mardi, mai 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsNouvelles d'Iran : Mort tragique de 8 travailleurs en une semaine

Nouvelles d’Iran : Mort tragique de 8 travailleurs en une semaine

Nouvelles d'Iran : Mort tragique de 8 travailleurs en une semaine

Dans une série d’incidents dévastateurs, huit travailleurs acharnés ont perdu la vie en l’espace d’une semaine, mettant en lumière la mort silencieuse des travailleurs en Iran. Le matin du vendredi 19 avril, une grue s’est effondrée sur le quai n° 6 de Razi Petrochemicals, qui était en cours de maintenance, tuant deux travailleurs et blessant quatre autres.

Un jour plus tôt, le jeudi 18 avril, six travailleurs afghans ont été tués dans l’explosion d’une bouteille de gaz dans une aire de repos du terminal Est de Téhéran. Un autre travailleur a subi de graves brûlures lors de l’incident. Selon les rapports du service des pompiers de Téhéran, l’aire de repos, destinée aux pauses des travailleurs, ne mesurait que 10 à 12 mètres, mais sept travailleurs y étaient présents ou y résidaient probablement au moment de l’explosion.

La manière dont ces deux incidents sont décrits dans les médias contrôlés par l’État illustre de manière saisissante les tendances systémiques et discriminatoires du régime des mollahs. Dans le premier cas, les relations publiques de la zone économique spéciale de la pétrochimie ont minimisé l’impact, l’attribuant à un simple dysfonctionnement de la grue et soulignant que « les opérations de Razi Petrochemicals n’ont pas été perturbées« . À l’inverse, dans le second incident, les responsables de la lutte contre les incendies ont mis l’accent sur la nationalité des victimes, apparemment pour souligner qu’elles n’étaient pas iraniennes.

Selon le rapport de l’Organisation de médecine légale, au cours du premier semestre de l’année 1402 du calendrier iranien (mars 2023-septembre 2023), plus de 1 070 travailleurs ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions. Ce bilan tragique est attribué à une négligence systémique, exacerbée par la corruption au sein du ministère du Travail et l’implication du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) dans les projets de privatisation.

Les chutes de hauteur, les blessures dues aux chocs, les électrocutions, les brûlures et le manque d’oxygène restent les principales causes de décès des travailleurs sur le lieu de travail. Téhéran, avec 217 cas, Ispahan, avec 81 cas, et Mazandaran, avec 70 cas, sont en tête de liste des provinces peu sûres pour les travailleurs. L’Iran se classe au 102e rang pour ce qui est du respect des principes de sécurité au travail.

L’article 85 de la loi sur le travail du régime stipule que « pour protéger les ressources humaines et matérielles du pays, il est obligatoire pour tous les ateliers, employeurs, travailleurs et apprentis de se conformer aux directives élaborées par le Conseil supérieur de protection technique (pour assurer la protection technique) et le ministère de la Santé, des traitements, de l’éducation et des sciences médicales (pour prévenir les maladies professionnelles et assurer la santé et la sécurité au travail) ».

En outre, selon l’article 91 de cette loi, « les employeurs et les responsables de toutes les unités soumises à l’article 85 de cette loi sont tenus, sur la base des décisions du Conseil supérieur de la protection technique, de fournir les équipements et installations nécessaires pour assurer la protection, la santé et la sécurité des travailleurs sur le lieu de travail, de leur dispenser la formation nécessaire à l’utilisation de ces équipements et de contrôler l’observation des règles de protection et de santé. Ces personnes sont également tenues d’utiliser et d’entretenir les équipements de protection individuelle et de santé et de mettre en œuvre les directives pertinentes de l’atelier ».

Les lois conçues pour protéger les droits fondamentaux des travailleurs et des ouvriers sont rendues inefficaces en raison de la collusion et de la coexistence d’intérêts puissants avec les centres de richesse. En conséquence, les travailleurs iraniens sont gravement exploités et n’ont aucun moyen d’obtenir justice par les voies officielles du gouvernement. En outre, les travailleurs migrants, en particulier les Afghans dont l’identité n’est pas officiellement reconnue en Iran, sont confrontés à des conditions encore plus difficiles.