vendredi, octobre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien prend la vie de la population en otage en...

Le régime iranien prend la vie de la population en otage en ne se procurant pas le vaccin pour Covid-19

Alors que les médias d’État et les responsables de la santé en Iran mettent en garde contre un nombre croissant de décès liés à Covid-19, le régime refuse de se procurer des vaccins.
Le régime continue de jouer avec la vie de la population, alors que le nombre de morts dû à Covid-19 approche les 200 000, sur la base d’informations recueillis par l’Organisation des Moudjahiddine du Peuple d’Iran (OMPI).

« Nous risquons très certainement de revenir là où nous étions. Les restrictions de quarantaine doivent se poursuivre dans les semaines à venir, car les conditions à Téhéran sont orange et nous devons avancer avec plus de prudence », a déclaré lundi Alireza Zali, chef de l’organe de lutte contre le Covid-19 à Téhéran, a rapporté le quotidien d’Etat Hamshahri.

Lorsque le vaccin Covid-19 est devenu officiellement disponible, des responsables du régime, y compris Hassan Rohani, ont affirmé que ce sont les sanctions américaines qui empêchent l’Iran d’acheter des vaccins.

Pourtant, lorsque le 7 décembre, Abdolnasser Hemmati, chef de la banque centrale iranienne, a blâmé les sanctions pour le retard du régime dans l’importation des vaccins Covid-19 via la facilité de paiement COVAX, gérée conjointement par Gavi, basée à Genève, l’Alliance du Vaccin et l’Organisation mondiale de la Santé, Gavi a immédiatement rejeté cette affirmation.

Le porte-parole de Gavi a déclaré qu’il n’y avait pas de «barrière légale» à l’obtention de vaccins par l’Iran via COVAX, car le Bureau du contrôle des actifs étrangers du Trésor américain avait délivré une licence couvrant l’achat de vaccins contre le coronavirus.

Deux jours après que Gavi ait rejeté ces fausses allégations, Nasser Riahi, chef de l’Union iranienne des importateurs de médicaments, a déclaré qu’il n’y avait aucun problème à transférer de l’argent pour l’importation du vaccin et d’autres produits pharmaceutiques en Iran.

Iran regime’s vaccination scam - December 2020

«Il est possible de transférer des devises pour acheter le vaccin Covid-19 et d’autres médicaments, et les affirmations [des responsables du régime] dans cette affaire ne sont pas vraies», a souligné Riahi dans une interview avec le quotidien Sepid, le 9 décembre.

En fait, le 6 avril, le Département d’État américain a publié une fiche d’information démystifiant les allégations du régime selon lesquelles les médicaments étaient visés par les sanctions.

« Les sanctions américaines n’empêchent pas l’aide de parvenir à l’Iran. Les États-Unis maintiennent des autorisations générales qui permettent la vente de produits alimentaires, de produits agricoles, de médicaments et de dispositifs médicaux par des ressortissants américains vers l’Iran », déclare la fiche d’information.

Le peuple iranien s’est également tourné vers les médias sociaux pour dénoncer les tromperies du régime. Le hashtag # واکسن-بخرید ou «acheter un vaccin», est devenu une tendance nationale en Iran, les gens dépeignant leur méfiance absolue envers le régime et leur colère contre le système.

Le 14 décembre, le quotidien d’État Aftab-e Yazd a publié une interview de Mohammad Reza Mahboubfar, membre chef de l’organe de lutte contre le Covid-19 en Iran, soulignant que «la racine de la méfiance du peuple réside non seulement dans la crise de Covid-19 mais aussi avec de nombreux autres problèmes sociaux dans le pays. »

Mahboubfar a également reconnu la corruption institutionnalisée du régime. «Le vaccin Covid-19 a été importé illégalement de pays accrédités, et il est transmis aux élites, aux responsables et aux membres de leur famille», a déclaré Aftab-e Yazd citant Mahboubfar.

Entretien du quotidien d’État Aftab-e Yazd avec Mohammad Reza Mahboubfar, membre du groupe de travail anti-coronavirus – 14 décembre 2020

Lorsque les efforts du régime pour blâmer les sanctions américaines ont échoué, Rohani a déclaré que les vaccins nationaux et étrangers étaient en route. Dans le même temps, Hemmati a reconnu que le gouvernement n’avait alloué que 200 millions d’euros pour fournir des vaccins à 8,4 millions de personnes, soit un dixième des 80 millions d’Iran.

Contrairement à d’autres gouvernements, la théocratie au pouvoir n’a pas dit quel vaccin elle achètera et dans quel pays elle se procurera et Les autorités traînent les pieds dans l’achat de vaccins.

Le soi-disant vaccin domestique du régime est produit par le «Siège exécutif de la Directive Imam», une institution financière sous le contrôle du Guide suprême Ali Khamenei. L’importation de vaccins d’entreprises internationales crédibles empêche la mafia de la médecine du régime de tirer un profit considérable.

«La Food and Drug Administration subit de fortes pressions pour approuver les vaccins et les médicaments anti-coronavirus produits au pays. Parce qu’obtenir l’approbation du ministère de la Santé signifie un énorme profit pour le propriétaire du médicament », a écrit le quotidien Jahan-e Sanat le 14 décembre.

Comme l’ont reconnu les médias, continuer cette politique et ne pas acheter de vaccins pendant que d’autres gouvernements les achètent ne fera qu’accroître la colère sociale. Mahboubfar a avert : « Si les autres pays commencent la vaccination pendant que nous attendons toujours, la tolérance de la société prendra fin. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe