jeudi, juillet 25, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes recommandations du Comité britannique pour la liberté de l'Iran au gouvernement...

Les recommandations du Comité britannique pour la liberté de l’Iran au gouvernement britannique

Les recommandations du Comité britannique pour la liberté de l'Iran au gouvernement britannique

Dans un document publié sur le site Internet du Parlement du Royaume-Uni, le Comité britannique pour la liberté de l’Iran (BCFIF) a fait les recommandations suivantes au gouvernement britannique concernant la question iranienne :

Résumé des principales recommandations :
Appelle l’Iran et les autres pays de la région à abroger toutes les lois discriminatoires à l’égard des femmes.
Exige la libération de tous les prisonniers politiques en Iran et dans d’autres pays de la région MENA.
Insiste sur la libération immédiate des manifestants du soulèvement actuel qui restent emprisonnés en Iran.
Cherche à créer une coalition pour tenir pénalement responsables les responsables des pays où les droits de l’homme sont bafoués. Cela inclut spécifiquement les responsables de la mort de manifestants lors du soulèvement actuel en Iran ainsi que du massacre de 30000 prisonniers politiques en 1988.
Nous opposer au paiement de rançons pour les otages détenus en Iran et exiger la libération immédiate de ces otages.
Interdire le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) et le ministère iranien des renseignements en tant qu’organisations terroristes dans leur intégralité en vertu de la loi sur le terrorisme de 2000.
Il faut reconnaître les aspirations démocratiques du peuple iranien et des peuples d’autres pays de la région où le respect des droits de l’homme n’est pas garanti et soutenir ceux qui cherchent à apporter un changement démocratique, notamment Maryam Radjavi et le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).
en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, faire pression pour qu’une mission d’enquête parrainée par l’ONU se rende en Iran et dans d’autres pays où les prisonniers politiques sont soumis à la torture et à l’exécution.

Comité britannique pour la liberté de l’Iran
Avec plus de 20 ans d’expérience et d’expertise sur l’Iran et le Moyen-Orient, le Comité britannique pour la liberté de l’Iran (BCFIF) est un leader en matière d’analyse des affaires iraniennes. Pour plus d’informations, veuillez visiter : www.iran-freedom.org

Composé de plus de 100 députés et pairs de tous les partis, le Comité a activement appelé à une approche ferme à l’égard du régime théocratique iranien et à un soutien au peuple iranien dans son aspiration à une république démocratique laïque.

Introduction
Lorsque l’on considère l’engagement du Royaume-Uni au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, il faut tenir dûment compte de l’Iran et de son influence dans la région. Les piliers de la politique britannique doivent inclure :

Garantir les droits de l’homme ;
Plaider pour la stabilité régionale ; et
Soutenir l’État de droit
Les actions du régime iranien, tant dans son pays que dans toute la région, sont en contradiction avec ces trois piliers.

À l’intérieur du pays, le régime continue de commettre des violations des droits humains à grande échelle. Au cours des douze derniers mois, depuis le début du soulèvement de 2022, plus de 750 manifestants ont été tués. Plus de 30 000 personnes ont été arrêtées, dont certaines figuraient parmi les m Plus de 300 personnes ont été exécutées rien que cette année, et nombre d’entre elles ont subi d’horribles tortures dans les prisons iraniennes.

Les références:

[1] Amnesty International : Iran : Des enfants détenus soumis à des flagellations, des décharges électriques et des violences sexuelles lors de la répression brutale des manifestations

[2] CNRI : Iran : L’exécution de 21 prisonniers au cours des 9 premiers jours du mois perse de Mehr – Un acte criminel

[3] Amnesty International : Iran : les exécutions de manifestants torturés doivent déclencher une réaction ferme de la communauté internationale

Dans la région, le régime exerce une influence néfaste. À travers ses ambitions nucléaires, sa fourniture de drones à la Russie, son soutien au terrorisme, son programme de missiles balistiques et son recours à la prise d’otages, le régime entend créer une instabilité régionale.

Les liens historiques du Royaume-Uni avec l’ensemble de la région nous offrent une occasion unique de montrer la voie en créant la stabilité, en encourageant la création d’institutions politiques et en contribuant à faciliter le changement démocratique.

 

Établir la démocratie ou la stabilité politique
Il est essentiel à ce stade de noter que le rôle du Royaume-Uni n’est pas d’établir la démocratie, mais plutôt de contribuer à créer un environnement dans lequel les forces démocratiques peuvent s’épanouir et où les régimes ne sont pas libres de commettre des violations des droits de l’homme, d’encourager le terrorisme et de favoriser l’instabilité. Il existe de multiples façons d’y parvenir sans action militaire directe ni engagement financier.

En outre, il faut reconnaître que la stabilité politique ne peut être réalisée sans l’instauration de la démocratie. Depuis de nombreuses années, les gouvernements britanniques, les administrations américaines et leurs homologues européens ont tenté de nouer des contacts avec l’Iran. Des incitations massives ont été fournies à l’Iran, non pas dans l’espoir que la démocratie l’emportera, mais dans l’espoir que l’Iran abandonnera son influence destructrice et qu’une stabilité politique s’ensuivra. Tous ces efforts ont échoué, car des régimes comme l’Iran prospèrent grâce à l’instabilité politique.

Les trois piliers de la politique étrangère exposés ci-dessus constituent la seule solution pour la stabilité politique. Un examen de l’histoire iranienne nous montre que tant que ces normes ne seront pas établies, même aux niveaux les plus élémentaires, il n’y aura jamais de stabilité.

Lors de la révolution populaire iranienne contre la monarchie en février 1979, les principales revendications du peuple étaient la liberté et la démocratie. Ils s’étaient soulevés contre la censure et l’oppression, les arrestations et la torture de militants politiques et des droits de l’homme, ainsi que contre la corruption au sein de la famille du Shah au pouvoir. Les principaux groupes d’opposition ont été opprimés par le service SAVAK du Shah et nombre de leurs dirigeants ont été emprisonnés, certains exécutés.

L’ayatollah Ruhollah Khomeini, exilé en Irak, a profité des tendances religieuses du peuple iranien et, en utilisant un réseau de mollahs déjà présents en Iran, a pu induire les gens en erreur quant à ses véritables intentions. Il a établi une mainmise sur la direction de la révolution pour réaliser sa « République islamique ».

La révolution de 1979 s’est produite parce que le peuple iranien s’est vu refuser les libertés politiques les plus élémentaires. Depuis, la République islamique a fait en grande partie la même chose et le peuple iranien a démontré qu’il n’était plus disposé à accepter une telle oppression. Tant qu’un régime oppressif existera, l’instabilité persistera.

Le soulèvement du peuple iranien suite à la mort de Mahsa Jina Amini a pour seul objectif d’établir une véritable démocratie en Iran. Les deux slogans phares des manifestants sont :

« A bas l’oppresseur, qu’il soit le Shah ou le leader (Khamenei) »

« Avec ou sans Hijab vers une révolution »

Le Royaume-Uni devrait écouter la voix du peuple iranien et soutenir son appel à la démocratie et aux droits de l’homme.

 

Pourquoi l’Iran ?
Abus des droits de l’homme
Le régime iranien commet des violations des droits humains sous la bannière du règne absolu du clergé (Velayat e Faqih) et le fait par l’intermédiaire du CGRI et du Basij.

Les plus grandes victimes sont les femmes, car tout régime politique a la misogynie au cœur. Les obliger à porter le voile et les exclure des domaines de l’éducation et de la participation à certains emplois crée un système fondé sur la maltraitance des femmes. Ces abus sont particulièrement prononcés dans les prisons iraniennes, où les détenues sont confrontées aux formes de violence sexuelle les plus effroyables, notamment au viol collectif.

La violence contre les femmes et l’oppression dans l’ensemble de la société iranienne se sont aggravées depuis le début du dernier soulèvement en septembre 2022, à la suite du meurtre de Mahsa Jina Amini. Plus de 750 manifestants ont été tués, des dizaines de milliers arrêtés et la torture et les exécutions sont monnaie courante.

Le bilan du régime comprend l’exécution d’environ 120 000 dissidents et militants politiques, le massacre de 30 000 prisonniers politiques en l’espace de quelques mois au cours de l’été 1988 en raison de leur soutien à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), le l’exécution de milliers de personnes (dont plus de 350 cette année seulement), le meurtre d’au moins 1 500 manifestants lors des manifestations populaires en novembre 2019 et 750 lors du soulèvement actuel.

Le CGRI a tiré deux missiles sur l’avion d’Ukrainian Airlines en janvier 2020, entraînant la mort de 176 passagers.

Dans le cadre du dernier acte d’oppression des femmes iraniennes, le régime a adopté un nouveau projet de loi augmentant les peines de prison et les amendes pour avoir défié les lois dégradantes et discriminatoires sur le port obligatoire du voile.

Diana Eltahawy, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a répondu :

« Les États doivent appeler de toute urgence les autorités iraniennes à abroger le projet de loi et à abolir toutes les lois et réglementations dégradantes et discriminatoires sur le port obligatoire du voile. Ils doivent également emprunter des voies juridiques au niveau international pour tenir les responsables iraniens responsables d’avoir ordonné, planifié et commis de telles violations généralisées et systématiques contre les femmes et les filles.

C’est exactement ce que le gouvernement britannique devrait faire. Nous devrions insister pour que l’Iran abroge toutes les lois discriminatoires à l’égard des femmes et montrer la voie en créant une coalition pour utiliser les voies légales pour tenir les responsables iraniens responsables des crimes qu’ils commettent. Prise d’otage

La prise en otage de personnes ayant la double nationalité est régulièrement utilisée par le régime pour obtenir des rançons et d’autres avantages. Le Royaume-Uni en a fait l’expérience avec l’emprisonnement puis la libération de Nazanin Zaghari-Ratcliffe.

La pratique de la prise d’otages contre rançon s’est désormais étendue à l’obtention de la libération de criminels iraniens condamnés. Cela devrait nous préoccuper profondément pour plusieurs raisons.

Premièrement, cela va totalement à l’encontre de nos objectifs de politique étrangère visant à garantir le respect de l’État de droit. Le diplomate iranien accrédité Assadollah Assadi a été reconnu coupable en Belgique en 2021 d’avoir planifié un attentat à la bombe déjoué contre le Conseil national de la Résistance iranienne.

(CNRI) Sommet annuel pour un Iran libre à Paris. A l’événement se trouvaient non seulement des dizaines de milliers d’Iraniens qui soutenaient Maryam Radjavi, la présidente élue du CNRI, mais aussi un grand nombre d’hommes politiques internationaux, dont une délégation de ce comité. La tentative d’attaque visait le droit démocratique des Iraniens en exil de manifester ainsi que les hommes politiques qui les soutenaient.

Assadi a été condamné à vingt ans de prison, mais a été libéré plus tôt cette année grâce à un échange de prisonniers. Il a été salué comme un héros à Téhéran et a été photographié avec le président Raïssi.

De tels accords ne respectent pas l’État de droit et encouragent non seulement le régime iranien à continuer de prendre des otages, mais encouragent également d’autres régimes non démocratiques à faire de même. C’est pour cette raison que le Royaume-Uni doit montrer la voie en condamnant la prise d’otages.

Il est probable que, même si les otages ont jusqu’à présent été principalement pris en Iran, le régime n’étendra pas sa politique dans la région et ne tentera pas de prendre des otages dans les États voisins du Golfe, d’où il est facile de les transférer vers l’Iran.

De plus, le paiement de rançons pour les otages envoie un message totalement erroné au peuple iranien, qui aspire à une république démocratique fondée sur les principes du respect de l’État de droit et de la sauvegarde des droits de l’homme.

À l’heure où nombre d’entre eux sacrifient leur vie dans la quête d’un avenir libre et démocratique, ils voient les nations européennes et les États-Unis payer d’énormes rançons à l’Iran. Cela encourage le régime et envoie un message au peuple iranien : lorsque cela a un impact sur leurs citoyens, les pays occidentaux sont prêts à payer des sommes énormes, mais ne font pas grand-chose pour soutenir les Iraniens qui souffrent quotidiennement.

Enfin, il ne fait guère de doute que le diplomate suédois Johan Floderus, actuellement détenu en Iran, est utilisé comme monnaie d’échange pour obtenir la libération d’Hamid Noury, condamné pour son implication dans le massacre de milliers de prisonniers politiques en 1988. Un homme reconnu coupable d’implication dans des actes de torture et des exécutions et condamné à juste titre à la prison à vie ne devrait en aucun cas être remis au régime iranien.

Le Royaume-Uni devrait prendre l’initiative de garantir que Noury reste emprisonné et qu’il y ait un refus international unifié de procéder à des échanges de prisonniers avec le régime iranien ou de payer des rançons pour les otages. Cela enverra également le message aux autres acteurs de la région, qu’il s’agisse des gouvernements ou des organisations terroristes, que le recours à la prise d’otages n’est pas une tactique qui réussira.

Israël et Palestine
L’impasse politique persistante entre Israël et la Palestine est malheureusement utilisée par des parties extérieures pour favoriser la division, les troubles et l’extrémisme. Les difficultés rencontrées par les Palestiniens sont utilisées par les extrémistes pour justifier le terrorisme contre Israël.

Le soutien du régime iranien à des organisations telles que le Hezbollah et le Hamas ne vise en aucun cas à soutenir les Palestiniens. Le régime sait très bien que les activités du Hezbollah et du Hamas rendent extrêmement difficile la recherche d’une solution politique.

La création d’un ennemi existentiel en attisant la haine contre Israël est un outil utilisé par le régime pour réprimer l’opposition en Iran et justifier sa politique expansionniste. Il trouve une justification à ses ambitions nucléaires en affirmant la menace d’Israël. Ses projets de missiles balistiques sont justifiés par la même menace affirmée.

Les manifestants sont opprimés et accusés d’agir au nom de nations étrangères. Tout cela signifie que le régime iranien n’a aucun intérêt politique dans une résolution viable de la question d’Israël et de la Palestine ; bien au contraire.

L’Iran devrait être sanctionné pour son soutien au Hamas et au Hezbollah. Supprimez l’influence néfaste du régime iranien et une solution politique en Palestine pourrait éventuellement être trouvée. Même si l’Iran reste empêtré dans cette question, une telle solution est malheureusement lointaine.

Migration
Aujourd’hui, partout en Europe, la question de l’immigration clandestine en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord figure en tête de l’agenda politique. Parmi ceux qui arrivent au Royaume-Uni après le périlleux voyage à travers la Manche à bord de petits bateaux, la plupart viennent d’Iran. Outre l’Iran, les sept principaux pays d’origine de ces individus sont l’Irak, l’Afghanistan, la Syrie et le Soudan.

Ces chiffres illustrent que sans stabilité dans la région, alors que les ressources de ces pays sont utilisées pour soutenir leurs populations, le manque de droits de l’homme et de démocratie aura un impact indirect sur le Royaume-Uni. Les préoccupations liées à la migration peuvent être résolues grâce à une politique étrangère qui place les trois piliers énoncés ci-dessus au premier plan de tout ce que nous faisons.

Les jeunes Iraniens, hommes et femmes, quittent leur foyer parce que la vie en Iran n’est pas une vie pour eux. S’ils revendiquent leur droit à la liberté la plus fondamentale, la liberté de se rassembler et de manifester, ils mettent leur vie en danger. S’ils manifestent une quelconque forme d’opposition aux violations flagrantes des droits humains perpétrées par le régime, ils mettent également leur vie en danger.

Tant que les violations des droits humains continueront en Iran et que les ressources du pays seront utilisées pour financer le terrorisme, les armes nucléaires et les missiles balistiques, les Iraniens continueront à risquer leur vie pour s’échapper vers le monde libre.

Si nous sommes véritablement déterminés à résoudre le problème de l’immigration illégale, alors nous devons nous engager dans une politique étrangère garantissant les droits de l’homme, plaidant pour la stabilité régionale et soutenant l’État de droit par nos actions, et pas seulement par nos paroles.

À moins que nous et d’autres pays occidentaux n’adoptions une telle approche, le problème de la migration clandestine massive ne sera pas facilement résolu.

Risque pour les dissidents basés en Europe
Nous avons vu que le régime iranien a intensifié ses efforts pour cibler les dissidents iraniens à l’étranger. Comme mentionné ci-dessus, il s’agit notamment d’une tentative d’attentat terroriste sur le sol français contre un rassemblement du CNRI.

Plus tôt cette année, le MI5 et la police métropolitaine ont annoncé que l’Iran avait mené 15 complots visant à tuer ou à kidnapper des ressortissants britanniques ou des individus basés au Royaume-Uni. L’Iran constitue sans aucun doute la plus grande menace à la stabilité au Moyen-Orient, mais bien plus encore, c’est un régime qui cible des individus sur le sol britannique. Il s’agit d’une menace énorme qui doit être combattue et éliminée.

En outre, les activités du régime s’étendent jusqu’à restreindre les droits des Iraniens en Europe. Plus tôt cette année, un rassemblement coïncidant avec le Sommet mondial pour un Iran libre à Paris et visant à montrer son soutien au CNRI et au Plan en dix points de Maryam Radjavi pour un futur Iran a été annulé par les autorités françaises en raison de menaces terroristes.

Cette décision a finalement été annulée par les tribunaux français, mais il est très préoccupant de constater que l’influence du régime iranien s’étend jusqu’à limiter le droit des Iraniens à manifester à Paris.

En outre, le régime a tenté d’influencer les autorités albanaises pour qu’elles limitent les droits des membres de l’OMPI basés au camp d’Achraf-3 en Albanie.

Les références:

Département d’État américain : Rapports nationaux sur le terrorisme 2021 : Iran

Gouvernement britannique : le Royaume-Uni condamne l’Iran pour sa cyberattaque imprudente contre l’Albanie

Il est essentiel que le gouvernement britannique restreignent les droits humains de leurs opposants et les encouragent leurs homologues européens à faire respecter l’État de droit. Cela implique notamment d’appeler le gouvernement de l’Albanie en particulier à défendre les droits des membres de l’opposition iranienne OMPI à

Achraf-3, en vertu de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH), de la Convention des Nations Unies sur les réfugiés de 1951 et du droit international. Chaque individu a droit à l’activité politique en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et les membres de l’OMPI ne font pas exception.

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI)
Le CGRI est désormais la principale force derrière tout ce que fait le régime iranien, tant à l’intérieur que dans la région. Le CGRI exerce une emprise étroite sur l’économie iranienne, dirige les programmes de missiles balistiques du régime, fait partie intégrante du parrainage du terrorisme par le régime et fournit des drones à la Russie.

Toute incitation offerte à l’Iran, que ce soit par le biais d’accords nucléaires ressuscités ou de rançons payées pour les otages, impliquera de gagner de l’argent. Grâce à des structures d’entreprises complexes et à des organisations écrans, le CGRI dirige les efforts du régime pour contourner les sanctions. Dans un pays où les gens ont du mal à acheter des produits de première nécessité en raison de l’hyperinflation et de la pauvreté généralisée, le CGRI finance le terrorisme régional, développe des missiles balistiques et soutient les ambitions nucléaires de l’Iran. Le peuple iranien est pauvre, non pas à cause des sanctions internationales, mais parce que le CGRI utilise les ressources du pays à ses propres fins.

L’Iran finance actuellement le Hezbollah au Liban et en Irak, les groupes terroristes Kata’ib, le Hezbollah, Asa’ib Ahl al-Haq, Jaysh al-Mahdi, Hashd al-Shaabi, Badr Corps et d’autres en Irak ; les Houthis au Yémen ; Bachar al-Assad en Syrie ; le Hamas et le Hezbollah contre Israël ; et l’exportation d’armes et d’explosifs vers des dissidents à Bahreïn et dans d’autres pays de la région.

Compte tenu du rôle clé joué par le CGRI dans la création d’une instabilité désastreuse dans la région, ses actions devraient être limitées en le classant parmi les organisations terroristes.

Le programme nucléaire et de missiles balistiques de l’Iran
Si le programme nucléaire iranien fait la une des journaux, ses efforts de développement de missiles balistiques sont tout aussi préoccupants. Le régime a affirmé avoir réussi à lancer un satellite d’imagerie dans l’espace. Cette technologie pourrait également être utilisée pour développer des armes nucléaires offensives. Le programme est dirigé par le CGRI, qui possède également son propre programme spatial et des programmes de développement militaire aux côtés des forces armées régulières iraniennes.

Comme l’a récemment rapporté l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’Iran possède suffisamment d’uranium enrichi pour atteindre une qualité proche de celle de la fabrication d’armes nucléaires, ce qui lui permettra de construire bientôt plusieurs armes nucléaires. Cela soulève de nombreuses inquiétudes. Premièrement, les activités et l’influence destructrice du régime signifient qu’il existe une réelle possibilité qu’il utilise ses capacités nucléaires une fois qu’elles seront au point. Deuxièmement, Israël et les États-Unis ont déclaré que des frappes aériennes seraient menées contre l’Iran si ce pays développait des armes nucléaires. Troisièmement, l’Arabie saoudite a confirmé que si l’Iran se dotait de l’arme nucléaire, il le ferait également.

Tout cela signifie que les programmes balistiques et nucléaires de l’Iran doivent être limités pour éviter une instabilité régionale significative. La seule façon significative d’y parvenir est de recourir à des sanctions globales et coordonnées afin de réduire le pouvoir financier dont dispose le régime pour soutenir ces programmes.

La bonne approche
Nous devons nous appuyer sur les trois piliers de la politique étrangère exposés ci-dessus et montrer la voie en soutenant les forces démocratiques dans toute la région MENA. Il doit s’agir d’une approche à deux volets, indiquant clairement à tout gouvernement qui crée l’instabilité, ne respecte pas l’État de droit et commet des violations des droits de l’homme, qu’il ne sera pas autorisé à le faire sans conséquences. Ces conséquences doivent inclure des sanctions qui touchent les dirigeants de ces régimes.

Le deuxième volet de cette approche doit consister à soutenir les mouvements d’opposition démocratiques qui s’efforcent d’atteindre exactement les objectifs que nous soutenons : la stabilité, l’adhésion à l’État de droit et le respect des droits de l’homme. De nombreux groupes souhaitent apporter la liberté et la démocratie à leur nation, et notre commission travaille en étroite collaboration avec l’un de ces groupes, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et sa présidente élue Maryam Radjavi.

Cette année, plus de 100 anciens dirigeants mondiaux et plus de 3 000 hommes politiques ont approuvé le plan en dix points de Maryam Radjavi pour un futur Iran.

Le Royaume-Uni devrait soutenir les mouvements démocratiques tels que le CNRI.

Conclusion
Le Royaume-Uni, de par ses liens historiques avec la région, est particulièrement bien placé pour influencer le changement. Un examen de l’histoire nous montre que la stabilité ne peut être atteinte que là où règnent une véritable liberté, une démocratie et un respect des droits de l’homme. Nous devons aller de l’avant avec les trois piliers de la politique étrangère exposés ci-dessus et aider les peuples de la région à obtenir un véritable changement démocratique et des conditions dans lesquelles leurs droits humains seront respectés.

Nos recommandations sont présentées en haut de ce mémoire.

Octobre 2023