Hezbollah dans leur pays.

Téhéran a un obstacle à la mise en œuvre de son plan : les soulèvements populaires. Des protestations ont éclaté en novembre 2019 à la suite de la hausse soudaine du prix du pétrole dans tout l’Iran. En moins de quelques heures, les protestations ont embrasé tout le pays, les manifestants appelant à un changement de régime et attaquant les centres de pillage et de répression des mollahs.

Téhéran a finalement maîtrisé la situation en massacrant plus de 1500 manifestants. Mais selon les responsables du régime, ce soulèvement national a ébranlé les fondements du régime. Cette crainte explique la réaction rapide des responsables du régime aux récentes perturbations dans les stations-service. De nombreux médias officiels ont également mis en garde contre les conséquences de la hausse des prix du pétrole.

« Les responsables ne se demandent pas ce qu’il adviendra d’une grande partie de la société, qui est toujours sous pression économique avec la possible augmentation des prix du pétrole », écrivait le 23 octobre le quotidien officiel Arman.

« La totalité ou une partie importante de l’augmentation des prix est due à une mauvaise gestion. Comme les Iraniens voient qu’après trois décennies, ils doivent payer les coûts de l’imprudence des autorités et que les inégalités se sont accrues, ils ne peuvent plus tolérer cette situation. Ainsi, ce n’est pas le bon moment pour augmenter le prix du pétrole », a averti le quotidien Arman aux responsables du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe